Vendredi 12 avril 2024

Environnement

Ouganda-Burundi : exploitation artisanale de l’or, une menace sanitaire et environnementale

20/12/2023 Commentaires fermés sur Ouganda-Burundi : exploitation artisanale de l’or, une menace sanitaire et environnementale
Ouganda-Burundi : exploitation artisanale de l’or, une menace sanitaire et environnementale
Vue partielle de la mine d’or de Rugeregere, dans le marais de la rivière Nyamagana, commune Rugombo, province Cibitoke

Que ce soit en Ouganda ou au Burundi, l’exploitation de l’or reste majoritairement artisanale et rudimentaire. De nombreux mineurs ne se soucient pas de leur santé, encore moins de la protection de l’environnement. Reportage.

Par Richard Drasimaku (Ouganda) et Rénovat Ndabashinze (Burundi)

Depuis l’horizon lointain, les bords sereins des méandres de la rivière Ore projettent des paysages captivants. Mais derrière ce hasard, l’ampleur de la destruction environnementale qui se déroule le long des rives du fleuve alors que les mineurs d’or creusent frénétiquement à la recherche du métal précieux est déchirante.

La majorité des plus de 200 mineurs à ciel ouvert sont des réfugiés sud-soudanais de la colonie d’Imvepi. Ils disent qu’ils sont confrontés à des difficultés en raison de la diminution du soutien du Programme alimentaire mondial et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Sans équipement de protection, les mineurs torses nus et à mains nues sont entraînés dans l’exploitation aurifère sous couvert d’exploration par Kyekahoma, une société dont le statut opérationnel est signalé comme non conforme sur le cadastre minier ougandais, un portail de service public open source exploitée par la direction des levés et des mines.

La rivière Ore part du nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) et traverse les districts de Koboko, Terego et Yumbe où elle forme la frontière entre les sous-comités d’Odupi et d’Odravu.

Le ministère de l’Énergie et du Développement minier a accordé une licence à Kyekahoma sur 10,5 kilomètres carrés de la rivière pour l’exploration de l’or.

Cependant, alors que le président et directeur exécutif de la société, Ismail Isingoma, insiste sur le fait que depuis deux ans, les myriades de trous qu’il a creusés à grands frais dans la croûte terrestre n’ont donné aucun or, les creuseurs racontent une histoire contraire.

Par un après-midi ensoleillé, mon équipe a reçu un accueil désagréable de la part d’Isingoma, le patron de l’entreprise non conforme, alors que nous arrivions à son camp de terrain à environ un kilomètre du point J, un carrefour routier célèbre dans le camp de réfugiés.

« Président! » a-t-il crié, faisant référence à Jackson Amayo, le président du conseil local du village de Yinga, paroisse de Lugbari dans le sous-comité d’Odupi, qui nous a accompagnés au camp.

« Pourquoi avez-vous amené des gens pour me combattre à nouveau ? Il s’agit de Kyekahoma, une entreprise. Il est illégal de prendre des photos ici. C’est un crime », a poursuivi Isingoma, son président et directeur exécutif.

Après quelques minutes, la bravade a cédé la place à une conversation plus civile et bientôt nous nous sommes assis pour une discussion frugale avant une promenade autour de la zone accidentée jonchée de trous béants laissés non comblés après les fouilles.

Isingoma dit qu’ils laissent les trous de mine non comblés parce qu’après les fouilles, ils prélèvent des échantillons pour les tester à l’étranger, principalement au Japon ou en Chine, afin d’éviter ce qu’il prétend être des procédures bureaucratiques fastidieuses au Royaume-Uni.

​Il ajoute qu’après les tests, s’ils établissent la présence d’or dans l’un des trous de mine, ils reviendront avec les coordonnées pour le localiser.

Mais les mineurs, dont beaucoup ont accumulé de l’expérience et des connaissances sur l’or au cours d’années d’exploitation minière au Soudan du Sud, témoignent que l’or qu’ils ont trouvé est leur bouée de sauvetage.


Job Osman, un refugié qui s’est Soudanais à la recherche de l’or dans le Nil occidental, en Ouganda

Job Osman, un réfugié Kakwa à Imvepi raconte qu’il gagne en moyenne 280 000 shillings en vendant de l’or à Isingoma, argent qu’il dépense pour acheter de la nourriture pour sa famille.

Le propriétaire de Kyekahoma aurait acheté un gramme d’or à 70 000 shillings (18,43 dollars américains), bien moins que les 200 000 shillings (52,67 dollars américains) que paient les intermédiaires asiatiques dans la ville d’Arua, à seulement 60 km d’Imvepi.

Pour obtenir l’or, les mineurs, en groupes de dix à 15 personnes, creusent des trous de 3 x 3 mètres ou 3,5 x 3,5 mètres de large aux points d’entrée des canaux d’eau de pluie vers la rivière Ore.

À l’aide de ciseaux, de houes et de pelles, ils ont passé trois jours à une semaine à creuser et à récupérer les graviers des trous, après quoi ils les ont jetés dans un bassin d’eau et les ont tamisés sur un lit improvisé recouvert de sacs désaffectés.

« Si vous utilisez 100 à 150 pelles de gravier, vous pourriez trouver 0,1 kg d’or. Nous faisons cela depuis janvier 2023 », précise-t-il.

Isingoma affirme que les mines à ciel ouvert ne constituent aucune menace pour ses ouvriers et les vaches qui parcourent la région. Mais, il ne dit rien sur les millions de larves de moustiques qui se trouvent dans les mares stagnantes d’eau verte et jaunâtre qui y sont piégées.

Situation similaire au Burundi

La situation autour du site minier d’Oré est similaire au panorama de destruction dans les provinces aurifères du Burundi, comme Cibitoke, ouest du pays. Des cas de décès de mineurs artisanaux coincés dans des trous de mines effondrés sont souvent enregistrés.

A titre illustratif, Burundi gold mine collapse kills 15 – Official – TRT Afrika , au moins 15 personnes auraient été tuées dans l’effondrement d’une mine d’or imputé aux inondations dues aux pluies torrentielles dans la province de Cibitoke en avril 2023, et six autres décès en juin 2013 dans la même province.

Globalement, depuis 2017, plusieurs dizaines de mineurs sont morts dans la seule province suite à l’effondrement des mines. De tels accidents sont plus fréquents, notamment dans les sites miniers où les orpailleurs sont contraints de pénétrer en profondeur dans des puits de plusieurs mètres.

 « Oui, des accidents surviennent souvent ici ou sur d’autres sites. Heureusement, nous avons échappé à la mort, mais il y a aussi des cas où il y a des morts et des blessés », explique Japhet Bukuru, un vétéran dans l’exploitation artisanale de l’or. Il indique qu’en cas d’effondrement d’une mine, les chances de survie sont minces.

Dans le site minier de Rugeregere, commune Rugombo, dans le marais de la rivière Nyamagana, des trous ouverts et des pierres et cailloux déplacés jonchent les lieux. C’est là que plusieurs coopératives extraient l’or, dont la Coopérative minière de Duterimbere Rugombo. Il y a des jeunes, des hommes et quelques femmes et jeunes filles. On y trouve aussi des adolescents de moins de 18 ans qui, normalement, devraient être à l’école.  Certains creusent à mains nues, d’autres tentent de repousser l’eau, tandis que sur place, le déjeuner est également préparé. Un plat simple de manioc, de légumes et de poisson.

Les mineurs d’or ne disposent d’aucun équipement de protection physique. Ils n’ont que des perles dans les mains nues, d’autres des houes. Pas de gants, pas de bottes ni de casques pour se protéger la tête. Ils sont pour la plupart torse nu et pieds nus. En cette période pluvieuse, les trous sont remplis d’eau. Les moteurs tentent en vain d’évacuer l’eau.

Déo Habonimana : « Nous, nous ne gagnons rien. C’est un travail fatiguant. Ce sont nos patrons qui en profitent beaucoup »

C’est un travail très dur mais moins rentable pour les mineurs. « Nous, nous ne gagnons rien. C’est un travail fatiguant. Ce sont nos patrons qui en profitent beaucoup », déplore Déo Habonimana, 23 ans, jeune chercheur d’or, originaire de Bukinanyana, province Cibitoke.

Il indique que lorsqu’il parvient à avoir quelques grammes, 1 gramme est vendu à 90 000 BIF (31,68 USD$) ou 100 000 BIF (35,2 USD$). « Quand on n’a pas eu de production, on rentre bredouille. Ils ne nous donnent pas de nourriture. Si j’arrive à avoir un ticket, mon souhait est de retourner chez mes parents.» En cas de maladie, épuisé, ce mineur confie que c’est le calvaire : « Vous pouvez dire à votre patron que vous êtes tombés malade. Vous lui demandez 5 000 BIF pour se faire soigner. Il vous donne 2.000BIF, sans carte mutuelle.  Comment pouvez-vous vous faire soigner avec cet argent et acheter des médicaments ? » Dans ce marais de la rivière Nyamagana, les trous ne sont pas bouchés.

A Rusororo, autre site minier de la commune Rugombo, situé en zone montagneuse, la situation est pitoyable en termes de protection de l’environnement. Les roches sont laissées nues, sans couvert forestier. Cela ressemble à un site d’extraction de goudron et des carrières pour l’asphaltage des routes. La seule différence étant que sur ce chantier, pas de machines, pas de bennes pour le transport.

Les jeunes hommes ressortent des trous de mines avec des sacs de sable et de gravier. Destination ? La rivière Nyamagana où est effectué le tamisage afin de récupérer la moindre particule d’or.

Clandestinement, ces mineurs n’hésitent même pas à creuser des fosses à côté de leurs maisons. Cela augmente la fréquence des accidents, dont beaucoup sont mortels.

« Oui. Les accidents se produisent souvent ici ou sur d’autres sites. Heureusement, nous évitons la mort, mais il y a aussi des cas où il y a des morts et des blessés », explique Japhet Bukuru, un chercheur d’or chevronné de Rusororo.

Il affirme qu’en cas d’effondrement d’une mine, les chances de survie sont minces. En effet, les pratiques d’exploitation minière restent encore traditionnelles, artisanales et les mineurs ne disposent pas d’équipements de protection adéquats.

Des mineurs pieds nus, torse nus, à la recherche de l’or dans le sous-comté d’Odupi, en Ouganda

« Nous nous contentons de houes et de pioches pour creuser. Aucune protection des mains, des pieds ou de notre tête. Mais nous n’avons pas le choix. Parce que c’est là que nous cherchons des moyens pour subvenir aux besoins de nos familles, scolariser nos enfants, etc. »

L’or, source d’instabilité

De nombreux chercheurs affirment que les pays où l’exploitation minière artisanale et à petite échelle est importante sont souvent aux prises avec une instabilité politique combinée à une mauvaise gouvernance du secteur minier.

L’extraction de minéraux est alors liée aux conflits et aux violations des droits de l’homme. Ceci est exploré par Artisanal and small-scale mining and the low-carbon transition: Challenges and opportunities – ScienceDirect  entre autres. Ils soulignent qu’il est nécessaire d’accroître la transparence des chaînes d’approvisionnement et de s’approvisionner auprès de pays fragiles et riches en minéraux, de manière à promouvoir la stabilité et la durabilité.

Bien qu’il n’y ait pas encore d’instabilité dans le nord-ouest de l’Ouganda ou le nord-ouest du Burundi, l’exploitation minière peut en créer.

Par exemple, à Odupi, à Terego, en Ouganda, Ayoma se plaint de l’exploitation par la société minière et affirme que les responsables de Kyekahoma sont venus dans son village en mars 2022 et qu’ils y extraient de l’or depuis.

« Les responsables de l’entreprise nous disent qu’ils n’ont pas trouvé d’or jusqu’à présent. Ainsi, nous n’en bénéficions pas en tant que propriétaires et gouvernements locaux hôtes », déplore-t-il.

Selon la nouvelle loi sur les mines et les minéraux de 2022, les propriétaires de terres contenant des minéraux, y compris les propriétaires coutumiers ainsi que les occupants légaux ou de bonne foi, ont droit à une redevance de 5 % sur la valeur totale du minéral extrait.

La loi épargne l’exploitation minière à petite échelle et artisanale aux citoyens ougandais afin de garantir la participation des citoyens à la prospection minière.

John Efema, un négociant en or expérimenté le long de la route de Duka dans la ville d’Arua, révèle que malgré l’essor de l’exploitation minière locale, la majeure partie de l’or du Nil occidental provient de la République démocratique du Congo orientale par des moyens illégaux et informels (contrebande).

Ce point de vue semble correspondre aux chiffres officiels de la Banque d’Ouganda, qui montrent que les exportations d’or de l’Ouganda ont fortement augmenté entre 2014 et 2021.

Certains experts ont attribué la forte hausse depuis un minimum de 230 000 USD en 2014 à un maximum de 2,2 milliards USD en 2021 au flux transfrontalier d’or entrant dans le pays malgré la faible production locale.

Nous n’avons pas pu obtenir de chiffres d’exportation pour le Burundi pour la même période, mais les niveaux de production locale fournis par les études géologiques américaines montrent que l’Ouganda a eu une production d’or plus élevée que le Burundi. Au Burundi, en vue d’essayer de rendre transparent ce secteur, le code minier a été récemment révisé.

À l’exception de 2018, où le Burundi a battu l’Ouganda en termes de production d’or de plus de 300 kg, il a été à la traîne de l’Ouganda le reste des années, de 2014 à 2021, en raison de l’instabilité politique et de problèmes de gouvernance.

Efema indique que l’or est de deux types : l’or alluvial qui est préféré car il a un pourcentage de concentration plus élevé que le deuxième type d’or des hautes terres que l’on trouve dans les collines et les formations rocheuses.

« Le commerce de l’or est un marché ouvert en ville et pour vérifier que ce qui vous est présenté est de l’or, les acheteurs, dont la plupart faisaient également du commerce de vêtements et de marchandises diverses, utilisent de l’acide nitrique pour le purifier, en particulier l’or alluvial », assure-t-il.

Efema explique que l’or alluvial est mis dans de l’acide nitrique et bouilli sur un poêle à charbon. Après un court laps de temps, les impuretés contenues dans le minerai brûlent et s’évaporent, laissant l’or jaune brillant.

Pour l’or des hautes terres, les négociants broient le minerai en poudre, puis utilisent du mercure qui lie la poudre d’or en un cristal compact pour le séparer des autres impuretés de la pierre.

« Nous achetons un gramme d’or à 150 000 shillings, mais les commerçants asiatiques qui se déguisent en pharmaciens en ville paient jusqu’à 200 000 shillings », a-t-il ajouté.

C’est deux fois plus que ce qu’Isingoma paie aux creuseurs de réfugiés qui travaillent dur à environ 60 km de là, à Odupi.

Cependant, Efema se plaint que des commerçants asiatiques, principalement indiens et chinois, ont repris le secteur en payant un prix plus élevé pour l’or importé dans la ville d’Arua et que de nombreux acheteurs ont déplacé leurs opérations au-delà des frontières vers Ariwara en République démocratique du Congo, poussant les commerçants locaux en mode veille.

Risque pour la santé

Que ce soit en Ouganda ou au Burundi, l’utilisation de certains produits tels que les dynamites pour faire exploser des roches dures contenant de l’or, entraîne souvent des morts, des blessures chez les mineurs.  Butihinda : Quand la ruée vers l’or sème la désolation – IWACU (iwacu-burundi.org)

Un autre facteur de risque est l’utilisation courante du mercure qui possède la propriété unique de former un amalgame avec l’or. Selon les spécialistes en chimie environnementale, ce produit fait partie des métaux dangereux communément appelés métaux lourds. Cela a un impact négatif sur la santé humaine et animale. L’utilisation du mercure a des conséquences terribles sur l’environnement en général. (PDF) L’impact du mercure sur les écosystèmes aquatiques (researchgate.net)

Le mercure et les vapeurs d’acide nitrique présentent des risques très nocifs pour la santé. L’Organisation mondiale de la santé a averti dans un avis que l’utilisation du mercure dans le traitement de l’or avait des conséquences importantes sur la santé des mineurs, de la faune et de la vie aquatique.

Cette observation a également été corroborée dans une récente missive médiatique de Lynn Gitu, la superviseure du projet Planet Gold, qui a reconnu que le mercure contamine le sol, l’eau, l’air et les équipements utilisés, entraînant des dommages écologiques et des effets sur la santé à long terme.

« Il est hautement toxique pour les mineurs et d’autres personnes, comme les enfants et les femmes enceintes qui entrent en contact avec lui, en particulier lorsqu’il est vaporisé », a-t-elle écrit.

Elle a ajouté : « le mercure émis dans l’air peut circuler dans le reste du pays et dans le monde, contaminant l’eau, les poissons et la faune ougandaise. »

Gitu a, cependant, fait allusion à un article antérieur sur le site Web de l’organisation, planetgold.org/Uganda-kicks-project-reduce-mercury-use-in-artisanal-and-small-scale-gold-mining, selon lequel des solutions prometteuses existent pour réduire et éliminer l’utilisation du mercure avec le potentiel d’améliorer la santé des mineurs et de l’écosystème.

Elle a déclaré que des techniques telles que la concentration gravitationnelle et des produits chimiques alternatifs peuvent éliminer le mercure du traitement de l’or, mais que souvent le manque de financement, de mécanismes juridiques et de formation maintient certaines de ces options hors de portée de nombreux mineurs.

Le projet Planet Gold Ouganda vise à réduire l’utilisation de mercure de 15 tonnes sur cinq ans et à soutenir 4 500 mineurs artisanaux sur 11 sites miniers.

Ce plan a informé le Plan d’action national ougandais 2019 sur l’exploitation minière artisanale et à petite échelle que 73 % de l’or artisanal du pays est produit à partir de mercure. Ce qui entraîne le rejet de 15 tonnes de mercure chaque année.

L’utilisation du mercure dans l’exploitation minière est interdite en vertu du Règlement de 2023 sur l’exploitation minière et les minéraux (licences) (article 255).

Malheureusement, le projet Planet Gold, qui démarre effectivement à la fin de cette année, se concentre sur les régions du Karamoja, de l’Est, du Centre, de Kigezi et d’Ankole, laissant de côté le Nil occidental et le reste du pays.

Plus inquiétant est le défi de l’acide nitrique qui, contrairement au mercure, n’a pas de projet particulier pour le relever.

Concernant l’utilisation de l’acide nitrique (nitrate de plomb), les chercheurs s’accordent généralement sur le fait qu’il peut avoir des effets néfastes sur le sang, le tractus gastro-intestinal, les reins, le foie et le système nerveux.

Cela peut entraîner une anémie, une hypertension, une insuffisance rénale, une insuffisance hépatique, des convulsions et une paralysie.

C’est la raison pour laquelle lorsque vous utilisez de l’acide nitrique, explique Efema, le contenu doit être bouilli à l’air libre ou à l’intérieur d’une maison avec une cheminée. Et il faut boire beaucoup de lait après avoir traité l’or pour compenser les conséquences sur la santé.

Il dit que cela pourrait être la véritable raison pour laquelle Isingoma élève du bétail pour la production laitière, et non pour simplement s’occuper.

 

Ce reportage a été réalisé avec le soutien de  Rainforest Journalism Fund et le Pulitzer Center.

 

 

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 4 539 users online