Jeudi 06 octobre 2022

Sécurité

Quatre suspects arrêtés pour avoir tué une personne

06/07/2022 3
Quatre suspects arrêtés pour avoir tué une personne
Les quatre présumés auteurs de l’assassinat

Ce mardi 5 juillet, la police a présenté aux journalistes, dans les bureaux du Service national des renseignements (SNR), quatre présumés criminels. Ils sont accusés d’avoir tué un chauffeur de taxi du nom de Pontien Harimenshi afin de lui voler son véhicule.

Rashid Bikorimana, Justin Nshimirimana, Désiré Ndikumana et l’adjudant-chef de police Didier Arakaza, tels sont les noms de ces présumés criminels.

Selon Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère chargé de la Sécurité publique, deux d’entre eux étaient aussi des chauffeurs de taxi et ont appelé la victime pour louer son véhicule dès 16 heures du 20 juin.
M. Nkurikiye fait savoir que ces derniers lui ont acheté de la bière et vers 20h, ils lui ont demandé de les amener dans la zone Gihosha et lui ont demandé que l’un d’eux prenne le volant. « Se connaissant qu’ils sont tous chauffeurs, il n’a pas hésité et s’est assis du côté passager », précise M. Nkurikiye.

Et d’ajouter que les présumés criminels ont étranglé la victime et l’ont jeté dans le marais séparant la Radio Maria et le terrain St Jean Baptiste.

Pierre Nkurikiye fait savoir que la police a saisi le véhicule en possession d’un certain Akbar qui a indiqué l’avoir acheté à Didier Arakaza, le policier. « Par après, les autres présumés complices ont été arrêtés. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Nshimirimana

    « My God », mon pays va mal. La vie d’un citoyen n’a plus de sens. on tue pour rien. On tue gratuitement. La vie d’un homme ne vaut pas une voiture s’il vous plait et surtout quand la valeur de celle-ci ne dépasse même pas 10 millions de nos francs. Si quatre hommes avec un agent de sécurité mettent fin à la vie d’un homme pour empocher 2,5 millions soit moins de 1000 euros. C’est grave. Cette somme, disons-le, ne vaut même pas une place à Mpanda- au cimetière , j’entends-
    Dans notre noble tradition, la vie a toujours été sacrée. Hormis les périodes sombres de notre histoire, le respect de la vie a été toujours au centre de qu’est l’ADN de notre « Ubuntu ». Le cmetière a été toujours un lieu sacré. Aujourd’hui, on déterre nos morts pour ériger à place des buldings! Comment peut-on s’attendre à ce la vie de Monsieur et Madame Lamda puisse la vie d’autrui? Cela ne date pas d’aujourd’hui. Souvenons-nous des drames d’hier où face à un cadavre dans la rue, le premier réflexe était de vérifier si l’apparence était des siens ou des autres…
    Réveillons-nous!
    Réveillons-nous pour redorer notre tradition, notre sens d’Ubuntu…Un bien matériel, minable, ne vaut pas la vie d’un homme. Enseignons à nos enfants le sens des choses, la dignité qui restera le fil conducteur de leur parcours de vie sur cette terre qui a vu naitre leurs parents. Éduquons le peuple, formons nos agents de l’ordre, moralisons, moralisons et surtout moralisons avec une obligation de résultat!

    • Nzukobiri B.

      Cher compatriote,permettez-moi de vous rappeler que tous les pays SURPEUPLES connaissent le même sort à savoir la dévalorisation de la vie humaine.Observez ce qui se passe en Inde où des enfants sont vendus pour 10 dollars par leur parents à des traffiquants d’organes humains.Le même sort est réservés aux enfants du Bangladesh,du Nigéria et j’en passe.Si un parent peut vendre son enfant pour 10 dollars pour l’envoyer à l’abattoir pour récolte d’organes,alors tuer pour voler une voiture dans ces pays est monnaie courante.Surpeupler un pays c’est s’exposer à une pauvreté extrême qui mêne au sauve qui peut pour survivre parce que tout le monde veut manger quitte à assasiner son voisin pour voler ses ressources.La solution? Réduire les naissances pour mieux vivre chez nous sinon seule la désolation va régner dans notre pays et cela c’est de notre faute.TUVYARE BAKE DUSHOBORA KURERA.Le président Ndayishimiye répète cela à chaque sortie mais doit arrêter la folie de reproduction burundaise!!!

  2. Vuguregeya

    L’encadrement de la police est à revoir. Beaucoup d’affaires impliquent ses agents semble-t-il.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 009 users online