Samedi 18 septembre 2021

Environnement

Quand les poubelles publiques deviennent des dépotoirs

14/09/2021 1
Quand les poubelles publiques deviennent des dépotoirs
Une poubelle publique près du parking des bus de Musaga au centre-ville de Bujumbura

Les commerçants, les vendeurs d’articles divers ayant des échoppes près des poubelles publiques installées, il y a quelques mois, surtout au centre-ville de Bujumbura, affirment que les déchets ménagers jetés dans ces poubelles déjà débordées les indisposent. Ils en appellent au bon usage de ces derniers.

Au pied de la passerelle située sur le boulevard de l’Uprona, il est 9 h et demie du matin. Une poubelle publique y est installée. Interrogée, une employée de la lunetterie se trouvant à cet endroit témoigne : « Des gens non encore identifiés amènent des déchets et autres détritus pendant la nuit et les jettent dans cette poubelle. Ce qui fait que cette dernière déborde vite ».

Et c’est le même constat pour les autres personnes des alentours interrogées, ces déchets les indisposent surtout quand il pleut. « Lorsque la pluie tombe, les mouches et les relents envahissent nos maisons. Et comme conséquence, les clients potentiels s’en vont après avoir passé quelques minutes dans cet environnement pas très accueillant. Il y a un autre risque, celui d’attraper des maladies des mains sales, etc. ».

Sur le parking des bus de Musaga au centre-ville se trouve une autre poubelle publique. Cette dernière est pleine de déchets, c’est comme si elle était hors service.

Interrogés, les vendeurs du matériel scolaire et des agents de transfert d’argent rencontrés à cet endroit ne cachent pas leur inquiétude. « Avec ces déchets, vous voyez que nos vies sont exposées. En plus des odeurs nauséabondes qu’ils dégagent et des mouches qu’ils attirent, ils sont gluants après la chute de pluie et une partie déborde dans la rue », racontent-ils.

Les personnes interrogées vont plus loin. « Il faut que l’administration commence à prendre des sanctions. Oui. Des sanctions à l’encontre de ceux qui jettent les déchets ménagers dans ces poubelles ».

Désiré Nduwimana, chargé de superviser l’enlèvement des déchets dans la mairie de Bujumbura, abonde dans le même sens. « A l’origine, l’objectif de ces poubelles était d’accueillir des restes de nourriture des passagers et des emballages. C’est-à-dire des bouteilles en plastique de jus et d’eau à usage unique. Mais on y jette aujourd’hui des déchets ménagers de toute sorte ».

Il affirme que des relents dégagés les étouffent quand il faut vider ces poubelles. Il demande à l’administration de veiller au bon usage de ces poubelles publiques.

Rappelons que Rénovat Sindayihebura, administrateur de la commune urbaine de Mukaza, a fait savoir, au mois de juillet, qu’il y a un manque criant des camions chargés de transporter ces déchets vers le dépotoir de Buterere.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Kora

    Emwe Barundi benewacu gerageza muze murakubitira aumoins aho i Kigali muRwanda murabe ingene hasa hanyuma mwigire inama mube abasirimu quand-même !!! Leta Nkozi nayo nikore turabe ,ishireho des services efficaces zo gusukura Bujumbura city.Ntidukenye économiquement dukenye mu vyiyumviro

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 404 users online