Mercredi 08 décembre 2021

Société

Poubelles dans les ménages : Fausse solution pour vrai problème, estiment des citadins

29/09/2021 2
Poubelles dans les ménages : Fausse solution pour vrai problème, estiment des citadins
Rénovat Sindayihebura : « La saleté est devenue une catastrophe dans la commune Mukaza.»

L’administrateur de la commune Mukaza rappelle la mesure d’installer des poubelles dans les ménages. Assortie d’une amende pour les contrevenants. Ses administrés jugent la décision hâtive.

Des sacs servent de poubelles dans différents quartiers de la mairie de Bujumbura. Il est 11h à Bwiza à la 9e avenue, l’un des quartiers de la commune Mukaza. « On a toujours utilisé des sacs en guise de poubelles», raconte…
Certains sacs sont remplis de déchets, d’autres sont à moitié plein. Une situation similaire s’observe dans d’autres quartiers de la commune Mukaza, notamment les quartiers Nyakabiga et Buyenzi.

L’administrateur de la commune Mukaza a ordonné à tous les ménages d’installer des poubelles. Mais les habitants de ces quartiers affirment ne pas être au courant de cette mesure. « Je n’étais pas au courant de cette mesure. Qu’ils attendent qu’on en finisse avec celle relative à la démolition des constructions anarchiques avant de prendre d’autres mesures. Et ces amendes qu’ils nous collent, pensent-ils que nous allons trouver cet argent ?» a demandé un habitant du quartier de Bwiza

Rénovat Sindayihebura, administrateur de la commune Mukaza, rappelle que la mesure d’installer des poubelles dans les ménages n’est pas nouvelle : « Cette mesure remonte à quelques mois. La mesure de pavage et celle d’installer les poubelles dans les ménages ont été prises le même jour.»

« Cette décision est prise à la hâte »

« Nous avons des poubelles. Nous utilisons des sacs à cet effet. Le problème réside dans le manque de dépotoir. Au lieu de chercher de l’argent en nous collant des amendes, qu’ils essaient de trouver la meilleure solution dans la collecte des déchets et leur acheminement vers les dépotoirs. Cette décision a été prise à la hâte », a lâché un habitant du quartier de Buyenzi.

Rénovat Sindayihebura reconnaît l’existence de ce problème de dépotoir. Et d’assurer qu’ils sont à l’œuvre pour trouver la solution. « La décision d’installer des poubelles dans les ménages ne peut pas être levée. Lorsque ces poubelles seront débordées, on va essayer de gérer », conclut-il.

Signalons que le dernier deadline pour la mise en œuvre de ladite mesure est fixé au 15 octobre prochain. Et une amende répétitive de 10 000 BIF est prévue pour les contrevenants.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Stan Siyomana

    Une ville sale ou un pays sale vont avoir des difficultés de développer le secteur du tourisme par exemple.
    « Karnataka Hotel Owners’ Association President M. Rajendra said that one of the strong points for tourism promotion is the cleanliness…
    A clean city gives an altogether different feeling for tourists who come here to unwind and relax…
    Foreign tourists lay thrust on cleanliness and hygiene. A clean city gets first choice for deciding their tour itinerary… »
    https://www.thehindu.com/news/national/karnataka/a-clean-impression-good-for-tourism/article7517983.ece

  2. Ririkumutima

    Mon commentaire ne plaira pas à beaucoup.
    Si Iwacu daigne le publier.
    Un étranger ou n importe quel honnete citoyen burundais éprouve une honte ou une gene , c’est selon, lorsqu il compare la propreté au Rwanda et au Burundi.
    Dans les années 1980 ces pays étaient parfaitement interchageables.
    Pourquoi est ce que le Burundi ne copierait pas sur le Rwanda, son faux jumeau puisque maintenant ils sont de tres bons amis.
    Envoyez nos responables en mission pour voir de leurs yeux et apprendre.
    Ubwenge burarahurwa.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 3 951 users online