Mardi 18 janvier 2022

Politique

Plus de 500 prisonniers graciés, libérés

568 détenus dont des membres du MSD et des manifestants contre le 3ème mandat, ont été libérés ce lundi 23 janvier de la prison centrale de Mpimba. Ils font partie des 2.500 prisonniers ayant bénéficié de la grâce présidentielle.

C’est à bord des véhicules de la police que les graciés ont été conduits dans leurs provinces d’origine
C’est à bord des véhicules de la police que les graciés ont été conduits dans leurs provinces d’origine

Sa mise en application a été lancée par la ministre de la Justice, Aimée-Laurentine Kanyana. Parmi ces prisonniers, 58 membres du Mouvement pour la solidarité et la démocratie (MSD) arrêtés le 8 mars 2014.

Des manifestants contre le 3ème mandat figurent également parmi ces détenus graciés, selon Mme Kanyana, sans donner le nombre exact. « Il s’agit là d’un cadeau du président de la République parce que ces dernières ne s’attendaient pas à une libération à voir les destructions tant humaines que matérielles causées lors de l’insurrection », a-t-elle fait savoir. Une preuve aussi que le pays a retrouvé la paix.

La ministre de la justice et garde des sceaux a aussi signalé que ces libérations entre dans le cadre du désengorgement des prisons jusqu’à 60% pour l’année 2017.

A titre illustratif, Gervais Hajayandi, directeur général des affaires pénitentiaires, a indiqué que la prison centrale de Mpimba a une capacité d’accueil de 800 personnes. Actuellement, elle abrite 3.605 pensionnaires dont 131 femmes et 19 enfants.

A ces ’’opposants’’ libérés, Mme Kanyana leur a prodigué des conseils : «Vous avez perdu votre combat, la paix règne pour le moment. Tenez-vous loin de ceux qui peuvent encore une fois vous appeler à l’insurrection.»

Et à Térence Ntahiraja, porte-parole du ministère de l’Intérieur de leur appeler au respect de la loi pour ne pas se retrouver après demain à la case départ: « Je pense que la prison n’est pas seulement un lieu d’isolement mais aussi une école pour le changement des comportements».

La satisfaction mêlée d’inquiétudes

«Nous saluons cette mesure présidentielle, nous sommes contents mais nous demandons la libération de nos frères arrêtés injustement dans différentes circonstances ici et là », a lâché un des prisonniers après son élargissement.

Et d’exprimer un vœu : «Nous appelons le président de la République à libérer tous les prisonniers politiques pour qu’ensemble avec ceux qui sont poursuivis et ceux qui ont fui le pays, nous puissions reconstruire notre pays».

La joie se lisait sur les visages de ces personnes libérées. «Je suis vraiment très surpris de me retrouver sur la liste des bénéficiaires de la grâce présidentielle. Je vais retrouver ma famille », se réjouit un jeune. Celui-ci avait été arrêté lors des manifestations anti-3ème mandat.

Néanmoins, il demande que même d’autres puissent bénéficier de cette faveur. Un autre homme libéré se dit également satisfait. « Ici la vie était très difficile mais on parvenait quand même à manger au moins une seule fois par jour. Mais, il paraît que la famine fait rage dans le pays. Nous avons besoin donc d’être accompagnés », plaide-t-il, précisant qu’il venait de passer plus de deux ans dans la prison.

D’autres personnes libérées se montrent très angoissées. Ils ne veulent même pas qu’on leur prenne en photos. « Il faut nous laisser d’abord arriver dans nos familles pour parler aux médias », lâchent-ils, tout en dissimulant leur visage.

Excepté certains de la mairie de Bujumbura, tout le monde a été conduit à bord des camions de la police dans leurs provinces d’origine.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Salmia Irikungoma

    Mr Rududura, votre soutient au gvrnement CNDD FDD, c’est ton droit, mais le systeme du gouvernement actuel est loin du respect des droits de l’homme, reconnu par le monde entier ; des cadavres chaque jour, exils, disparitions, le pays le plus pauvre du monde, la famine, la corruption etc. C’est ce que toi tu parles d’accepter de vivre avec les autres en paix ? Toi seul, tu as la paix ; mais ne te moques pas de la population burundaise prise en otage par le regne Nkurunziza.

  2. Kabingo Dora

    C’ est sur que Désiré Uwamahoro a aussi été libéré!!!!!! Aie Aie

  3. Jereve

    Non, ce n’est pas une libération par grâce présidentielle, mais une rotation par grâce présidentielle ; car au rythme où vont les nouvelles arrestations abusives quotidiennes, les cellules ne tarderont pas à se remplir de nouveaux locataires. L’histoire retiendra qu’arrestations et emprisonnements sont parmi les réalisations les plus réussies dans de cette république.

  4. nshimirimana

    Est-ce la grâce du président? Je ne crois pas. Ne serait-il pas l’effet de la pression internationale sur un gvrnment à genoux, qui fait des concessions pour pouvoir bénéficier des aides. Par ailleurs; tous ces innocents étaient incarcérés injustement. Et l’Esprit-Saint de Dieu a tout fait pour les sauver de cette maltraitance du Gouvernement illégal.

  5. nunu nado

    La prison est pour les criminels, les hors la loi et les fauteurs de trouble. Et pas pour les enfants innocents. Les femmes et les hommes devraient etre separes en prison. Des Prisons pour les femmme et des prisons pour les hommes cela n’est pas un luxe c’est du bon sens et c’est legitime. Le pays devrait avoir un endroit approprie pour les enfants qui naissent en prison. Un des droits fondamentaux des enfants.

  6. Yves

    il est choquant de constater que rien que pour la prison centrale de Mpimba, c’est près de 5 fois la capacité maximale de la prison qui est atteinte ! On ne parle plus ici de surpopulation carcérale, ce concept est même carrément dépassé. Comment ce ministre ose-t-il parler d’une « école pour le changement des comportements » ? Le Burundi viole encore une fois allègrement les conventions internationales auxquelles il a pris part et l’obligeant au respect d’un minimum de dignité humaine. Et dans quel autre pays les femmes et les hommes sont mélangés dans une seule et même prison ? Et dans quel autre pays met-on des enfants en prison, je dis bien des enfants en prison ? Et comble de tout, mélangé avec des adultes ! Cette situation est scandaleuse et inacceptable.

  7. Kiriyo Alexis

    Je ne vois pas pourquoi le gouvernement pavoise et donne des lecons de morale! Tous ces prisonniers liberes n’auraient meme pas du faire la prison car injustement arretes!!!!
    « Vous avez perdu votre combat », dixit cyniquement la Ministre de la justice en s’addressant aux prisonniers. Pourquoi les Burundais sont aussi cyniques? On verra bien!

    • Rududura

      @Kiriyo Alexis « On verra bien! ». Mr Kiriyo, à ton tour de faire des ménaces? Qui es-tu pour menacer le gouvernement? Depuis avril 2015 vous nous dites « on verra bien » mais jusqu’à quand vous allez vous désillusionner et accepter de vivre avec les autres en paix?

      • Lambert

        @rududura, tu défends un gouvernement en partance.
        Et tu oublies qu’un gouvernement est fait d’hommes. Tu trouveras jamais de gouvernement sans population. Alors qu’est-ce que tu soutiens au moment ce soit disant gouvernement a déjà hypothéquer sa propre population : regardes comment les gens meurent de faim à cause du manque de vision et de l’entêtement de rester au pouvoir tout en violant toutes les lois burundaises même la plus fondamentale.
        Quel fanatisme!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Burundi-Rwanda : vers le réchauffement diplomatique

La rencontre entre le chef d’Etat rwandais avec une délégation burundaise, porteuse d’un message de son homologue ce 10 janvier, est qualifiée de décisive dans la normalisation des relations entre les deux pays. « Le but de la visite était (…)

Online Users

Total 3 819 users online