Mercredi 29 mai 2024

Politique

Parti CNL à Gitega : une permanence collinaire démolie

Parti CNL à Gitega : une permanence collinaire démolie
La permanence détruite

Une maison qui abrite la permanence du parti CNL à Rutegama en commune de Gitega a été démolie dans la soirée de ce jeudi 25 mai par des inconnus. Le représentant provincial du parti affirme que ce n’est pas la première fois que cette permanence soit visée.

A quelques mètres de la vallée de Mutwenzi sur la route goudronnée Gitega-Karusi, de la permanence du parti CNL, il ne reste que des ruines. Les murs ont été démolis, le toit éventré.

La porte a été arrachée, la toiture était par terre, il n’y avait qu’un amas de briques. Les passants qui ont remarqué cela, ne cessaient de se demander en quoi cette maison était nuisible.

Selon une femme qui s’achetait un morceau de canne à sucre tout près de là, ceux qui ont détruit cette maison peuvent commettre quelque chose de plus grave si on ne fait pas attention.

« Ça recommence ? Je croyais que c’était fini mais il y a encore des personnes qui pensent autrement », a-t-elle déploré en se pressant de partir.

Cette femme qui apparemment n’est pas née de la dernière pluie affirme qu’elle croyait que cela relève du passé. Sur cette route très fréquentée, elle n’a pas été la seule à se poser des questions sur la signification de ce geste.

Et un cycliste qui montait vers la ville de Gitega de lancer : « Abo ni abarondera kudukwegera akarambaraye. Ce sont des irresponsables qui cherchent à commettre l’irréparable. NDLR »

Selon Léopold Ntatama, représentant du Congrès nationale pour la liberté, c’est une barbare qui rappelle les années antérieures jalonnées d’actes d’intolérance que le parti a connu depuis sa fondation.

Léopold Ntatama : « La première fois, c’était le chef de colline accompagné par quelques membres du parti au pouvoir qui ont vandalisé la permanence du CNL. Ils s’étaient engagés devant la justice de tout reconstruire, ils n’ont rien fait et n’ont pas été punis ».

D’après lui, même si les coupables ne sont pas encore jusqu’ici connus, sans doute que c’est le même groupe qui avait démoli l’ancienne permanence sur la même place.

Il déplore la manière dont ces inciviques, selon ses propres termes, se sont évertué à effacer les couleurs du parti CNL sur un mur qui était resté debout.

« La première fois, c’était le chef de colline Rutegama accompagné par quelques jeunes membres du parti au pouvoir qui ont vandalisé la bâtisse. Ils s’étaient engagés et avaient signé devant la justice qu’ils allaient reconstruire tout ce qu’ils avaient endommagé mais ils n’ont rien reconstruit et n’ont même pas été punis », nous a souligné Léopold Ntatama.

Selon ses propos, les coupables n’ont pas été punis alors que le dossier était devant le parquet sans doute qu’ils auraient constaté qu’ils sont au-dessus de la loi et qu’ils peuvent tout se permettre.

« Aujourd’hui, c’est Rutegama, au mois d’avril, c’était à Rweza dans la commune Ryansoro. J’ai un mauvais pressentiment que ce n’est que le début s’il n’y a pas de mesures appropriées pour décourager ces actes. J’ai alerté l’administration mais personne n’a daigné faire un déplacement pour faire le constat », déplore ce représentant provincial, du part CNL, le principal parti d’opposition.

Pour plus de précisions, nous avons tenté de chercher le chef de colline de Rutegama, mais en vain. Son bureau ne se trouve qu’à quelques centaines de mètres de cette permanence du CNL vandalisée.

CNL

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mafero

    Je suis vraiment chagrine d’entendre que ce troncon que j’ai trop frequente en me rendant dans les hauteurs de Mugera est devenu impraticable ou plus dangereux que de se rendre a Kandahal ou a Mazal-al-Sharif en Orient, des lieux devenus symboliques a cause de l’intolerance pour des raisons que je trouve anodines!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 579 users online