Vendredi 03 décembre 2021

Économie

PARCEM déplore un recul dans la lutte contre la corruption

30/10/2021 7
PARCEM déplore un recul dans la lutte contre la corruption
Faustin Ndikumana : « Il faut des sanctions administratives et pénales contre les responsables de corruption et de détournement de fonds publics »

Dans sa conférence de presse tenue ce vendredi 29 octobre, le président de l’association Paroles et actions pour le réveil des consciences et le changement des mentalités (PARCEM) dénonce l’impunité face aux cas de corruption et détournement de fonds publics.

« Plusieurs dossiers ont été soulevés, certains par les hautes autorités du pays, mais on ne sait pas leurs finalités. Certains dossiers ne peuvent pas partir en fumée », s’indigne Faustin Ndikumana, président de PARCEM.

Parmi ces dossiers, il évoque le cas du barrage de Kajeke et celui du barrage hydroélectrique de Mpanda où des fonds ont été, avec toute évidence, détournés jusqu’à exacerber la colère du chef de l’Exécutif burundais.

« Il y a des institutions qui devraient traiter tous ces dossiers comme la Cour des comptes, le bureau de l’Ombudsman, les groupes parlementaires, les cours et tribunaux. Mais on ne voit pas des actions concrètes après les dénonciations », regrette-t-il.

Le président de PARCEM déplore que certaines personnalités accusées de détournement ou manquement soient promues au lieu d’être limogées : « Il faut que la justice ouvre des dossiers sur ces cas de corruption et détournement et que les responsables soient punis conformément à la loi ». En outre, il rappelle que la déclaration des biens par les dignitaires reste toujours « en veilleuse ».

Comme solution, il propose qu’il y ait une stratégie pour ramener dans les fonds publics l’argent détourné, imposer des sanctions administratives à l’encontre des responsables de détournement et introduire ces derniers devant la justice.

En plus, il suggère la mise en place des institutions indépendantes qui peuvent agir avec professionnalisme et établir les responsabilités : « De tels dossiers ne peuvent pas être traités dans le cercle hiérarchique de l’exécutif ».

Faustin Ndikumana demande au président de la République de prendre des mesures fortes contre les cas de détournement et de corruption.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Maniraho

    Uwasomye bibiliya umengo haraho ivuga ngo « murumviriza ivyo bavuga ntimurabe ivyo bakora » !! Uwibuka neza ico gice yonyunganira. None ko abategetsi basenga ngira nivyo bakwirikiza.

  2. Jereve

    Mais Monsieur Faustin Ndikumana, il n’y a pas eu de recul dans la lutte contre la corruption, car il n’y a jamais eu d’avancée. Il s’est toujours agi que des paroles lancées dans le vent. Depuis le règne de Micombero, nous avons entendu ce chant, nous l’avons chantée à gorge déployée « turwanye ba koboko ». Et depuis, sous ses successeurs, nous entendons toujours la même, sans que les choses bougent vraiment. Toujours l’espoir; mais comme quelqu’un l’a dit, l’espoir est un bon déjeuner, mais un mauvais dîner.

    • Yan

      N’empêche que l’espoir fait vivre !

  3. Tambwe

    None irya miganda y’amanoti ba déposa muri BRB ngo intererano y’amatora mwibaza ko ava hehe??

  4. Caratuvunye Claude

    Ewe Faustin uzoruha mumutwe erega abarya amahera y’igihugu basumvya power le gouvernement ! !! Ils ne sont pas inquiétés!!

  5. Bavuga

    Dans un pays pauvre comme le Burundi, il ne faudrait pas du tout badiner avec le détournement de fonds publics. A mon humble avis, il faudrait que le code pénal et criminel soit revu de manière à ce qu’un tel acte, du moins à partir d’un certain seuil, soit traité comme un crime contre l’humanité et même puni de la peine capitale.

    • Balame

      Nos dirigeants ont meme refusé de déclarer leurs biens.
      Ce serait un point de départ pour lutter contre la corruption.
      Pourquoi? D apres vous?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 5 115 users online