Mardi 06 décembre 2022

Société

Parcem de nouveau opérationnelle

06/04/2021 3
Parcem de nouveau opérationnelle
Faustin Ndikumana : « Il faut construire un Burundi nouveau et sûr pour tout le monde et qui donne un espoir à la jeunesse »

Par ordonnance ministérielle du 2 avril 2021, le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a levé la mesure de suspension de l’organisation Parcem (Parole et Actions pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités).

« C’est une mesure salutaire. Nous venions de passer une année et 10 mois sous sanctions », a indiqué, dans une conférence de presse de ce lundi 5 avril 2021, Faustin Ndikumana, directeur exécutif de Parcem.

Il a invité le gouvernement de continuer à prendre de telles mesures pour le renforcement de la cohésion sociale. « Il est grand temps que les Burundais puissent se rassembler et regarder vers l’avenir. Rompre avec ce passé sombre et lourd. Il faut construire un Burundi nouveau et sûr pour tout le monde et qui donne un espoir à la jeunesse. » Faustin Ndikumana a demandé au gouvernement de lever les sanctions contre les autres organisations de la société civile.

Quid du projet « Ukuri kubiduhanze’’ (la vérité sur les problèmes auxquels nous faisons face) ? « Ce projet avait été lancé dans le contexte pré-électoral. Il était destiné à identifier les défis qui hantent notre pays afin d’inviter la classe politique qui, à l’époque, allait battre campagne à prendre des engagements pour trouver des solutions concrètes par rapport à ces défis », a répondu Faustin Ndikumana.

Actuellement, poursuit M. Ndikumana, le contexte a changé. « Le gouvernement a déjà défini ses priorités et il y a des défis qu’on avait déjà mentionné. Il s’agit de la lutte contre la corruption, le renforcement de la bonne gouvernance et le décollage économique. » Selon Faustin Ndikumana, Parcem va contribuer dans les solutions et dans plusieurs domaines.

Parcem ou Parcem bis ? « La mesure de suspension a pesé lourdement sur notre organisation. Sans cette opportunité d’accès à la population, c’était un blocage. » D’après Faustin Ndikumana, les principes de Parcem restent les mêmes.

« Le contexte a changé. Il y a maintenant une complicité entre les principes directeurs de Parcem et les priorités du gouvernement. Ce sont deux voies qui se rencontrent», a-t-il reconnu.

Avant la mesure de suspension, bon nombre d’observateurs appréciaient les analyses pointues de Parcem en matière économique. Ces derniers se demandent si son engagement, ses critiques, ses propositions de solutions vont perdurer ?

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Pablo

    Ibiduhanze nubu ni vyabindi nyene mubikorereko vuba turabe ko tworonka agahengwe

  2. Marie Claire Karangwa

    J’apprecie beaucoup les analyses de mr Ndikumana Faustin en matière économique.

    • Abdon

      Merci pour ce constat Mr NDIKUMANA, le contexte a bel et bien changé.

      Néanmoins, construire un état de droit, est tout sauf un long fleuve tranquille, c’est un processus continu qui se mène en tout contexte.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu (…)

Online Users

Total 1 995 users online