Économie

Ngozi : Des éleveurs menacés par la surproduction de leur lait !

02/04/2019 Arnaud Giriteka Commentaires fermés sur Ngozi : Des éleveurs menacés par la surproduction de leur lait !
Ngozi : Des éleveurs menacés par la surproduction de leur lait !
Les équipements de conservation du lait

Les éleveurs de la commune Ngozi manquent de marchés d’écoulement du lait. Ils réclament des unités de transformation pour leurs productions.

«C’est mon tour!» Des gens pressés s’interpellent à tue-tête, des bidons et des récipients en aluminium s’entrechoquent. Il est 8h, mardi 26 mars, et le centre de collecte de lait de Mubuga à quelques dizaines de kilomètres de la ville de Ngozi est en ébullition.

Les éleveurs sont en train d’apporter du lait pour la vente. Un camion est garé devant le centre. Des employés chargent  des récipients pleins de lait. Il appartient à  Modern Dairy Burundi (MDB). Une société qui produit du lait en carton connue pour sa marque Natura.

« Aujourd’hui, nous avons besoin de 6000 litres de lait, ici nous venons de récolter  800 litres. Nous allons continuer vers d’autres centres de collecte de la province de Ngozi », fait  savoir une dame supervisant le chargement. Les agents de MDB sillonnent   toute la province de Ngozi  et dans certaines parties de Kayanza pour collecter du liquide blanc. Du lait de vache fraîchement trait.

Cette production est obtenue grâce au Programme de développement des filières(PRODEFI) qui a distribué plusieurs vaches dans cette région.

Les éleveurs ne sont pas complètement rassurés

Les affaires semblent bien marcher. « La société MDB achète la majorité de notre production ». Pourtant, les inquiétudes ne manquent pas.  MDB demeure leur seul et unique gros client. S’il advenait qu’elle arrête  de s’approvisionner, la situation pourrait  devenir difficile.

Ce qui est d’ailleurs déjà arrivé. Il y a quelques mois, le centre  a connu de mauvais jours. « Quand cette société ne nous achète pas du lait, on se retrouve dans une situation de surproduction. Et l’on est obligé d’acheminer notre lait au chef-lieu de la province où  on nous l’achète à vil prix». Parfois, ils  vont même à jusqu’à déverser de grosses quantités de lait.

Une éleveuse en train de traire sa vache

Dans pareille situation, le litre s’achète à 100 BIF ! Au regard des dépenses d’un éleveur, cette somme est vraiment insignifiante. En effet, le fourrage  et le complément alimentaire  du bétail sont chers. Un kg de ces aliments coûte 1000 BIF. Et une seule vache consomme près de 6 kg par jour. Faute de moyens, beaucoup d’éleveurs n’achètent plus de compléments alimentaires. Ce qui impacte sur la production. « Si la vache donne 5 l, elle passe à 8 ou 10l avec les suppléments »  indique Antoine Coyitungiye, éleveur de Mubuga. Or, les éleveurs comptent sur la vente  du lait pour compenser leurs dépenses et subvenir à leurs besoins. Le marché n’étant pas stable, ils préfèrent se passer des suppléments.

« Nous avons créé cette coopérative pour pouvoir écouler  notre production de lait, mais le risque demeure », fait remarquer M. Coyitungiye. Et pourtant tout avait bien commencé. Il se rappelle qu’à leur début, un litre coûtait 650 Bif. Actuellement, le prix a dégringolé à 570 Bif. M. Coyitungiye soulève à nouveau le manque de client. Hormis MDB, aucune autre société ne vient chercher leur lait. Pour lui, le fait que celle-ci monopolise le marché ne booste  pas les prix.

Autre bémol, une consommation locale très faible. Les éleveurs  boivent rarement le lait qu’ils produisent. «C’est paradoxal. Nous ne  consommons presque pas  notre production. Je ne sais pas pourquoi, mais la culture de boire du lait  n’est pas ancrée  dans nos habitudes.»

Les éleveurs  de Ngozi  ne peuvent pas  non plus vendre  leurs productions dans  les provinces voisines. Le Prodefi a aussi distribué des vaches laitières à Muyinga et à Gitega.

Inquiets, ils  plaident pour qu’il y ait des unités de transformation de lait en fromage ou en beurre. «Comme ils nous a aidé pour les vaches, nous demandons au gouvernement et ses partenaires de nous aider à nous procurer des équipements de transformation », indique Pascal Manirakiza, un autre éleveur.

Emérence Nirera, porte-parole du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, affirme que le gouvernement est à pied d’œuvre pour remédier à ce problème. « La distribution des vaches étant la première phase, nous étudions avec les partenaires comment attaquer la phase de valorisation de la production ». Elle interpelle  aussi les éleveurs à  consommer leurs productions au sein de leurs ménages.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 289 users online