Jeudi 28 octobre 2021

Économie

Marché de Ngagara : les vendeurs de pastèques dans le désarroi

14/10/2021 1
Marché de Ngagara : les vendeurs de pastèques dans le désarroi
Les vendeurs de pastèques au marché de Ngagara déplorent un manque de clients

Manque criant de clients, espace moins connu et mal aménagé, tels sont les défis que font face les vendeurs de pastèques opérant derrière le marché de Ngagara depuis le 30 septembre. Ils demandent à la mairie de revoir sa décision les interdisant d’exercer au marché dit Cotebu de la même zone.

Il est 9h au marché de Ngagara au nord de la ville de Bujumbura. Derrière la clôture du marché, les grossistes de pastèques arrivent depuis Cibitoke et Bubanza au nord-ouest du pays avec des véhicules pleins de ce fruit.

Ils peinent à trouver certains de leurs clients détaillants. « Ils auraient abandonné du fait qu’ils enregistrent trop de pertes », regrette un des grossistes. Peu de détaillants qui s’y trouvent se lamentent comme quoi la clientèle a chuté énormément.

« Je me suis approvisionnée depuis une semaine mais les fruits sont toujours là. Et c’est la même quantité que je vendais en une journée au marché de Cotebu », indique une mère de 4 enfants, vendeuse de pastèques au marché de Ngagara.
Elle confie que la vente de pastèques est sa seule source de revenus. Et de regretter que ses enfants risquent de ’’mourir de faim’’ si la situation reste la même. Cette dernière confie que certaines vendeuses ont déjà abandonné le commerce de pastèques après avoir enregistré de pertes considérables.

Une autre vendeuse révèle qu’elle peut passer toute la journée sans client : « Même le peu de clients qui viennent ne dépassent pas 9 heures. » Elle fait savoir que parfois ses marchandises pourrissent, ce qui cause de pertes énormes : « Tous ces sacs contiennent des pastèques pourries. J’ai déjà perdu une partie de mon capital », dit-elle, pointant du doigt des sacs qui produisent des odeurs nauséabondes derrière elle. Elle demande à la mairie de leur trouver une autre place ou les laisser retourner au marché dit Cotebu.

E.M., un grossiste de pastèques se dit indigné contre la décision de la mairie. Il déplore que cette mesure n’ait pas été prise pour favoriser les vendeurs. « Parfois, j’amène un véhicule plein de pastèques et il n’y a pas de détaillants pour s’approvisionner. Eux aussi n’ont pas de clients », dit-il, arguant que la place située au marché de Ngagara n’est pas connue par les clients.

En plus, il explique que la même place est étroite et mal aménagée, ce qui selon lui peut repousser les clients. Il demande à la mairie de Bujumbura de revoir sa décision et leur trouver une autre place près le marché dit Cotebu.

Rappelons que la mairie de Bujumbura avait pris une décision le 15 septembre que « les grossistes des pastèques, oignons, amarantes et tomates au marché dit Cotebu ont jusqu’au 30 septembre pour déménager vers le marché de Ngagara ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mbariza

    Le ministère ayant le commerce dans ses attributions devrait cibler les produits dont la consommation locale ne suffit pas et explorer des marchés d’exportation !

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A défaut d’électricité, le Burundi veut la lumière sur Mpanda

« Honte, fiasco, etc. » L’opinion exprime sa profonde déception face au scandale du barrage hydro-électrique de Mpanda. Un gouffre financier de plus de 54 milliards francs burundais. Lors de sa descente sur lieux, le Chef d’Etat a qualifié de « honte » cette (…)

Online Users

Total 5 776 users online