Samedi 16 octobre 2021

Politique

L’Uprona dénonce des tracasseries dans l’octroi de la carte d’identité

24/01/2018 1

Abel Gashatsi, président du parti Uprona, dénonce les difficultés d’obtention de la carte nationale d’identité (CNI). Il intervient à la suite du lancement, mardi 16 janvier, par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), de l’enrôlement des électeurs pour le référendum.

Abel Gashatsi : «En plus des 500 Fbu requis, l’administration à la base exige d’autres contributions».

Il l’a dit ce mardi 23 janvier, au cours d’une campagne d’explication du contenu du projet de Constitution. C’était à l’intention des membres du Forum des partis politiques par le ministre de l’Intérieur, Pascal Barandagiye.

D’après lui, l’administration à la base exige des frais supplémentaires sur le coût connu de tous : «Il est de 500 Fbu». Elle réclame d’autres contributions. Entre autres, frais pour le développement communal.

M. Gashatsi assure que ces frais peuvent entraver le droit de vote : «Le citoyen burundais est actuellement pauvre», a-t-il souligné. Avant de déplorer qu’en absence de cette carte, leurs membres ne s’inscriront pas pour le processus électoral. Et d’appeler aussitôt le gouvernement à faciliter l’octroi de cette carte.

Thérence Ntahiraja, assistant du ministre de l’Intérieur, explique que tout Burundais âgé au moins de 16 ans doit en disposer. «La loi le lui permet». On ne devrait pas, poursuit-il, atteindre l’âge de voter pour avoir sa carte d’identité : «C’est une négligence due au contexte de sécurité que connaît le pays».

M. Ntahiraja souligne que le prix pour l’obtention de la CNI est connu. Il exhorte les administrateurs communaux à accorder ce document sans aucune autre exigence. Avant de les appeler à « changer ce  comportement et à respecter la loi». Car, explique-t-il, le droit de possession de la CNI et de vote revient à tout citoyen ayant l’âge requis.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. kabingo dora

    Est ce maintenant que l’UPRONA ouvre les yeux ? Yaranyoye isosi yigihuna , izoyiziba amaso

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 853 users online