Vendredi 19 avril 2024

Économie

Libère Bukobero : « Si nous voulons des devises, il faut investir fortement dans la production du café en quantité et en qualité suffisantes. »

27/03/2024 11
Libère Bukobero : « Si nous voulons des devises, il faut investir fortement dans la production du café en quantité et en qualité suffisantes. »

Les Etats-Unis comptent investir au cours des cinq prochaines années 54 millions de USD afin de soutenir le secteur du café et d’aider dans l’alimentation scolaire au Burundi. Afin de pallier la baisse continuelle de la production du café, le gouvernement burundais a l’intention de redynamiser la filière café après l’échec de la privatisation et de son réengagement dans la filière café. Libère Bukobero, secrétaire général de l’Adisco (Appui au développement intégral et à la Solidarité sur les collines) revient sur les problèmes qui minent la filière café et propose des solutions.

Quelle analyse faites-vous de la filière café au Burundi actuellement ?

La filière café est dans la tourmente à cause des mauvaises politiques et d’un manque de stratégies pour le développement de cette culture.

Le café est le produit principal d’exportation qui procure un revenu significatif au pays. Par conséquent, c’est là où on devrait mettre toutes les énergies. Le gouvernement est en train de se réveiller mais il a du pain sur la planche. Il y a des ménages qui n’ont pas trouvé d’intérêt dans cette culture et qui ont commencé à arracher les vergers.

Je me souviens que dans les années 70, il y avait des camions qui venaient à Ruyigi et à Cankuzo pour récupérer du café. C’était une grande campagne pour que les ménages reçoivent de nouveaux billets. C’était la liesse. On mangeait du pain. On achetait des pagnes.

On buvait de la bière. Ces campagnes ne sont plus qu’un souvenir. Il n’y a pas eu assez d’initiatives même si, d’un côté, les producteurs se sont organisés dans des coopératives. Le café a diminué en quantité. C’est déplorable vu la situation que nous vivons. Si rien n’est fait stratégiquement, le Burundi va connaître des difficultés énormes surtout en matière de marché international pour avoir des devises.

Quid de la privatisation ?

C’est de l’histoire. Il s’est agi d’une incompréhension des parties prenantes. C’est quoi la privatisation ? On privatise quoi ? Premièrement, le verger appartient aux familles.

C’est donc du privé. Qu’est-ce qui n’était pas privatisé ? Ce qui n’était pas privatisé, ce sont les usines de transformation ainsi que les Sogestal qui semblaient être une propriété de l’Etat. Mais pour moi, les Sogestal étaient devenus des lieux de fraude pour voler la communauté. Ce sont ces instruments qu’il fallait privatiser.

En réalité, la privatisation de la filière café a été mal conduite. On avait demandé que ce soient les producteurs eux-mêmes qui prennent la majorité des maillons de la filière et les contrôlent. Cela n’a pas été le cas. Heureusement, Adisco, avec les autres organisations comme Inades et la Confédération nationale des associations des caféiculteurs du Burundi (Cnac Murima w’Isangi) ont fourni des efforts pour accompagner les ménages à s’organiser en coopératives et à développer des stations de lavage.

C’est à ce moment que les coopératives se sont organisées en consortium Cococa (Consortium des coopératives de café) qui, maintenant, arrive à vendre du café. D’une manière générale, une partie de la filière a été quand même récupérée par les producteurs eux-mêmes.

Aujourd’hui, Cococa vend le café à un bon prix. Il rapporte toutes les devises à l’Etat à travers la Banque centrale. Un rapatriement parfait. Voilà un mécanisme qu’il fallait exploiter et privilégier. Malheureusement, Cococa n’est pas soutenu par l’Office pour le développement du café au Burundi (Odeca).

L’Odeca est en même temps régulateur et acheteur du café. Est-ce normal ?

L’office mis en place est en train de jouer en même temps le rôle d’acteur et le rôle de régulateur. C’est de l’amalgame. S’il continue de jouer ces deux rôles, on aura échoué comme la privatisation a raté. Je proposerais qu’il y ait un dialogue franc entre les partenaires concernés pour que l’on puisse clarifier les fonctions de l’Odeca.

Ce dernier doit en principe assurer la régulation et non l’action de production et de commercialisation du café. Ce n’est pas le rôle de l’Etat. C’est plutôt le rôle des producteurs. Que le gouvernement puisse avoir ses propres plantations, c’est un rêve chimérique, une utopie. Ce n’est plus possible que le gouvernement puisse avoir des plantations de café.

Cela a existé sous le régime Uprona, mais aucune plantation n’existe plus. Le gouvernement veut aujourd’hui commettre les mêmes erreurs que celles commises sous la Ière et la IIe Républiques. L’Etat n’est pas un bon producteur de café. Les bons producteurs sont les paysans caféiculteurs.

Quid du rapatriement des devises issues de la vente du café ?

Pour rapatrier les devises issues du café, il n’y a qu’un seul canal. Il faut privilégier les organismes nationaux comme les coopératives nationales ou les sociétés burundaises qui vendent du café sous le contrôle du gouvernement. C’est le seul moyen pour ramener les devises.

Si on donne le champ libre aux multinationales, les devises se feront toujours rares. Il faut que la BRB accepte de donner l’argent à Cococa avec un taux favorable pour encourager les producteurs. Il s’agit d’une question de souveraineté. Les multinationales ne peuvent pas développer le Burundi.

Pour vous, quelles sont les actions à mener pour redynamiser cette filière ?

On ne peut pas amorcer une croissance économique sans investissements. Si nous voulons des devises, il faut investir fortement dans la production du café en quantité et en qualité suffisantes. Il faut augmenter les vergers de café. Avec la démographie galopante et l’exigüité des terres, les gens ont peur de ne plus trouver à manger.

Ils ont par conséquent tendance à arracher le café pour le remplacer par le haricot. Ce dernier peut être acheté ailleurs. Ce qui n’est pas le cas pour le café. Il faut aussi augmenter les emblavures de café.

Comment le faire ?

Il faut rendre obligatoire la plantation du café comme à l’époque de la colonisation. Au niveau du gouvernement, il faut se mettre ensemble pour réfléchir sur les mécanismes d’obligation sans coercition pour augmenter les plantations de café.

Par exemple, il faut décider qu’un jeune garçon ne pourra pas se marier sans montrer un verger de 50 ou 100 pieds café ; que celui qui n’aura pas planté de café n’aura pas droit à une carte d’assurance-maladie. Un enfant qui réussit à l’école, on pourra lui donner des plants de café à planter à la maison comme on donne des bourses d’études aux élèves.

Les enfants pourront ainsi être encouragés à planter le café. On peut faire renaître encore une fois le café dans les jardins scolaires. Il y a plusieurs moyens pour le faire, il suffit de trouver des mécanismes de stimulation appropriés pour que la jeunesse puisse comprendre que sans café, le Burundi n’est plus.

Propos recueillis par Fabrice Manirakiza

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Birashobotse

    Je pense croire que les voies et moyens pour la croissance économique et le développent du Burundi ont déjà été exposé s dans les précédents forum par la crème de nos compatriotes diaspora expérimentée. Solutions jamais exploitées. En tout cas ce n est pas le café qui va sauver le burundi

  2. Nibirantije Rodrigue

    J’ai consulté tous les réactions menées par ce représentant de l’ADISCO,c’est une vérité totale.

    Question du devises,où trouvons -nous la monnaie internationale?

    Le secteur agricole est l’un parmi qui peut nous aider à avoir ces devises en abondance.
    Planter les cultures d’exploitation comme le café,le thé,le coton,….
    Mais,ça se fera comment?
    Donne-moi une occasion pour partager les procedures.

  3. Kibinakanwa

    Ma réaction:
    Sur son lopin de terre le paysan burundais a le droit absolu de Planter ce qu’il veut.
    Full period.
    Si la patate douce est plus rentable, que le paysan plante la patate douce.

  4. jereve

    Il ne faut pas ignorer que nos paysans savent aussi faire un calcul précis de rentabilité d’un projet ou affaire. S’ils se rendent compte qu’ils doivent déployer énormément de travail pour produire du café qui ne coûte que Frbu 1’300.- le kilo alors qu’un régime de banane produit au même endroit au moins deux fois plus de sous, quoi de plus normal qu’ils accordent beaucoup plus d’importance et de soins à la culture qui rapporte plus.
    On ne doit pas leur en vouloir, et surtout pas les punir ou les soumettre à la contrainte comme le préconise notre expert. Il faut plutôt les motiver par une rémunération intéressante et plus équitable.
    Une tasse de café coûte plus ou moins 3 dollars en occident, alors qu’un kilo de café ne coute que Frbu 1’300.- (moins de 0,3 dollars) chez le paysan. La différence est énorme, même si on tient compte du transport et tout le travail de transformation.
    Monsieur l’expert devrait donc négocier avec les négociants en café, pour obtenir une part de rémunération équitable qui reviendrait aux paysans pour les motiver.

  5. Bigirimana Adelphine

    Merci beaucoup monsieur Libère .
    jes suis pour avec vos idées.
    je me souviens la période de paie pour le café vendu ( ISIZENI) . C’était vraiment une période de joie dans la famille.

  6. Stan Siyomana

    1. Je me demande ou Monsieur Libere Bukobero va trouver ces idees: « Par exemple, il faut décider qu’un jeune garçon ne pourra pas se marier sans montrer un verger de 50 ou 100 pieds café ; que celui qui n’aura pas planté de café n’aura pas droit à une carte d’assurance-maladie. Un enfant qui réussit à l’école, on pourra lui donner des plants de café à planter à la maison comme on donne des bourses d’études aux élèves… »
    Je me demande si meme la dictature nord-coreenne de Kim Jong Un est aussi rigide et ridicule (pour prendre de telles mesures).
    2. Si le citoyen burundais peut vendre son cafe a un prix qui luit plait, il va s’adonner a la culture du cafe et il n’y aura pas d’autres discussions.
    Moi je ne vois aucune chance de voir l’ADISCO (de Libere Bukobero) sauver la filiere du cafe au Burundi.

  7. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« Il s’agit d’une question de souveraineté. Les multinationales ne peuvent pas développer le Burundi… »
    2. Mon commentaire
    a. Je crois quand meme que les dirigeants burundais/les cafeiculteurs burundais sont contents que « Les Etats-Unis comptent investir au cours des cinq prochaines années 54 millions de USD afin de soutenir le secteur du café… »
    b. Je crois quand meme que les dirigeants burundais/tout le peuple burundais seraient contents s’il y avait assez d’investissements directs etrangers pour produire assez d’electricite, developper le secteur touristique, exploiter les minerais de nickel, construire le chemin de fer standard gauge rail,…
    c. Je crois quand meme que notre president et notre premier ministre essaient toujours de rencontrer les hommes d’affaires quand ils voyagent dans les pays membres de l’EAC, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, en Europe, en Russie, les pays arabes, en Chine…
    d. « Strengthening infrastructure, expanding trade and investment, promoting manufacturing and industrialisation and enhancing tourism and cultural exchanges are avenues that can further solidify the ties between China and Tanzania.
    By harnessing the benefits of this collaboration, both countries can achieve sustainable growth, prosperity, and shared development in the years to come… »
    https://dailynews.co.tz/china-tanzania-ties-defy-time/
    e. Les recherches de Claire Mainguy (=maitre de conferences a l’Universite Robert Schuman de Strasbourg) pourraient nous donner quelques reponses. http://bibliotheque.pssfp.net/livres/L_IMPACT_DES_INVESTISSEMENTS_DIRECTS_ETRANGERS_SUR_LES_ECONOMIES_EN_DEVELOPPEMENT.pdf#:

  8. Jean

    Je trouve très désolant à quel point les dirigeants burundais, n’ont aucune idée de ce qu’il faut pour un pays pour sortir du marasme économique dans lequel ils l’ont eux-même précipité.

    Leurs tâtonnements qu’ils essaient de déguiser pour des projets de développement sont affligeants.

  9. Stan Siyomana

    Moi j’aimerais voir la reaction de mes compatriotes burundais, si dans l’un des forums economiques organises a Bujumbura, l’ambassadeur du Royaume de Belgique ou de l’Union Europeenne proposait: « Il faut rendre obligatoire la plantation du café comme à l’époque de la colonisation… »

    • Patrice ndimanya

      Il n’est point besoin de contrainte, le prix du kg de café à plus de 1000 BIF par kg de cerise à diviser par 6 pour avoir le café vert exporté est un prix rémunérateur (comparons les choses comparables. L’urgence est d’investir dans les pépinières, la demande est là. lors de la visite récente d’une station de lavage, le constat est que même les plants mal formés avaient été emportés. Comme le dit Libère les plantations envisagées pour les collectivités ne sont pas justifiés, il y des preneurs dont la profession est l’agriculture. Les terres dites vacantes même Ryckmans disait à la Belgique en 1920 qu’il n y avait pas. Je les vois pas non plus surtout pour accueillir une culture aussi exigeante que le café.

      Concernant la privatisation c’est plutôt un succès même s’il y a des limites: comparons les prix à l’export e, les dynamiques de certification et les primes qui vont avec c’est à l’actif des privés dont les coopératives comme le souligne Libère.

      Le statut national ou international, discutable l’essentiel est la transparence et surtout veiller à limiter les monopoles qu’il soit public, privé ou même coopératif, national ou internationam. Eviter les sociétés écrans qui vendent à des succursales qu’elles ont crée. Le président d’inter-café a vu juste quand il souligne que lors des appels d’offres neuf acheteurs peuvent se présenter alors que dans les faits c’est un seul acheteur.
      Saluons une directive du parlement européen qui offre l’opportunité de sanctionner les opérateurs qui ne prendront pas en compte les obligations en rapport avec les droits humains et la durabilité. Ils nous faut être ambitieux que la directive pour prévenir les collusions et les risques de corruption. Comme le rapporte le diagnostic fait par le journal IWACU les prix de cession de l’outil industriel interpelle
      Iwacu peut nous aider à trouver le titre de propriété de l’usine HORAMAMA, propriété des coopératives

    • Patrice ndimanya

      IWACU peut nous aider en approchant les hommes de droit de savoir si conditionner un mariage ou l’accès à l’assurance maladie n’est pas une violation des droits humains

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 3 193 users online