Samedi 20 juillet 2024

Société

Ils veulent redorer le blason, terni

Ils veulent redorer le blason, terni
L’Assistant du ministre ouvrant la campagne dans une plantation de Cishwa

Jusqu’ici considéré comme très énergétivore par les jeunes, la culture du café se retrouve délaissée. Le ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Élevage affirme que cette culture d’exportation doit reprendre sa place d’antan en mobilisant toutes les forces nécessaires.

Pour cette année 2023, la campagne de paillage, de fertilisation et de replantation du caféier a été lancée ce mercredi 15 novembre en commune Bugendana de Gitega. C’était sur la colline de Cishwa où l’assistant du ministre de l’Agriculture a déclaré que le café va reprendre sa place de première culture d’exportation au Burundi.

D’après lui, il y’a des années la récolte du café faisait des merveilles dans les ménages où la plupart des gens construisaient des maisons avec des tôles ondulées ou s’achetaient du bétail pour l’élevage grâce à l’argent du café.

Avec la privatisation de la filière café, cette culture a été délaissée par les agriculteurs qui la considéraient comme une perte de temps. Certains spéculateurs s’emparaient de la récolte, ils ne payaient pas à temps les caféiculteurs, ce qui avait fortement démoralisé ces derniers.

Pour lui, aujourd’hui le gouvernement a pris les choses en mains et veut que l’agriculteur soit le premier bénéficiaire de sa récolte au lieu d’enrichir les profiteurs et les commerçants véreux.
« Le café doit également être taillé, paillé et fertilisé pour être rentable. Il faut que les encadreurs et les caféiculteurs travaillent main dans la main pour produire un café de qualité et que des sanctions soient prévues pour ceux qui n’entretiennent pas leurs vergers de caféiers », a insisté Emmanuel Ndorimana.

Il faut que le café retrouve sa notoriété et sa place dans les communautés qui ne juraient que par ses graines très prisées à l’étranger. Comme il l’indique, l’Etat a décidé d’y mettre beaucoup des moyens pour rendre cette culture plus productive et par voie de conséquence génératrice de revenus.
« L’engrais et les produits phytosanitaires sont disponibles en grande quantité et subventionnés par le gouvernement. Même ceux qui veulent avoir de nouvelles plantations seront servis gratuitement », a-t-il ajouté.

« C’était moins une ! »

Pour la population de Bugendana, la culture du café a failli disparaître de leurs champs et dans les esprits. Beaucoup avaient perdu l’espoir dans le café. Ils entretenaient les plantations mais le bénéfice n’était pas au rendez-vous au vu des efforts déployés. Certains vergers étaient à l’abandon, délaissés ou déracinés au profit d’autres cultures vivrières.

« Les jeunes affirment qu’ils ne peuvent pas perdre leur temps en plantant des caféiers. Si certains mettent en avant le manque de terres, les autres parlent du faible coût proposé chaque année », avance Gislaine qui affirme détenir 200 caféiers .

Même son de cloche chez Rose Ncahoruri qui note qu’il était nécessaire de reconsidérer la politique nationale de la filière café. D’après cette mère de famille, il y a un léger mieux et la population s’intéresse de nouveau à la caféiculture.
« Cette année j’ai pu envoyer les enfants à l’école, acheter des uniformes et deux porcs. Comme on peut semer certaines plantes dans les plantations, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de place pour les caféiers ! ».

Quant à Lazare Ngendakumana de Mutoyi, il signale que ses enfants ne peuvent pas refuser d’entretenir un caféier dans la mesure où ils constatent qu’à la récolte, ils peuvent s’acheter ce dont ils ont besoin.
« Ceux qui n’ont pas des grandes terres chez eux s’associent avec les autres en coopératives pour planter les caféiers et partagent les bénéfices. Petit à petit, nous remarquons qu’il y’a un changement dans la mentalité des jeunes »,a-t-il reconnu.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Kaziri

    Avec la densité du Burundi, le seul Salut serait
    1) La culture intensive ded fruits
    2) La culture intensive des fleurs

  2. Kaziri

    Il est plus rentable de cultiver le maïs ou le Haricot.
    Donnez au paysan un prix plus compétitif.
    Voici le noeud du problème

    • Stan Siyomana

      @Kaziri
      Une fois, j’avais fait un petit calcul et j’avais trouve qu’une demi-tonne d’or rapporterait autant que le cafe burundais vendu sur le marche international. Donc si le secteur de l’or etait bien organise et sans fraude, l’on pourrait avoir plus de terres arables pour assurer la securite alimentaire du pays..

    • Anonyme

      plutôt il faut augmenter la productivité car le prix est quoté sur le marché international

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 856 users online