Vendredi 19 avril 2024

Économie

Crise de devises : Entre marché noir et mesures gouvernementales

Crise de devises : Entre marché noir et mesures gouvernementales
L’accès aux devises reste difficile dans les banques même quand on a des liquidités

Les devises se font rares au Burundi malgré les différentes mesures prises par la Banque centrale pour stabiliser la monnaie nationale. Malheur aux cambistes qui en distribuent sur le marché noir.

Actuellement, il faut débourser 2 891,93 FBu pour acquérir un dollar américain et 3 128,35 FBu pour un euro selon les taux de change fixés par la Banque de la république du Burundi (BRB). Ces taux varient dans d’autres banques.

Par exemple, à la Bancobu, le taux est de 2 926,35 FBu pour un dollar et 3 165 FBu pour un euro, selon les données recueillies le mardi 26 mars 2024.

L’accès aux devises dans les banques reste difficile même pour ceux qui disposent de liquidités. Nombreux sont ceux qui se tournent vers le marché noir où les taux de change diffèrent considérablement.

Par exemple, le dollar s’échange à environ 5 200 FBu, avec des variations qui peuvent atteindre les 5 500 FBu. Les cambistes sont souvent la cible des agents du Service national des renseignements (SNR).

Plusieurs témoignages rapportent beaucoup de cambistes arrêtés et des saisies d’argent dans la ville de Bujumbura. Aujourd’hui pour avoir les devises il te faut un cambiste avec qui vous vous connaissez très bien. En plus de la chasse aux cambistes, les hautes autorités de l’Etat ont pris de nombreuses décisions dont la fermeture des bureaux de change qui ne respectent pas les taux imposés par la BRB.

Malgré ces mesures, la dévaluation de la monnaie burundaise persiste. Ce qui pousse certains à douter de l’efficacité des actions gouvernementales. En novembre de l’année dernière, lors d’une réunion avec les dirigeants des banques et les entrepreneurs, le président de la République a déclaré que les banques commerciales et la Banque centrale jouaient un « jeu de cache-cache. Ce qui alimente la méfiance. »

« La preuve est que votre argent est intercepté à l’étranger. Un montant de la BCB a été intercepté à l’aéroport de Nairobi, L’argent de l’Interbank a été intercepté à Gatumba. C’est cela qui engendre la méfiance. Il faut qu’on parle de l’origine de cette méfiance. », a insisté le chef de l’Etat en s’adressant aux dirigeants des banques au Burundi

André Nikwigize, économiste, propose des solutions pour relancer l’économie burundaise et pallier le manque de devises, notamment investir dans la production et la promotion des exportations ; améliorer l’allocation des devises ; réduire les dépenses de l’État ; rationaliser les importations et lutter contre la corruption.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Jean Pierre Hakizimana

    @ Jules Bercy Igiraneza,

    Pourriez vous, svp, si vous avez accès au ministre d’économie, ou le patron de la BRB, lui demander pourquoi pensent ils que les gens font recours aux cambistes pour payer presque le double le USD?

    Je sais que c’est une banale mais, de temps en temps, il faut établir les principes fondamentaux d’un problème. Que disent les entrepreneurs qui ont besoin du dollar? Et les cambistes, où achètent ils ces dollars qu’ils vendent au double prix relativement au prix affiché par la BRB?

    Et la BRB, combien de $ a t’elle dans ses comptes? Le Burundi exporte tout de même certains produits très liquides à l’étranger? Le Burundi produit l’or n’est ce pas? Non?

    Et l’argent de la Diaspora, c’est combien? Et surtout ces sommes vont où? Est ce que les receveurs de ces transfers, les reçoivent en USD? Je soupçonne que c’est ces USD qui vont directement aux cambistes qui font la concurrence à la BRB à l’achat du USD.

    Et si il y avait des gens bien connectés qui font l’arbitrage? Souvenez vous les USD que Alain G Bunyoni avez planqué chez lui? Souvenez vous qu’il a été arrêté avec l’ancien patron de la BRB. Voila ce que je veux dire être bien connecté: La BRB peut imprimer des FBU, Je prend un crédit à la BRB, je vais nettoyer tous les USD sur le marché (noir) car je sais que le FBU va dévaluer plus que le USD avec le temps.

    Je sais qu’il est possible que personne ne vienne « on the record » pour discuter par crainte pour sa sécurité, mais vous pourriez tout de même faire un investigation et nous informer même si on a que des gens « off the record ».

    Il est important d’éduquer le peuple Burundi en nous présentant tous les points de vu de tout les gens qui participent dans une équation, même si c’est du « off record ». Nous connaissons par coeurs les points de vu de la Parcem, etc…… jamais on voit le point de vu des grandes têtes de Gitega ou les banques commerciales.

  2. le problème ne pas lié à la banque,mais plutôt au gouvernement qui baissent le taux de échanger sans livrer de dollars aux commerçants indépendants qui font de l’exportation de produits dans des pays étrangers.

    pour en finir avec ça,il faut appliquer quatre méthodes

    (1) payé les travailleurs en dollars chaque mois

    (2) débloquer quelques fonds pour servir aux commerçants qui aiment acheter des produits étrangères

    (3) crée des marchandises dans le pays où ont utilise les dollars,par exemple, ouvrir des magasins aux congo sur la quelle vous allez vendre vos produits en dollars pour ravitailler votre banque

    (4) il faut que les banques et les cambistes utilisent le même prix.

  3. Jean Pierre Hakizimana

    Il y a un papier concernant la hausse du prix de lait. Le dernière que j’ai acheté un litre de lait au Burundi je me souviens que je l’ai payé 100FBU. Le USD coutait 110FBU au marché noir. Donc le litre de lait coutait 1.3USD en 1992. Je parle du lait liquide dans un sachet, à l’époque fait par la société Nadel. Si on garde le même prix donc le même litre couterait 1.1×5200= 5720FBU. Le Burundi avait une population de plus ou moins : 5,743,085. Rien que ces trois donnés, donc le lait est moins chère rien qu’en considérant le fait que sa population a plus que doublé! A moins que le pays a vraiment amélioré la productivité dans la production du lait. Chose que je doute.

    On voit souvent le president faire de sorties très vocales pour donner des lectures économiques. On le voit souvent expliquer comment l’économie fonctionne, etc….. Le problème est que le président a un problème de crédibilité car le pays est devenu le pays le plus corrompu, donc gouverné par une bande mafieuse. Nous parlons d’un pays qui a eu un patron de la banque centrale emprisonné blanchiment d’argent et corruption! Rien ceci explique pourquoi le Burundi est devenue « uninvestable « . Il parait qu’il est libre quelque part!

    On voit le president dire aux banquiers ceci  » La preuve est que votre argent est intercepté à l’étranger….. » Est ce que quelqu’un peut lui dire que le capital a tendance a aller là où les conditions sont favorables à la prospérité? Et puis lui même a reconnu que c’et « LEUR ARGENT » donc ils ont le droit d’en faire ce qu’ils veulent et où ils veulent. Est ce que quelqu’un peut dire a Mr Le président que ces banquiers ont une et une seule obligation fiduciaire à leur actionnaires: Protéger le capital et puis un retour d’investissement le plus haut possible?

    @Stan, oui il faut réduire la taille du gouvernement. Il faut ceci car vous remarquerait que c’est un gouvernement bourré d’hommes et femmes qui n’ont pas la qualification nécessaires aux problèmes que connait le Burundi. Un ex: « Les cambistes sont souvent la cible des agents du Service national des renseignements (SNR). » De quoi accuse t’on aux cambistes? Est ce que ces dollars ne les appartient pas? Les ont ils volés? Si oui, à qui? Si non alors, n’ont ils pas le droit de les vendre au plus offrant? Qu’est ce que le SNR a à faire avec la loi de l’offre et la demande? Voici un de multiple examples dans lequel le gouvernement est le problème, pas la solution au Burundi. Je dirai même que ils rendent le problème grave.

  4. Hihi

    Pour éviter les problèmes des devises
    il faut à tout prix produire
    Pour produire il faut d’ abord des investisseurs
    Ce n est pas directement un problème de devises
    C est d abord donner confiance, confiance aux partenaires
    à de nombreux points, Sécurité, faire respecter les lois, supprimer toutes formes de corruption, réseau routier, carburant, eau, électricité disponibles
    Les étrangers sensés investir, connaissent la situation actuelle du pays.
    Il ne faut pas leur raconter des bobards, leur faire miroiter des lubies

  5. Hihi

    les devises c est une conséquence
    il faut tout prix produire
    Pour produire il faut d’ abord des investisseurs
    Ce n est pas directement un problème de devises
    C est d abord donner confiance, confiance au partenaire a de nombreux points, Sécurité, faire respecter les lois, supprimer toutes formes de corruption, réseau routier, carburant, eau, électricité disponibles
    Les étrangers sensés investir, connaissent la situation actuelle du pays.
    Il ne faut pas leur raconter des bobards, leur faire miroiter des lubies

  6. Stan Siyomana

    1. Quand j’ai vu « réduire les dépenses de l’État… », j’ai tout de suite pense a Javier Milei (president de la Nation argentine depuis le 10 decembre 2023).
    « Dans le domaine économique, Milei se reconnaît comme anarcho-capitaliste et défend un programme inspiré de l’école autrichienne, qui vise à drastiquement diminuer le poids de l’État : il souhaite ainsi supprimer la banque centrale argentine, remplacer le peso argentin par le dollar américain, supprimer les aides sociales, limiter le nombre de ministres aux fonctions régaliennes et diviser par deux les dépenses publiques… »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Javier_Milei#:
    2. « L’Argentine est en 2021 toujours en situation de profonde crise économique et sociale (taux de pauvreté de 40 %, taux d’inflation de 52 %, pression de la dette auprès du FMI). Dans ce contexte, près de 25% des adolescents âgés de 13 à 17 ans sont obligés de travailler pour aider leurs familles pauvres et endettées87… »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Argentine
    3. En une annee, le dollar americain est passe de 200 a 858 pesos argentins.
    https://www.barchart.com/forex/quotes/%5EUSDARS/interactive-chart

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 3 153 users online