Mercredi 28 février 2024

Politique

« Les cas d’enlèvement vont decrescendo »

13/01/2017 19

La police a présenté à la presse, ce jeudi 12 janvier, un jeune arrêté pour avoir simulé un enlèvement.

Pierre Nkurikiye : « Neufs policiers ont été enlevés et nous ignorons jusqu’à présent où ils sont. »
Pierre Nkurikiye : « Neufs policiers ont été enlevés et nous ignorons jusqu’à présent où ils sont. »

« Le phénomène d’enlèvement a pris une envergure considérable en 2015, avec le mouvement insurrectionnel », a martelé Pierre Nkurikiye, porte-parole de police, ce jeudi 12 janvier, au commissariat général de la police judiciaire, lors d’une conférence de presse.

Il fait remarquer que ce phénomène date de plusieurs années. « Les cas d’enlèvement vont decrescendo depuis que le mouvement insurrectionnel a pris fin. Néanmoins, il s’observe une certaine résistance.»

Selon le porte-parole de police, les enlèvements sont de deux sortes : l’enlèvement réel et l’enlèvement simulé.

Concernant les cas d’enlèvement réel, Pierre Nkurikiye affirme qu’ils sont commis par des groupes de bandits. Il ne nie pas une probable collaboration de certains policiers, agissant isolément.

Il confie que même des éléments du corps de sécurité ne sont pas épargnés : « Neufs policiers ont été enlevés pendant l’insurrection et nous ignorons jusqu’à présent où ils sont. »

Pour ce qui est de l’enlèvement simulé, le porte-parole de police dit que ce genre d’enlèvement n’a qu’un mobile pécuniaire. « Une personne, avec l’appui de partenaires, simule son arrestation. Par la suite, les supposés kidnappeurs exigent une rançon à la famille pour la libération de leur membre.»

Pierre Nkurikiye rappelle qu’une arrestation menée par la police s’effectue dans le strict respect d’une certaine procédure. La police tient notamment à informer, la famille du présumé auteur d’une infraction, de son lieu de détention.

Il suggère à la population d’alerter la police lorsqu’une arrestation n’est pas suivie de cette procédure.

Le porte-parole de police soutient que les ravisseurs ont un point commun : « Les auteurs se présentent tous comme agents du corps de sécurité et surtout du service national de renseignements. »

Il s’en est sévèrement pris aux usagers des réseaux sociaux, qui s’en servent pour « faire la propagande de la criminalité ». Il a explicitement indexé Pacifique Nininahazwe, Teddy Mazina… Il appelle la population à ne pas beaucoup se fier aux informations diffusées sur les réseaux sociaux.

Cas du jeune homme arrêté

Floris Akintore, élève âgé de 20 ans, originaire de la province de Makamba, affirme avoir concocté une simulation d’enlèvement. « J’habite à Carama, commune Ntahangwa en mairie de Bujumbura. J’allais à la pharmacie pour l’achat de médicaments. C’est à cette occasion que j’ai voulu passer à la réalisation de mon plan.»

Il confie qu’il voulait une somme importante pour acheter une parcelle dont l’aîné de la famille s’était accaparé. Il dit avoir alerté la famille, depuis la zone Musaga de la commune Muha, en mairie de Bujumbura, au moment où il s’apprêtait à embarquer pour le sud du pays. « J’ai envoyé un texto à la maison pour leur informer de mon supposé enlèvement. J’ai par la suite gagné la province de Makamba. »

Arrivé à Makamba, Floris Akintore affirme qu’il a continué à crier au secours : « Je leur disais que mes ravisseurs exigent une rançon de 3 millions de Fbu. »

Il dit avoir été arrêté par le service national de renseignements de cette province alors qu’il allait récupérer 1 million que sa famille venait de lui envoyer. «C’est au moment où je tentais de retirer cet argent auprès de Leo (Eco cash) que j’ai été immobilisé, après avoir constaté que mon compte était bloqué. »

Le porte-parole de la police affirme que plus de 30 dossiers en rapport avec l’enlèvement, confectionnés par le SNR, sont en cours d’instruction.

Forum des lecteurs d'Iwacu

19 réactions
  1. Mvuye

    Ce porte parole « merite d’etre promu » pour que un autre avec plus d’idees…emerge. Ukuri kwiwe kwama guca mu ziko kugasha!!!!

  2. Maya

    Lu pour vous:
    http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/489198/policiers-de-chicago
    Qui peut nous dire où était HRW, Amnisty International et FDIH? Opèrent uniquement en Afrique. le monde est injuste!

  3. Ntazizana

    Nkurikiye devrait au moins respecter les victimes et leurs familles. La terre tourne mr , je ne te souhaite pas qu’un jour tu simules ton propre enlèvement.

  4. KABADUGARITSE

    Ntivyoroshe bagenzi! Kera umuntu yabanza kwibaza kuronka akazi hama akaronka ayo gupanga none ubu umunyeshule (20ans) yibaza kugura parcelle! Papa wiwe we ngira yibaza kwubaka étage no kugura indege!

  5. Ce porte-parole a atteint un point de non-retour. Permettez-moi d’utiliser un langage de technicien pour dire ce que je pense d’un homme en la personne de Pierre Nkurikiye. En effet, en résistance des matériaux, il y a une notion importante qu’on appelle « déformation ». Cette dernière peut être réversible et elle est appelée « élastique ». Lorsque l’effort subi est plus que normal, la déformation devient irréversible ou permanente ou plastique. Ce phénomène existe aussi en sciences sociales où une personne peut subir une déformation professionnelle. Même s’il est difficile d’incriminer la profession officielle, enfin l’officieuse l’a emporté, Nkurikiye a déjà franchi le « domaine élastique », autrement dit, il ne peut plus retrouver l’état initial d’un homme normal. Il est dans ce que l’on appelle « domaine plastique », autrement dit il a subi une déformation permanente. Quel gâchis pour un si jeune homme! Chaque fois qu’il ouvre sa bouche, bonjour les dégâts! Comment peut-il penser qu’une association de morceaux de fausses idées peut être crédible après tant de flagrants délits de mensonges? J’ai une seule question: doit parler même s’il n’a rien à dire?

    • Fofo

      @Ndayumva,
      Cher amis, au-delà du clientélisme ou du fanatisme, parlons un peu de vérité! Le Burundi est un petit pays et Bujumbura où tout le monde connait presque tout le monde. Certes, il y a une crise politique dans le pays mais toutes les tueries, tous ces enlèvements, tous les actes de violations de droit  » de l’homme » ne sont pas liées à la crise actuelle. Il faut reconnaitre qu’il y a bcp d’enjeux! Si l’on parle des enlèvements: on suppose qu’il personne est enlevée à partir du moment où on ne sait plus ou il est. Dans une situation de crise, la première hypothèse est qui vient dans nos têtes qu’il serait tué mais tirer directement une telle conclusion est une erreur dans la mesure où nous savons bien des gens qui sont partis à l’étranger sans avoir dit au-revoir à personne. Nous savons également des personnes qui ont été enlevés puis revenir après avoir versé plusieurs millions aux ravisseurs (Surtout à Gihanga). Nous oublions aussi ceux qui sont recrutés dans des groupes rebelles. Ceux qui ont été dans les rebellions savent comment les gens y partent. Toutefois, certains agents de la police et des services secrets n’y sont pour rien!

    • barumwete Alain F

      votre cecité ethnique vous prive de comprendre le porte parole, Tant pis pour vous, Le Bdi continue son chemin.

      • @barumwete Alain F
        Il est fort probable que vous n’ayez rien compris de mon commentaire. Qu’est-ce qu’il y a d’ethnique dans ce que j’ai dit? Des réactions épidermiques comme la vôtre caractérisent les robots. « Le Bdi continue son chemin. » J’ose espérer que vous ne parlez pas de votre chemin qui, visiblement, n’est que ténèbres.

    • Fofo

      @Ndayumva,
      Cher amis, au-delà du clientélisme ou du fanatisme, parlons un peu de vérité! Le Burundi est un petit pays et Bujumbura où tout le monde connait presque tout le monde. Certes, il y a une crise politique dans le pays mais toutes les tueries, tous ces enlèvements, tous les actes de violations de droit » de l’homme » ne sont pas liées à la crise actuelle. Il faut reconnaitre qu’il y a bcp d’enjeux! Si l’on parle des enlèvements: on suppose qu’il personne est enlevée à partir du moment où on ne sait plus ou il est. Dans une situation de crise, la première hypothèse est qui vient dans nos têtes qu’il serait tué mais tirer directement une telle conclusion est une erreur dans la mesure où nous savons bien des gens qui sont partis à l’étranger sans avoir dit au-revoir à personne. Nous savons également des personnes qui ont été enlevés puis revenir après avoir versé plusieurs millions aux ravisseurs (Surtout à Gihanga). Nous oublions aussi ceux qui sont recrutés dans des groupes rebelles. Ceux qui ont été dans les rebellions savent comment les gens y partent. Toutefois, certains agents de la police et des services secrets n’y sont pour rien!

      • Bakari

        @Fofo
        « Le Burundi est un petit pays et Bujumbura où tout le monde connait presque tout le monde. »

        J’aime bien les gens qui ont une mémoire d’éléphant; et encore…
        Le Burundi est peuplé par 10 millions d’habitants dont au moins 300000 (j’ignore le nombre de bujumburais) dans sa capitale. Celui qui les connaît tous est un magicien.
        Combien de fois on a retrouvé des cadavres sans être capables de leur trouver un nom?

        • Fofo

          @Bakari,
          Même si tu refuses, tu sais bien qu’à Bujumbura si quelqu’un t’indique ses vrais nom et prénom ainsi le quartier dans lequel il habitue, tu ne feras pas plus d’une journée sans m’avoir connu. Tu sais que cela n’est pas le cas dans des grandes villes. Tu sais quand même qu’ailleurs sans adresse complète, même avec une identité complète et sa photo à l’appui, tu peux faire des années sans trouver quelqu’un qui lui connais.
          Je sais que tu ne me connais pas mais si je te donnais mon nom et prénom et d’indiquer le quartier où j’habite, dans deux jours suffisent pour que tu me décrive toute mon identité complète!

          • Bakari

            @Fofo
            Reconnaissez-vous au moins qu’on a retrouvé à Bujumbura, plus d’une fois, un cadavre qu’on n’a pas pu identifier?
            Je vais vous donner un indice pour me retrouver: si vous y arrivez, vous avez droit à un bac de primus ou de soda, au choix.
            Je suis barbu et j’adore le gribouillage…
            Bonne chance!

          • Fofo

            @Bakari,
            Je crois que tu n’es pas le seul dans la catégorie des barbus. Ne me donnes pas ton nom pour que si quelque chose du mal ne t’arrive et qu’elle me soit imputé! Hors du clientélisme ou du fanatisme, tu sais qu’à Bujumbura que les gens se connaissent c’est pourquoi vous utilisez les pseudonymes au lieu de vos propres noms.

          • Bakari

            @Fofo
            Au secours!
            Vous qui connaissez tout le monde, aidez ces gens à identifier cette (malheureuse) personne;
            http://www.igihe.bi/Kabezi-Umunyagihugu-yiketswe-ko.html

          • Fofo

            @Bakari,
            Indiques-moi son nom et prénom ainsi que sa commune d’origine, je te donnerai dans deux jours son identité complète! Sinon, un cadavre dont on ne sait pas ni son identité ni d’où il est venu, il est difficile de lui connaitre à moins que je sois un sorcier!

  6. Nimubona

    Le ridicule ne tue pas
    On aura tout vu

  7. joan

    je ne comprend pas le cas de ce jeune arrêté
    il a tenter de soutirer de l’argent a sa famille pour qu’après il puisse acheter une parcelle de son frère ?
    je ne vois pas la logique dans ce cas ou c’est la police qui essai de donner un exemple comme quoi il y as des personnes qui font des simulation d’enlèvement.

    • Busorongo

      Evidemment rien a comprendre. Sinon on aurait pas besoin de police…et de cerveau.

  8. MUGABARABONA

    Bravo ! Continuez dans le bon sens.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 2 039 users online