Samedi 20 juillet 2024

Editorial

Les armes pullulent encore

31/03/2023 1
Les armes pullulent encore

Assassinats ciblés, attaques à la grenade, vols à l’arraché, des phénomènes presque oubliés refont surface dans certaines localités du pays.

Selon les correspondants d’Iwacu à Gitega et à Cibitoke, mars 2023, qualifié de mois « noir » par la population, a été caractérisé par une recrudescence d’insécurité.

La commune Gitega a connu quatre cas d’assassinats dont une femme tuée à la grenade chez elle dans le quartier Nyabututsi.

Dans la province Cibitoke, trois personnes ont été tuées, dont deux décapitées, en moins de deux semaines. Cette recrudescence d’assassinats à formes variées et de vols fait peur, inquiète la population.

Ce qui irrite et laisse les habitants perplexes, les auteurs de ces actes odieux ne sont pas encore appréhendés. « C’est très inquiétant qu’un assassin se permet de lancer une grenade dans un ménage et repart incognito dans un quartier où les bistrots sont encore ouverts. On ne connaît même pas le mobile de ces assassinats », a déploré un habitant de Nyabututsi à Gitega.

On avait noté une certaine amélioration des conditions de sécurité au Burundi depuis quelque temps. Un ami a quitté Bujumbura vers 20 heures pour se rendre à Rutana. Il est arrivé sain et sauf. Les gens qui se rendent le weekend à Bugarama, appelée aussi la capitale des brochettes, pour admirer le beau paysage, ne se pressent plus pour rentrer.

C’est un bon signe, un atout précieux qu’il faut absolument garder jalousement. La population ne doit pas vivre dans la peur, dans l’angoisse.

Certes, les administratifs sont en train d’organiser des réunions des comités mixtes de sécurité pour tranquilliser la population. C’est une bonne initiative, mais ce n’est pas assez. Ces groupes de criminels doivent être identifiés, démantelés, pour la sécurité des biens et des personnes. Les auteurs de ces actes ignobles doivent répondre de leurs actes conformément à la loi.

Par ailleurs, ces personnes tuées et blessées par grenade sont une preuve que les armes pullulent encore dans la population. De nombreux efforts ont été entrepris par l’Etat pour prévenir et lutter contre la dissémination des armes légères et de petit calibre.

Mais cette réalité est une preuve que plus d’attention doit être faite de ce côté. Une campagne doit être faite, des stratégies trouvées en vue de prévenir, combattre et éradiquer la détention de ces armes qui menacent le droit le plus fondamental : le droit à la vie…

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Budigoma Eric

    Tous ces vols sont les conséquences de la pauvreté et de la famine dans des familles. Avec la flambée des prix des produits de première nécessité, maintenant c’est le « sauve qui peut ». Il y a le fameux article 15 qu’on appliquait de l’autre côté de la Rusizi. Attendons-nous au pire si la situation reste ce qu’elle est.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.