Mercredi 24 juillet 2024

Politique

Assassinat du roi Ntare V : La CVR peine à trouver ses restes

11/04/2023 3
Assassinat du roi Ntare V : La CVR peine à trouver ses restes
Pierre Claver Ndayicariye appelle les détenteurs de la vérité sur le lieu où est enterré le roi Ntare V à le révéler à la CVR

La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) indique n’avoir pas encore trouvé le lieu où est enterré le dernier roi burundais Charles Ndizeye (Ntare V). Elle déplore que certains détenteurs de la vérité sur son assassinat n’aient pas encore voulu témoigner.

« Nous avons travaillé et fouillé, mais nous n’avons pas, à l’heure où nous parlons, pu trouver les ossements humains du jeune roi Ntare V », a fait savoir Pierre Claver Ndayicariye, président de la CVR, dans une conférence de presse animée ce 10 avril.

Selon lui, la CVR a rencontré des personnes qui disent être des témoins oculaires du déplacement de la dépouille du jeune roi à la colline Tankoma, non loin de l’Université polytechnique de Gitega : « Un témoin nous a dit qu’il a vu lui-même le corps de Ntare V et qu’on l’a jeté avec six autres victimes dans une fosse commune sur la colline de Tankoma. La route aurait été bloquée par les militaires pendant longtemps pour sécuriser la fosse commune ».

La deuxième version, selon Pierre Claver Ndayicariye, confie que Ntare V est enterré au cimetière des religieux à Mushasha dans la capitale politique Gitega : « Selon certaines sources, vers 13 heures le 30 avril 1972, on a bloqué la route devant la cathédrale de Mushasha menant vers l’Ecole normale des garçons (ENG) de Gitega. Des gens pensent qu’on déplaçait la dépouille du roi vers le cimetière de Mushasha. Nous travaillons sur cette version depuis deux ans ».

Il dénonce que des détenteurs de la vérité sur le site où on a jeté le corps du jeune roi ne veulent pas parler : « Malheureusement, certaines personnes qui le savent sont en train de disparaître ».

Sur la question de savoir si la CVR a la capacité d’identifier les personnes à partir des restes humains, Pierre Claver Ndayicariye explique qu’il est difficile d’identifier quelqu’un dans des ossements des centaines de personnes sans savoir où son corps a été jeté.

Selon lui, le test ADN n’est pas facile suite aux raisons techniques et financiers : « Ce test est possible lorsqu’on est sûr du lieu où le corps de la personne a été jetée et si ses ossements sont dans une fosse de deux ou trois personnes ».

Le président de la CVR appelle à la réhabilitation du roi Ntare V comme personnalité politique et symbole de la monarchie burundaise renversée. Pour lui, il figure parmi les personnalités qui ont marqué la vie du pays.

Des faits sur l’assassinat du roi Ntare V

Selon le président de la CVR, Pierre Claver Ndayicariye, le roi Ntare V fut exécuté, le 29 avril 1972, au camp commando de Gitega dirigé par le commandant Jérôme Sinduhije qui n’était pas présent ce jour-là : « Cette exécution fut dirigée par le commandant adjoint, capitaine Onesphore Ntabiraho alias Rwabisazi. Celui-ci acheva Ntare V de trois coups de revolver en plein front. La dépouille mortelle fut déposée dans une brouette et conservée dans un magasin d’armement du camp ».

Pour appuyer cette version, Pierre Claver Ndayicariye présente un témoignage d’une personne N.S., âgée de 90 ans et habitant du quartier Bwoga à Gitega qui décrit les circonstances de l’assassinat de ce monarque.

Ce témoin a confié à la CVR que Ntare V était en résidence surveillée au palais royal de Gitega qui était encerclé par de nombreux militaires : « C’était vers 18h30 que les militaires en provenance du camp de Gitega sont venus le récupérer. On l’a conduit vers le camp militaire de Gitega. Il n’est pas revenu. Depuis ce jour, personne n’a eu de nouvelles de ce monarque. Jusqu’à maintenant, nous ne connaissons pas où se situe la sépulture de ce jeune roi que nous aimions beaucoup ».

Pour le président de la CVR, les écrits de Jean-Pierre Chrétien et Jean-François Dupaquier corroborent les déclarations de ce témoin : « Le 29 avril vers 22h 45, le sergent de garde Déo Bizimana, voit arriver une unité dirigée par le lieutenant Charles Nyabenda, qui doit transporter Ntare V sous bonne escorte au camp militaire. Celui-ci y est acheminé en camionnette vers 23h15 et il est amené aussitôt dans le bureau du capitaine Ntabiraho. Celui-ci le fait conduire dans une salle de police. C’est après un appel téléphonique (venu sans doute de Bujumbura), que l’officier constitue une section d’exécution d’une dizaine d’hommes qui, après l’avoir lié, transpercent Ntare V de coups de baïonnette avant que Ntabiraho lui tire six coups de revolver ».

Pour la CVR, la vie et l’assassinat du dernier roi du Burundi Ntare V sont entourés par le véritable mensonge d’Etat. Selon Pierre Claver Ndayicariye, le pouvoir de Michel Micombero a trompé l’opinion que Charles Ndizeye a été tué lorsqu’il tentait de fuir avec les assaillants venus pour le libérer.

La CVR affirme que les responsabilités de cet assassinat sont à rechercher du côté de Michel Micombero (président de la République de l’époque), Arthémon Simbananiye (ministre des Affaires étrangères, qui a négocié l’extradition de Ntare V de l’Ouganda), Cyrille Nzohabonayo (procureur général de la République) et capitaine Onesphore Ntabiraho, entre autres.

De son vrai nom Charles Pierre Michel Eugène Ndizeye, Ntare V est le second fils du Roi Mwambutsa IV Bangiricenge. Né le 2 décembre 1947, il a renversé son père et s’est proclamé nouveau roi du Burundi le 8 juillet 1966. Il a régné jusqu’au 28 novembre la même année quand le capitaine Michel Micombero, à l’époque premier ministre, l’a renversé, a proclamé la République du Burundi dont il est devenu premier président.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Kanda

    Arthémon Simbananiye, n’est-il pas encore en vie?
    Comme beaucoup d’anciens grands criminels du Burundi si pas tous, il clame s’être converti à Jésus-Christ, ce qui signifie se repentir. Si sa conversion est vraie, s’il est encore en vie, pourquoi ne dit-il pas la vérité? En tout cas, il devrait avoir une part importante de la vérité sur ce cas.

    • Kira

      Kanda,
      Ne connais-tu pas le proverbe: »quand le diable devient vieux, il se fait ermite »?

    • Prof FREDERIC NZEYIMANA

      Inutile de chercher le corps de Ntare V ailleurs que dans une fosse commune
      REVOLUTION DES BAHIMA
      Tout le monde pourra comprendre maintenant la signification de Revolution des Bahima du 28 novembre 1966.
      Comme d’Anthropologue spécialiste du domaine de la dynamique de la conscience ethnique au Burundi, plusieurs éléments d’enquête anthropologique conduisent à cette conclusion que le corps de Ntare V Charles Ndizeye repose dans une des fosses communes autour de Gitega.
      Soit à la fosse commune de Mashitsi. Soit celle de Nyambeho. Ou même celle du parc de la Ruvubu .
      Selon les enquêtes du Collectif des Survivants et Victimes du génocide Hutu de 1972 au Burundi , avant et après, nous savions depuis 2018 :
      1) Que l’exécution du plan de génocide des Bahutu du Burundi devait commencer avec le succès du retour de Ntare V au Burundi
      2) Que Simbananiye Artimon est allé le chercher à l’étranger uniquement pour cette raison
      3) Que ladite Révolution des Bahima du 28 novembre 1966 se comprend mieux avec le retour de Ntare V (ou NTARE LE DERNIER) selon le nom que lui donnera Jean Baptiste Bagaza lots du Conseil de guerre du 6 Mai 1972

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 324 users online