Mardi 04 octobre 2022

Société

Le système des Nations Unies pour l’autonomie alimentaire au Burundi

27/05/2022 Commentaires fermés sur Le système des Nations Unies pour l’autonomie alimentaire au Burundi
Le système des Nations Unies pour l’autonomie alimentaire au Burundi
Damien Mama : « Nous travaillons pour que les Burundais s’autonomisent, se prennent en charge, pour ne plus recourir aux aides des partenaires internationaux »

Les agences des Nations Unies opérant dans le secteur agricole et alimentaire en appellent au renforcement de la production locale pour assurer la sécurité alimentaire au Burundi. C’était lors d’un point de presse de ce 25 mai.

« Dans ce contexte de haut risque d’inflation, le développement de systèmes alimentaires solides est fondamental pour l’avenir du pays, car c’est la meilleure approche pour arriver à une bonne sécurité alimentaire pour sa population », souligne Houssainou Taal, représentant du Programme alimentaire mondial (PAM) au Burundi.

Pour lui, il faut renforcer la production locale. Et de soutenir que cela augmentera la production et les revenus des producteurs, tout en nourrissant plus de personnes avec des aliments de qualité.

« Le Burundi a pourtant le potentiel de pouvoir nourrir davantage sa population », soutient-il. Et de soulever que des défis restent apparents dans le secteur agricole dont l’exiguïté de la surface des terres cultivables, la croissance démographique, les chocs climatiques, des habitudes alimentaires ainsi que le manque d’équipement et de formations.
En ce qui est des effets du conflit en cours en Ukraine sur le système alimentaire, il explique que cela entraînera probablement à une nouvelle augmentation des prix des denrées alimentaires au Burundi : « Si le conflit se poursuit, la hausse des prix de l’huile de tournesol et du blé affectera l’Egypte, ce qui se répercutera à son tour sur les marchés alimentaires intérieurs du Burundi ».

Ainsi, il recommande l’augmentation de la production locale de farine : « La fortification de la farine de blé s’avère obligatoire au Burundi. La farine fortifiée produite localement contribue à renforcer le travail de lutte contre la malnutrition ».

Pour Damien Mama, coordinateur résident du système des Nations Unies, la crise russo-ukrainienne a imposé un défi alimentaire à certains pays dont le Burundi : « Il faudra penser à remplacer valablement la farine de blé. Est-ce que les céréales et tubercules locaux ne peuvent pas faire de la farine ? ».

Selon lui, le système des Nations Unies travaille à ce que le Burundi puisse se prendre en charge dans tous les secteurs : « Nous voulons que les Burundais s’autonomisent, se prennent en charge, pour ne plus recourir aux aides des partenaires internationaux ».

Selon les chiffres fournis par le PAM, 1,2 million de personnes étaient en insécurité alimentaire en 2021 au Burundi. Pour leur venir en aide, le PAM dit avoir acheté 7 mille tonnes de vivres dont 5 mille tonnes des achats locaux provenant directement des petits producteurs agricoles.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 153 users online