Samedi 16 octobre 2021

Société

Le reporter Aimé-Richard Niyonkuru de Bonesha FM arrêté ce matin puis liberé vers midi

24/09/2021 Commentaires fermés sur Le reporter Aimé-Richard Niyonkuru de Bonesha FM arrêté ce matin puis liberé vers midi
Le reporter Aimé-Richard Niyonkuru de Bonesha FM arrêté ce matin puis liberé vers midi
Aimé-Richard Niyonkuru (en chemise blanche rayée) tenant un micro

Ce sont les collègues de ce journaliste de Bonesha FM, récemment autorisée à reprendre ses émissions par le CNC (Conseil national de la Communication) après 5 ans de silence, qui ont donné l’alerte.

Aimé-Richard Niyonkuru, a été arrêté par la police dans la matinée de ce vendredi 24 septembre 2021 en plein reportage dans le quartier Mirango II, de la zone de Kamenge en commune urbaine de Ntahangwa au nord de la ville de Bujumbura.

Il voulait des informations sur une attaque à la grenade survenue dans la nuit de ce jeudi à vendredi chez une officier de l’armée burundaise, le colonel Aaron Ndayishimiye. Cette attaque a fait deux morts : son épouse et une domestique. Elles ont succombé à leurs blessures après leur évacuation à l’hôpital.

Interrogé, le porte-parole de la Police burundaise Désiré Nduwimana a d’abord affirmé qu’il n’avait aucune information sur cette arrestation. Il a par ailleurs confirmé cette attaque à la grenade contre le domicile de cet officier, cité dans l’affaire en rapport avec la disparition d’un responsable du principal parti d’opposition, le Cnl, dans la commune de Mutimbuzi, Elie Ngomirakiza.

Quelques minutes après, le porte-parole de la police a pris les soins d’appeler et d’annoncer que ce journaliste de Bonesha FM venait d’être libéré : « Les autorités compétentes ont trouvé qu’il n’y a pas de culpabilité, il était à la recherche de l’information », a-t-il tenu à préciser.

Contacté Léon Masengo, le directeur de la radio Bonesha FM se dit inquiet : « Même si la police nous dit que Richard a été libéré, nous avons été au bureau de la zone Kamenge et même de la commune Ntahangwa mais, notre reporter reste introuvable ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 866 users online