Jeudi 11 août 2022

Économie

Le prix de l’huile de palme flambe

28/07/2022 0
Le prix de l’huile de palme flambe
Stand de l’huile de palme

L’augmentation des frais de transport fait monter le prix de l’huile de palme au grand désespoir des consommateurs et des femmes commerçantes.

Ces derniers jours, le prix de l’huile de palme, un ingrédient apprécié, présent dans presque toutes les assiettes des Burundais est monté en flèche.

Mardi 25 juillet, il est 10 heures au Cotebu le parking desservant le nord, centre et est du Burundi. Des commerçantes de l’huile de palme s’affairent devant les agences de voyage. Des passagers discutent le prix de l’huile. La plupart s’en va sans pour autant acheter.

« C’est pour la première fois que le prix de l’huile de palme est monté jusqu’à ce niveau. Un petit bidon de 5 litres coûte 27000 BIF. Une bouteille de 1.5 litre s’achète à 8000 BIF. Un bidon de 20 litres s’échange à 110000 BIF sur le marché d’approvisionnement de Musenyi, en commune Mpanda de la province Bubanza. Toutes ces dépenses cumulées font qu’un bidon de 20 litres rendu au Cotebu s’élèvent à 118000 BIF », indique une commerçante rencontrée à Cotebu.

Les commerçantes expliquent que ce produit a connu la hausse depuis deux semaines. « La pénurie récurrente du carburant cause la hausse généralisée des prix sur le marché. La revue à la hausse du prix de l’huile de palme trouve son origine dans l’augmentation des frais de transport. Actuellement pour transporter un bidon de 20 litres de Musenyi à Cotebu, on paie 2500 BIF », confie une détaillante de l’huile de palme.

Elles se plaignent que leur commerce n’est plus lucratif. Naguère, elles écoulaient facilement deux ou trois bidons par jour. Avec cette hausse, il est difficile de vendre un seul bidon en une journée. Parfois, elles parviennent à l’écouler dans deux jours.

Cette flambée du prix pousse les commerçantes à la prudence et à commander de petites quantités. « Nous n’abandonnons pas le métier qui fait vivre la famille. Pour garder nos clients, nous achetons deux ou trois bidons », indique une commerçante.

Cette hausse ne touche pas seulement les commerçantes.

Les consommateurs disent qu’ils doivent oublier de consommer certains produits pour pouvoir continuer à s’en procurer.

Des consommateurs prétendent que la peau s’assèche lorsque le corps manque de l’huile :« Nous aurions cessé de l’acheter, mais nous craignons que nos corps soient déshydratés. Une personne qui consomme un repas préparé sans l’huile, son corps devient sec ».
La population demande à l’Etat de fixer et de contrôler le prix de ce produit.

Pour elle, le palmier à l’huile est cultivé et transformé localement au Burundi. Elle dit qu’elle ne comprend pas bien les raisons de cette hausse de prix.

Rappelons qu’en 2021, le prix le plus élevé était de 80 mille BIF pour 20 litres. Cinq litres coûtaient 18 mille BIF.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 053 users online