Samedi 16 octobre 2021

Archives

Le mercure des orpailleurs de Butihinda

26/11/2012 Commentaires fermés sur Le mercure des orpailleurs de Butihinda

D’après nos enquêtes, les orpailleurs de Butihinda utilisent le mercure. Un métal nocif pour l’homme et l’environnement

Le mercure a la propriété unique de former un amalgame avec l’or. La technique des orpailleurs consiste à traiter les boues aurifères avec du mercure pour former l’amalgame. Ensuite, celui-ci est chauffé pour évaporer le mercure et libérer l’or. Selon Agence Science Presse, on estime que cette méthode expose entre 10 et 15 millions d’orpailleurs, surtout dans les pays du tiers monde, à des doses toxiques de vapeurs de mercure, une des formes qui pénètre facilement dans le cerveau. Une étude indique que près de 50% de ces mineurs ont des symptômes d’ordre neurologique caractéristiques de l’empoisonnement au mercure. Celui-ci se retrouve également dans les rivières, où par biotransformation, est converti en mercure organique, la forme la plus toxique pour la chaine alimentaire. Selon Théophile Ndikumana, spécialiste en chimie de l’environnement, le mercure fait partie des métaux dangereux communément appelés métaux lourds. Il a un impact négatif sur la santé humaine et animale. L’utilisation du mercure a des conséquences terribles sur l’environnement. D’après WWF (World Wildlife Fund) «pour extraire un kilo d’or, les orpailleurs illégaux utilisent 1,3kg de mercure, dont 30% se retrouve dans la nature. Et empoisonne toute la chaîne alimentaire. » Empêcher une exploitation sauvage de l’or Théophile Ndikumana recommande aux orpailleurs de chercher une technologie moins polluante. Malheureusement, déplore-t-il, ce sont des artisans qui ne sont pas contrôlés par une structure industrielle. D’après lui, il revient à l’Etat de prendre cette responsabilité. La première chose à faire est de prohiber l’utilisation du mercure et, surtout, empêcher une exploitation sauvage de l’or. Bref, recourir à des structures industrielles organisées qui utilisent une technologie convenable et contrôlable.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 900 users online