Mardi 27 juillet 2021

Société

Le manque de supports pédagogiques : un casse-tête

25/01/2018 1

Le début du second trimestre a été marqué par le manque criant de supports pédagogiques dans les classes de la 2ème année post- fondamentale dans toutes les écoles. Les élèves, les parents et les enseignants se lamentent.

Edouard Juma : «Ces livres seront bientôt distribués. »

« Presque trois semaines viennent de s’écouler sans que nous étudions. Nous n’avons ni livres, ni programmes du second palier », se lamente Lewis Ntakarutimana, élève au lycée municipal Ngagara. Même constat dans les autres établissements, tels que le lycée municipal Kinama et Gikungu. Les élèves s’occupent avec la lecture, des exercices de renforcement et la révision de la matière vue au cours du premier trimestre.

Les élèves craignent pour l’accélération des cours une fois les livres obtenus : « Les enseignants vont courir pour achever les programmes d’autant plus que le trimestre est très court». Ils font aussi remarquer que cette accélération va se répercuter sur les évaluations : « Nous serons surchargés par des évaluations successives.»
Inquiétudes partagées par les enseignants. Ces derniers indiquent qu’il leur sera difficile de récupérer le temps déjà perdu.

« Compte tenu du calendrier scolaire, il y a risque que les programmes ne soient pas achevés », déplore M.N. La tendance, explique-t-il, sera de courir avec le temps. Difficile de récupérer trois semaines, les leçons étant dispensées semaine par semaine. Les élèves, poursuit-il, risquent d’avancer avec des connaissances insuffisantes. Et de conclure : « Il y a risque de baisser la qualité de l’enseignement, déjà déclinante. »

Les parents, quant à eux, jettent le tort au ministère de l’Education. N.B., un parent rencontré, se dit étonné de voir les élèves passés trois semaines sans étudier : « Nos enfants risquent d’avancer sans terminer les programmes.»
Les parents demandent au gouvernement de faire feu de tout bois pour disponibiliser ces supports pédagogiques. Ils exhortent les autorités du ministère de l’Education à songer déjà aux manuels de l’année prochaine. « La classe étant montante, le problème risque de se répéter », prévient N.B.

Le ministère tranquillise

Les chefs d’établissements rencontrés sont optimistes. Ils espèrent que le ministère de tutelle va très bientôt disponibiliser les manuels. Toutefois, ils reconnaissent le retard déjà accumulé au niveau de l’avancement des programmes. Et de proposer une solution : « Nous allons recourir aux leçons de rattrapage.»

Edouard Juma, porte-parole du ministère de l’Education, affirme que les manuels de la 2ème année post-fondamentale sont en cours de fabrication. « Ces livres seront bientôt distribués ». Il précise qu’il y a eu un problème de moyens financiers. « L’attribution du marché a été retardée ». En attente de ces manuels, il demande aux chefs d’établissements de se débrouiller en recourant aux photocopies.

Les supports pédagogiques concernés : Biologie, Chimie, Sciences de la Terre, Maths, Physique, Formation civique et humaine, Langues, Entreprenariat, Sport et santé, Anglais, Kirundi, Kiswahili, TIC.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mafero

    Le budget pour ces supports pédagogiques a été affecté ailleurs, ne me demandez pas où au risque de mécontenter le CNC, l’ami des média.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« Nyakamwe » n’est pas seul

Cinq ans après la disparition du journaliste Jean Bigirimana d’Iwacu, sa famille porte toujours le deuil avec douleur. On sent chez elle une sorte de résignation stoïque suite à la perte de son cher fils, qui était aussi un pilier (…)

Online Users

Total 1 686 users online