Samedi 18 septembre 2021

Économie

Le gouvernement a augmenté le prix du thé de 30 BIF, satisfecit chez les théiculteurs

09/09/2021 1
Le gouvernement a augmenté le prix du thé de 30 BIF, satisfecit chez les théiculteurs
Des champs de thé à perte de vue

9 ans après, le prix des feuilles vertes de thé par kilo est passé de 250 à 280 BIF. Une annonce faite récemment par le ministre en charge de l’Agriculture, Déo-Guide Rurema. Cette hausse du prix donne espoir aux théiculteurs qui commençaient à se désintéresser à cette culture.

Pour F.G, théiculteur de Mukike, dans la province de Bujumbura, c’est encourageant. « Pendant la saison des pluies, nous pouvons vendre deux fois par semaine. Quand la récolte a été bonne, nous vendons même 100 kg. Nous ne gagnons pas beaucoup par rapport aux efforts fournis mais nous gardons espoir », indique-t-il.

Laurent Gahungu, théiculteur de la commune de Gisozi, province de Mwaro, fait savoir que le thé n’est plus rentable par rapport à l’entretien des théiers.

« Le gouvernement devrait le considérer comme tant d’autres cultures. » Pour lui, il aurait déjà abandonné cette culture, il craint que les autorités le sanctionnent.

L’Office du thé du Burundi pense récupérer les plantations abandonnées pour les mettre aux mains des coopératives. Ces dernières partageront les dividendes avec les propriétaires des terres.

Le ministre en charge de l’Agriculture, Déo-Guide Rurema, promet d’autres avantages aux théiculteurs, sans les préciser, si la situation venait à s’améliorer.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Kibinakanwa

    Si les théiculteurs individuels ne gagnent pas. Remetre les plantations aux coopératives apportera quelle plus value?
    100 kg de feuilles de thé pour 2 800 bif/ semaine
    C est juste 2 kg de haricot😭😡

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 212 users online