Vendredi 19 avril 2024

Politique

Le développement humain pris au piège dans les serres de l’Aigle

26/01/2024 5
Le développement humain pris au piège dans les serres de l’Aigle

Deux processus travaillant le peuple burundais handicapent son développement humain. Sa résignation induite par la peur de la mort violente, consécutive à la répression des manifestations anti-troisième mandat de feu président Pierre Nkurunziza, est une tendance lourde. Même les privilégiés ne sont pas en reste. Sont éloquents, à cet égard, le rétropédalage du parti Sahwanya-Frodebu qui se désolidarise de Léonce Ngendakumana dans la foulée de la sortie du communiqué du ministère de l’Intérieur accusant le parti CNL de « coalition et d’association avec les organisations terroristes ainsi que le « ni concepteur ni signataire » du parti Uprona vis-à-vis de la lettre de ce ténor du parti du Héros de la démocratie, datée du 2 janvier 2024, adressée aux Garants et amis de l’Accord d’Arusha pour sa réhabilitation, sa mise en œuvre et son suivi. La perspective de l’exil forcé, d’une arrestation arbitraire et/ou d’une incarcération ont aussi entamé le courage des anciens partis au pouvoir, leurs représentants tournant le dos à un accord auquel ils adhèrent sans réserve.

Cultiver l’esprit du « pourquoi pas ? » passe en mode off par le gel mortifère de la résignation qui change le rapport des Burundais à la divinité. Ils implorent la Providence de les sortir du gouffre – neuf ans durant que le Burundi dispute la place du pays le plus pauvre du monde au Soudan du Sud -, submergés par un sentiment d’impuissance permanente et générale. Plus la lueur d’espoir des Burundais vacille, plus leur croyance en une prière rentable vire au trait culturel dominant. « Si tu te jettes dans un puits, l’heureuse Providence n’est pas tenue de venir t’y chercher », rétorque la sagesse anglaise.

Le second processus est le rabougrissement des esprits par la soustraction des cours et la simplification des programmes constituant l’ADN du système fondamental et post-fondamental. Et les résultats attendus sont au rendez-vous. La langue de Molière est devenue une barrière infranchissable chez certains étudiants qui demandent à leurs professeurs d’alterner le français et le kirundi pour une meilleure assimilation du cours. Cultiver le goût de la facilité – moteur de la régression – fera le lit du raccourci dans leur vie d’adulte : vouloir emprunter une trajectoire ascendante ici et maintenant.

Qui plus est, ledit système s’évertue à tuer dans l’œuf les capacités d’innovation des jeunes apprenants. L’esprit entrepreneurial ne peut prendre son envol pour explorer de nouveaux domaines ou envisager d’autres manières de penser sans stimulation du difficile ou du paradoxe prenant en défaut nos préjugés, nos structures et nos modes de fonctionnement.

In fine, un tel système éducatif érode la capacité des citoyens à poser un diagnostic sur les difficultés qui les assaillent au quotidien et à appréhender les orientations des politiques publiques. La possibilité d’émergence de citoyens vecteurs d’aspirations démocratiques s’évapore, consolidant ainsi la servitude volontaire des citioyens uniquement accaparés par la satisfaction de leurs préoccupations matérielles. Reste à savoir si cette réforme vise à former des dominants agressifs, des dominés agressifs ou des fluctuants.

Pour impulser une dynamique du développement sur le socle de la liberté d’action, il faut cultiver la dissidence, le goût du débat. Ce faisant, on sort du cercle vicieux de la circularité des idées pour entrer dans la circulation des idées.

Guibert Mbonimpa

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Kabizi

    Lorsqu’on arrive au désastre suivant.
    Le niveau des étudiants est tel qu’on doit parler en Kirundi pour enseigner la Chimie ou Biologie.
    That’s not a joke. An eminent professor of Burundi University told me that.
    Je me suis souvenu des étudiants congolais lorsqu’on entrait à l’université. Leur niveau était si bas, si catastrophique .
    A la faculty des Sciences, l’un nous dit qu’ils n’avaient pas étudié les intégrales parce que les parents n’avaient pas payé le professeur de Maths.
    La récolte avait été mauvaise.
    Je me souviens avoir sauté et demandé: Vos parents payent ils les professeurs?
    Le congolais était abasourdi et nous demanda, vous içi au Burundi, vous ne les payez pas?
    Fin de l’Histoire.
    PS: Vous voyez quelle direction nous prenons?

  2. Florent Nduwayo

    Ce processus malveillant est la depuis 20 ans

    • T

      Il y en a pour qui ce processus malveillant est là depuis 60 ans. Donc tu peux t’estimer heureux.

      • Jean

        @T
        Qu’est ce qui vous empêchez vous prticulierement et les autres burundais aujourd’hui de dégager les dirigeants qui sont responsables de ces procsesus malveillants?

        Vu qu’aujourd’hui les burundais ont la possibilité d’élire leurs propres dirigeants,chose qui était impossible il ya cela 60 ans.

  3. Stan Siyomana

    Alors qu’au Burundi nous nous plaignons que « Deux processus travaillant le peuple burundais handicapent son développement humain… », le president kenyan William Samoei Ruto affirme que son pays a l’un des meilleurs capitaux humains du monde.
    « Kenya has one of the world’s finest human capital, President William Ruto has said.
    He noted that the Government will leverage on the “diverse, rich and skilled resource” to further the interests of the country.
    “It is among the biggest asset that we have; it is of very good value.”
    He made the remarks on Tuesday in Berlin when he met Kenyans living in Germany.
    Because of their industry and brilliance, Dr Ruto observed that Kenyans can work anywhere…
    He asked Kenyan institutions to continue to maintain and produce quality professionals of all cadres and stripes. »
    https://www.president.go.ke/kenya-has-rich-human-capital-for-the-world-market/

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 416 users online