Jeudi 01 décembre 2022

Politique

La nouvelle Constitution cale à Kigobe, le Cndd-Fdd appelle à un référendum

22/03/2014 133

Alors qu’encore hier, les spéculations sur la voix qui manque au Cndd-Fdd pour le vote de la Constitution révisée allaient bon train, l’Assemblée nationale s’est réunie pour adopter le texte. Un après-midi agité que vous fait revivre Iwacu. – Avec notre correspondant Philippe Ngendakumana

Déception du ministre de l’Intérieur, après la séance de vote de l’Assemblée Nationale ©Iwacu
Déception du ministre de l’Intérieur, après la séance de vote de l’Assemblée Nationale ©Iwacu

18h : Après le vote raté de la nouvelle mouture de la loi fondamentale, le parti présidentiel vient de tenir une conférence de presse. Message principal : le Cndd-Fdd demande l’organisation d’un référendum sur la nouvelle Constitution.

14h5 : Le ministre de l’Intérieur se dit « déçu », et laisse entendre que le gouvernement passera par d’autres mécanismes pour faire adopter le texte.

14h : La séance est levée. Le texte de la nouvelle Constitution n’a pas eu assez de voix pour passer. Sur les 85 nécessaires, 84 ont pu être obtenues, dont 81 du Cndd-Fdd et 3 des Twa. Le président de l’Assemblée nationale annonce que le texte est renvoyé au gouvernement pour étude.

13h30 : La nouvelle mouture de la Constitution se dessine, avec les discussions sur les différents amendements proposés par la Commission parlementaire chargée de travailler sur le texte. Ainsi :

  • La nouvelle Loi fondamentale ne devrait plus faire référence à l’Accord d’Arusha, un point auquel tenait particulièrement les députés de l’Uprona, Bonaventure Niyoyankana compris
  • Les mentions de modes d’accès à la présidence de la République telles que stipulées dans l’article 302 de l’actuelle Constitution sont gommées
  • Les députés ont refusé, en outre, qu’il soit créé un poste de premier ministre, préférant garder les deux vice-présidents
  • De même, le Sénat devrait garder le droit de consultation pour des hautes nominations par décret présidentiel.
  • La communauté Twa recevrait un ministère par cooptation, et les femmes verraient leur pourcentage de participation aux institutions passer de 30% à 35%.
  • Enfin, a eu lieu un court débat sur la formule de prestation de serment du président de la République. Alors que ladite commission propose que le chef de l’Etat jure « Devant Dieu le Tout-Puissant … comme dans tous les pays l’Afrique de l’Est », le député Karenga Ramadhan avance qu’il faut plutôt jurer « Au nom  de Dieu …« . Les députés ont pris la première option.

12h : La plénière est ouverte par le président de l’Assemblée nationale. Le député Bonaventure Niyoyankana n’est pas présent.

11h35 :
Le ministre de l’Intérieur entre à son tour.

11h30 : Les députés prennent place dans la salle. Ceux de l’Uprona sont rentrés après s’être présentés pour des consultations au sein de leur groupe parlementaire.
De même, les élus du Frodebu Nyakuri sont absents, alors que finalement les représentants de la communauté Twa, au départ réticents, sont présents pour le vote.

Forum des lecteurs d'Iwacu

133 réactions
  1. Stan Siyomana

    Svp, ecoutez (au moins?) l’interview/conseils de Dr Francis Fukuyama, Professor of political science at the Freeman Spogli Institute for International Studies, Stanford University, Etat de Californie, sur la cote ouest des Etats-Unis:
    « Le probleme en Afrique est que les presidents/leaders ne veulent pas quitter le pouvoir. Ainsi si feu Meles Zenawi d’Ethiopie ou Museveni etaient partis APRES DEUX MANDATS/after two terms, l’on se souviendrait d’eux comme de George Washington. Plusieurs presidents africains s’accrochent au pouvoir pendant 20 ou 30 ans, mais ce qu’ils ont pu accomplir au debut/in the first part of their term finit par se deteriorer graduellement, et puis les NIVEAUX DE CORRUPTION ET LE NEPOTISME augmentent et rester au pouvoir devient alors une fin en soi/an end in itself.
    …Je crois que tout president/any political leadership a besoin d’un systeme de succession et d’un systeme de preparer les successeurs/a system to groom new leaders…
    Vous pouvez accomplir beaucoup de choses dans une decennie. Mais un president/leader doit toujours se demander: « Qui va me succeder? » Plusieurs de ces revolutionnaires, leaders charismatiques qui ont dirige leurs mouvements pendant des periodes difficiles ont tendance a personaliser le pouvoir/tend to personalize power. Tout president/leader doit se demander: « Qu’est-ce qui va suivre après moi? Et est-ce que mon oeuvre va survivre? »
    JE CROIS QUE C’EST CA LA MESURE D’UN GRAND PRESIDENT/leader »
    (Voir Wallace Kantai: « The biggest problem with Africa is its politics, not its economics », http://www.theeastafrican.co.ke, 22 March 2014).
    Le General George Washington (1732-1799) a ete le premier president des Etats-Unis d’Amerique et a dirige son pays PENDANT SEULEMENT DEUX MANDATS (1789-1797). Son image est sur le billet d’un dollar americain.
    Merci.

  2. Nziyamangura

    Emweee mwiyamamura mubesha riratorwa. Abadakunda, abacashaka igihugu muri bake. No kwandika aha ntaco bimaze!! Nitwe tuzi iyo twavuye n iyo tuja. Vrema nka Minani, yokanga nde!! Ni nde atazi kahise kiwe ko karangwa n ububwa!! Gasutwa, … Murushwa n ubusa. Iyo arusha irimwo imitego mwateze, mutayiguyemwo … Nanditse nk uwubakebura. Rabe namwe ingene uburundi busigaye busa, ingene abantu basigaye bavyibushe. Kubera amahoro. Amaraso iporona yamenye aracayikurikira na nubu bakorera i kuzimu. Senge, hinduka. Jane uburundi aho Imana ishaka. Muzobibazwa

    • nzobandora

      Niwaba atangorane ufise yoba ijanye n’ubuhumyi sinibaza kutembera muri ville no mumitumba ngo urabe abantu ingene bameze hanyuma uvuge ngo abantu baravyibushe?
      Wohura n’abahora mw’isoko yahiye,abanyeshure ba bourse,abasega mw’ibarabara,ibihumbi n’ibihumbi vy’abantu bishomereye,washaka n’imbonerakure nyene ( kuko zikoresha kurya kubera kubura akazi),abigisha,abaforoma, ukababwira nk’ayo majambo y’agahimbo bokwishura iritomoye.

      Uhaze urivugira hanyuma abo mbona amaraso ariko arakurikira canke azokurikira ngira twese turababona……….

      Iyo bumenya umwe bwari ikindi

  3. Ibi bintu bigaragaragamwo ubukunzi bw’inda ku ruhande rw’abaturongoye muri iki kiringo. Biratangaje kubona ibintu vyumvikanywe mu misi iheze harya nyene mu Kigoba bibandanya bihonyangwa n’abarongozi, bakabandanya basunika iryo bwiriza nshingiro rishasha ngo rirengane kandi vyari vyagaragaye ko ririmwo ibintu biteye amakenga. None batowe ngo bakorere inda zabo canke ngo bakorere abanyagihugu? Burya baribuka ko arya ma jeeps bagenderamwo ava mu makori y’abanyagihugu batakigira ayo bacira n’ayo bamira kubera ayo makori nyene aguma aduzwa? Bigenda gute ngo abantu bavuga ko bazi Imana bakinire ku buzima bw’igihugu n’abo bajejwe mu gushira imbere inda zabo bakirengagiza ivyo abaserukiye Abarundi muri vya biganiro biheruka bavuze?

    Abatumye ibwirizwa nshingiro ridatorwa barakoze; kandi ko bazi ivyo abarongozibaco batumbereye, turabasaba kwama barikanuye kuko imitego yo baracayitezwe; umenga kwigarura ntibiri mu mico y’abarongozi dufise ubu! Ariko canecane, Imana yarakoze gukingira Uburundi ntibuhave burwa mu kimanga bwari bwimbiwe. Abasenga, babandanye basenge, Imana irashoboye gutabara. Abahanura, babandanye bahanura, kumbure ntihazobura abumva bakigarura. Abakorera mu zindi nzira zemewe n’amategeko ariko batumbereye gufasha igihugu, ntibacike intege.

    Uburundi buri mu bihe bigoye, turacanigana n’ubukunzi bwinda ngo turabe ko twoshikira ubukundagihugu. Dutegerezwa kugumizako gushika intwaro y’igihugu ishitse mu minwe y’abarundi bakunda igihugu, barizwa n’amagorwa y’abakene babandanya bongerekana, batuntuzwa n’akarenganyo k’uburyo butandukanye kari muri iki gihugu.

    Ikimenyeshamakuru Iwacu, komera ku gikorwa co kutumenyesha ibiriko biraba!

  4. frank

    barundi barundikazi,birababaj cane kubona iko igihugu cacu cifashe muri iki gihe.d’apres le classement de FMI ns sommes le 3e pays le + pauvre au monde.je suis tres decus de voir le nepotisme ,la corruption ,la mauvaise gestion des institition font reculer notre cher pays,surtout qu’on a bcp des opportunites de changer l’histoire .

  5. Honest

    Je me demande pourquoi on en veut trop au CNDD-FDD bien qu’il fasse des trucs. Puisque si je me revisite le passé, je ne vois pas en quoi ceux qui ont dirigé notre cher pays, à savoir l’UPRONA, peuvent blâmer CNDD. Car pour moi, ils n’ont pas fait mieux que CNDD. Je ne suis pas du CNDD mais quand son comportement peut être justifié. Ce que me déplait au niveau du CNDD est le non respect des accords de Arusha et l’affaire de Imbonerakure. Du reste, je ne le supporte pas mais je ne le condamne pas non plus: j’essaie de comprendre. La légitime défense est un droit naturel et légitime, un Droit sur lequel tout le Droit Positif et son contenu se repose. Ce droit légitime n’a pas besoin forcément d’être légal, car c’est une question de survie. S’il est vrai que le passé nous aide à préparer l’avenir, vous allez me donner raison. En effet, on aime dire que CNDD vient de la brousse, et c’est vrai. Mais qu’est-ce qui l’a conduit en brousse? C’est parce qu’il aime les arbres? Il n’y a jamais de fumée sans la flamme. Regardant un peu l’histoire politique du pays, j’ose comprendre que la faute vient de loin et non de CNDD, car un adage ivoirien dit que  » si tu as pris le chemin de je m’en fou, tu te retrouveras dans un village qui s’appelle si je savais. »
    Je suis pour aucun parti politique, je suis pour mon cher Burundi. Mais je veux être objectif autant que possible. Murakoze.

    • Yanick

      D’ après toi le régime de Kagame au Rwanda fait exactement la même chose ou pire que ce qu’a fait le régime de Habyalimana Juvenal. Je te comprends parfaitement pcq en temps qu’ architecte ou admirateur du système DD tu ne peux dire autrement que de te voiler la face pour ne pas voir les agissements du pouvoir et te boucher les oreilles pour ne pas entendre les lamentations et les condamnations nationales et internationales du régime en place. La réalité est que si le régime en place ne change pas de stratégie politique, le pays se dirige tout droit vers l’ anarchie et le chaos.

    • Kanzo

      None wewuvuze ivya je m’en fou ni vya si je savais,ugomvy kuvuga k kahise négative kadutwara mur kazoza négative?urabeshe naho biboneka k waciy kuntebe yishule ngira watonze rimw mundwi cg ufis za mpamya bushobozi zivenderezwa aho hafi mubazimya muriro!aho wumva warakurikiy ivyabanonosoye ibintu nibindi bavuga?mbe k muguma muta imyikomo kuntwaro zaheze nkukumengo haruwubatumy gusubirayo?eka da,naho ivyo duhay tubonubu arakayoberabahinga,eka vrma songa mbere mwisho tuzojabuka!

    • Mr Honest. je ne suis pas d’accord avec votre argumentation. Le CNDD-FDD a pris les armes pour ramener la démocratie ( d’après ce qu’ils disaient). C’est un parti qui s’est battu pour la démocratie. Qu’il accepte de diriger selon les principes démocratiques!!!! Ils sont au pouvoir non pas parce qu’ils ont gagné la guerre (parce qu’ils n’ont conquis aucune colline) mais par ce qu’ils ont été élu par le peuple. Donc le temps de l’Uprona est révolu, nous sommes en démocratie.

    • kana

      vous confondez le CNDD et le CNDD-FDD, c’est pourtant deux partis différents!
      Si non, merci au professeur Niyoyankana, abapware ntibamenyerwa, abaDD urabasubiriye. Opposition, ne dorme pas sur vos lauriers, d’autres montages sont en cours de préparations par les faux avocats des DD pour que Peter ait un troisième mandat. Soyez vigilant mes chers, les généraux n’ont pas encore désarmé, ils s’activent et sont près même à contribuer financièrement car ils sont surs que si Peter continue à être président, il vont récupérer l’argent en profitant frauduleusement des minerais et autres richesses du pays.

  6. Stan Siyomana

    Just a reminder/Juste un clin d’oeil:
    Dans leur lutte pour le pouvoir, les Burundais devraient se rappeler qu’ils doivent encore construire/developper le pays de Mwezi Gisabo.
    Dr Carlos Lopes, Secretaire executive de la Commission Economique pour l’Afrique (Addis Abeba, Ethiopie) note qu’il faut absolument:
    « Un clair programme de transformation qui permet a l’Afrique d’aller d’une societe qui est, en grande partie, agraire avec une dependence excessive des matieres premieres vers un modele economique base sur l’industrie et les services modernes, qui sont capables de creer beaucoup d’emplois et d’avoir une equitable distribution des revenus ».
    (Voir Carlos Lopes: « Africa must now seek partnerships with developing states », http://www.africareview.com, 18 March 2014).
    Merci.

  7. BASAIDOS

    Abarundi barayamaze bati « Imanga ntimarira Imana », kandi burya Imana ntishobora kwemera ko hagira umuntu aguma akinisha izina ryayo ariko ahonyanga ubushake bwayo. Ivyaraye bibereye mu Kigobe ni ubushake bw’Uwuhoraho kuko nta kuntu Imana yoreka ngo abantu bari ku rushi bagume bifatiye mu ntoke isinzi ry’abanyagihugu kandi yaduhaye Uburundi ngo twese tubusangire, tububemwo dutekaniwe twese, si non kubwenge bwa twebwe abantu ntivyumvikana ukuntu imigambi bari bafunditse yari kubatekurukana à la dernière minute. Twoshimira rero Uwuhoraho, Umuremyi, tikananshimira na les parlementaires de l’Uprona et Frodebu Nyakuri, kandi Ntitwibagire no gushimira Nyakubahwa Pie Ntavyohanyuma, kuko burya iyo adahagarara rugabo nizere ko resultats zaba izindi atari zirya zabonetse sur terrain. Imana rero n’ibindi izobikora!! Ivyo bamwe bagira barondere barinze kuja mw’ibarabara murabona ko yaraye ibihaye abarundi atawurinze kuva ku murimo wiwe!! NIBINDI IZOBIKORA, turushiu-rizeho kuyubaha gusa no kuyisaba dufise umutima umwe.

    • Yohanna a.

      Urakoze mwana w’Imana. Commentaire nk’ iyi iraremesha igahumuriza iy’ umuntu acitse intege yibaza ko Imana yahevye Uburundi. Tubandanye kuyambaza nta nkeka izobogor’ igihugu cacu. N’ ayo abasengera ku ma stades no ku mabarabara kugira biyerekane, bugorovye naho bakaja gusahura no gutegura imigambi mibi uburake bw’ Imana ntibazobuv’ imbere.

  8. Jamahaar

    Ngo uwutazi umurundi amurunda mu nzu kandi ngo Uburundi bugona buri maso.Nibaza ko Abagumyabanga na kizigenza wabo kubera akaborerwe n’amanyama biterwa n’ubutegetsi bibagiye iyo migani twarazwe n’abasokuru n’aho amase yakera ataba agihoma urutaro.Ugenda utabajije agasaza utamenye.

  9. JP-K

    Quelques personnes ont soulevé une question très importante qui concerne l’alternance au sommet entre présidents d’origine hutu et tutsi.

    Au point où nous en sommes depuis Arusha, cela me semble cohérent avec notre système de gouvernance ethnique (n’ayons pas peur des mots); ce serait plus équitable, plus sécurisant et à la longue plus stabilisant (en éliminant les insécurités et les irritants dus aux ethnies). Je me demande pourquoi les tutsis d’Arusha et les démocrates hutus n’y ont pas pensé à Arusha !!! Je me demande surtout pourquoi personne n’en parle aujourd’hui ! Abatutsi batinya iki ? Pourquoi Rwasa en parle et pas les autres? Les upronistes devraient être à l’aise d’autant plus que c’est le seul parti qui peut présenter autant de hutus que de tutsis présidentiables.

    Cela étant dit, ubwiriza uwurya ngo n’ukunsaba! Je le dis simplement parce que cela relève du simple bon sens. Vous avez le temps d’y penser, démocrates de tous bords, d’ici à ce que les discussions sur la constitution soient reprises.

    Cordialement
    JP-K

    • Une autre solution de partage du pouvoir peut être envisagé sous une forme de compétition. Elle consisterais à diviser le pays en deux zones égales, une qui serait confié à un pouvoir hutu et une autre à un pouvoir tutsi. Les deux pouvoirs seraient administrés d’une façon autonome, et seraient amenés à une compétition dans la bonne gouvernance politique, économique et sociale. Le pouvoir central se limiterait à assumer le pouvoir de la souveraineté, telle que la défense nationale, les relations extérieures etc. Les recettes seraient perçues par les pouvoirs régionaux et une partie des recettes seraient versées au pouvoir central pour pouvoir assure les obligations de souveraineté. Ainsi chaque pouvoir régional sera jugé sur sa bonne gestion, sa bonne gouvernance politique et sociale. Cette compétition amènerait les deux groupes hutu et tutsi
      à agir pour gagner la confiance de ses administrés sans lui donner la possibilité de rejeter sur d’autres les raisons de son échec.

  10. hat

    Bravo aux députés uprona et frodebu qui n ont pas accepté d’être acheter. C est rare dans notre Burundi , je tire mon chapeau et peut l espoir renaît. Aux députés Batwa, ils font honte aux leurs peut être vont ils se ressaisir. Aux membres cndd fdd , soyez des moutons du troupeau ou alors osez des fois aller contre les vôtres s il le faut.

  11. Demokarasi

    @john
    Mbega Mushingantahe JOhn, urambabarira bambe mugabo John ngo mwaranse ubushinganyahe ….. wakoze gutanga iciyumviro cawe…… muri DD Nkurunziza niwe ari umuhutu wenyene ashoboye gutwara , erega natwe turi abahutu bize kandi turi aba DD turakeneye kuba aba president . None hari imbuto yoba yaravukanye kugira abe wenyene aguma kungoma yubwami ? Natubise abandi bahutu tugerageze , we yarerekanye bikwiye ivyo ashoboye twarabibonye. Urakoze .

  12. Demokarasi

    Encore une fois , je tiens au nom de tout Burundais qui se reconnait dans nos valeurs qui ont toujours caracterisé notre mythe d’Ubushingantahe , de dignité et de justice pour tous , grande félicitation aux parlementaires UPRONA et FRODEBU Nyakuri , vous avez démontré que le BURUNDI a encore des Bashingantahe , Bravo à l’Honorable Dr Jean Minani , qui a bien compris les tactiques des ennemis de notre pays. Unis nous vaincrons. Et à Edouard Nduwimana , tes jours sont bien comptés, wait and see.

  13. Kifikepunye

    Peter n’ahebe pouvoir aze iwacu muri Namibie haratekereje kubera abakuru ba hano sont responsables.

  14. DEDESS

    Les Batwa barababaje kweri. Bari bagiye bahabwa ijambo none baciye a cote, bararutaye! Ariko barundi sibo akarorero ko kunyerera bagahawe nabo babona kuva kera bigira surivu, batoba basubira.

    Dommage ils ont rate une bonne occasion de se taire.

    • Stan Siyomana

      @Dedess: « Les Batwa barababaje kweri… »
      La ou j’ai grandi, nos voisins immediats etaient des batwa et ils etaient parmi les plus pauvres puisqu’ils n’avaient (ET N’ONT TOUJOURS) pas de terres.
      Et puis, ils n’oublieront jamais toute la discrimination qu’ils ont subi sous tous les regimes precedents (ET CONTINUENT DE SUBIR dans la societe burundaise).
      Ca ne m’etonnerait donc pas, qu’ils soient plus pragmatiques et votent avec le CNDD-FDD qui est au pouvoir aujourd’hui (et peut-etre encore pour quelques mandats a venir).
      Les pouvoirs precedents n’ont pratiquement rien fait pour eux.
      Merci.

  15. KADEGE

    Gishasha kandi gishushe ,kuva aba dd bagize echec ejo mo Kigobe , amazina 4 azotorwamwo umuzosubirira Peter muri 2015 kuko referandum idashobora gushoboka bivanye n’umwanya hamwe n’uburyo yamaze kumenyeka bivuye mu nkuri twahawe nuwuri muri comité nkuru ya dd. Ayo mazina nayo ni abasirikare 2 naba civile 2 :-Général Festus NTANYUNGU de BURURI
    -Général BUNYONI Alain Guillaume de RUTANA
    -Dr. ir. RUFYIKIRI Gervais de GITEGA(2ème VP)
    -NYABENDA Pascal président du cndd-fdd
    Ababirabara hagufi ,abahabwa amahirwe akaba ari hagati ya BUNYONI na RUFYIKIRI .

    • NTiBIKABE

      Yo ndagusavye!! Abo bantu bose uvuze nibo bishe igihugu. Rufyikiri umugoronome ivya economie yiguhugu ntavyazi vyaramunaniye. Nta mugambi numwe yashize imbere ngo ukunde atari ukugwiza amakori kuyandi. Abadandaza nibo bamuzi shahu! Hama reka kudukora mu gisebe ngo bunyoni na festus! Yooo abo ni bamwe bama bavuzwe baba genereaux bifatiye igihugu mukwaha! Hama uwo nyabenda nawe ni coordinateur national wimbonera kure! Niwe azihemba ndibaza! Yo! DD nituvireho ntayo dukeneye! Narigeze gutora DD none nubu ndacasaba Imana imbabazi! Yoo Mana mbabariiira!! Mbabarira sinzosubira!! Ivyo tubayemwo muriyi myaka 10 iheze ntawubikeneye kubibona! Yoo asha abo bo boza batoroshe!! MANA turasenze aba DDntibaze basubire gutwara!! Nibashaka kwiba amatora naho uce ubagirira nkivyo waraye udukoreye mukigobe! Habwa icubahiro Mana! Kiza Ubu3undi n’abarundi. Dutere imbere tugire amahoro n’ubutungane muriki gihugu. Amen.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 2 516 users online