Vendredi 21 juin 2024

Société

« L’arrêt du lavage des mains après la Covid-19 favorise la conjonctivite et le choléra », alerte le ministère de la Santé publique

05/03/2024 Commentaires fermés sur « L’arrêt du lavage des mains après la Covid-19 favorise la conjonctivite et le choléra », alerte le ministère de la Santé publique
« L’arrêt du lavage des mains après la Covid-19 favorise la conjonctivite et le choléra », alerte le ministère de la Santé publique
En se lavant correctement les mains, 47% des maladies peuvent être évitées

Lors d’un atelier média sur l’intérêt du lavage des mains à l’eau propre et au savon, le directeur de la Promotion de la santé, des soins, de la santé communautaire et environnementale au ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le sida, Jean-Marius Ndavyengenge, a exprimé sa préoccupation à la suite du relâchement dans le lavage des mains au sein de la population burundaise après la pandémie de Covid-19. Ce qui est à l’origine de la transmission rapide des maladies tels que le choléra et la conjonctivite ces derniers temps.

« Même aujourd’hui, des cas de choléra persistent en mairie de Bujumbura en raison du manque de pratique du lavage des mains correct avec du savon et de l’eau propre », explique Jean-Marius Ndavyengenge.

Il rappelé que les cas de choléra n’ont jamais existé en période de pandémie grâce au fait de se laver correctement les mains avec du savon et de l’eau propre.

Et de demander aux journalistes et aux médias d’aider sa direction dans la sensibilisation de la population à cette belle pratique. Il a souligné que le choléra et la conjonctivite qui se propagent actuellement en mairie de Bujumbura sont principalement causés par le non-respect de cette pratique. Il donne des chiffres à l’appui.

En effet, 80 % des infections interpersonnelles, y compris ces deux maladies, sont transmises par les mains. En se lavant correctement les mains, 47% des maladies peuvent être évitées.

Une main infectée, quatorze contaminés possibles

M. Ndavyengenge informe qu’une main infectée peut transmettre l’infection à cinq nouveaux objets ou à quatorze personnes et qu’un employé de bureau entre en contact quotidiennement avec plus de dix millions de bactéries. Il insiste donc sur le fait que tous les Burundais doivent se laver les mains, en particulier avant de préparer la nourriture, de manger, de nourrir un bébé, après être allé aux toilettes, après avoir changé les couches des bébés, après toute activité salissante et de retour à la maison.

Une étude récente sur l’hygiène et l’assainissement au Burundi datant de 2014 a révélé que seulement 6 % de la population se lavait les mains correctement.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 1 836 users online