Mardi 23 juillet 2024

Politique

La « rage » du président Neva mais…

La « rage » du président Neva mais…
Président Evariste Ndayishimiye : « Vous vous rendez compte des maux que vous avez infligés à votre pays ces derniers jours ? Vous l’avez conduit à sa ruine, au vu et au su de tout le monde. »

Contrats biaisés, vols des richesses minières, ventes fraudeuses de la production agricole à l’étranger, incompétence des cadres, détournements des devises… Le président Evariste Ndayishimiye a avoué que le pays va mal. Il a ainsi annoncé un combat contre les voleurs de la République. Ce qui ne convainc pas les politiques et la société civile. Ils lui demandent d’agir au lieu de dénoncer seulement.

Par Fabrice Manirakiza, Rénovat Ndabashinze et Emery Kwizera

« Moi Neva, je suis prêt à être emprisonné pour mon pays. J’accepte même la mort au lieu que mon pays sombre. Tant que je suis président de la République, je ne peux pas accepter que mon pays soit détruit. Laissez-moi mourir et vous allez le détruire à mon absence. Mais, de mon vivant, je ne peux pas permettre ça. Impossible », a lancé le président Evariste Ndayishimiye, mardi 6 décembre, lors de la Journée dite du « contribuable. »

Il a ainsi dévoilé qu’il est au courant de tous les calculs mesquins autour de la passation des marchés publics. « Voilà, je viens de le dire. Si Ngirirwa ne changes pas ce qu’il faisait et continue dans ses anciennes pratiques, tant pis pour lui.  Ce qui est strictement prohibé, c’est d’importer quelque-chose qui est fabriquée au Burundi. C’est interdit. Si tu signes ce marché et qu’ils importent un produit existant au Burundi, Ngirirwa, tu es averti.  Il y a trop de tricheries. »

Notons que Gervais Ngirirwa est le directeur national de contrôle des marchés publics.

A titre d’exemple, il a évoqué les tricheries qui se remarquent dans le paiement. « Une personne qui gagne un marché chez Ngirirwa. Et la BANCOBU lui donne l’argent pour exécuter les travaux. Puis, quand le gouvernement fait le paiement, la concernée demande que l’argent soit versé sur un autre compte ouvert à la BCB. »

Selon le président Ndayishimiye, cette tactique est utilisée pour éviter que la BANCOBU retienne cet argent. « Et là, il va vider son compte à la BCB, pour aller conserver la somme à la maison. C’est de cette façon que les maisons se retrouvent garnies d’argent résultant de la corruption et ces tricheries. Tout ça, je suis au courant. »

Le chef de l’Etat compte « revisiter » tous les contrats signés. « Maintenant, il y a un procès que je vais engager et je serai avocat. Sur tous les contrats signés par l’Etat, je vais être avocat pour revisiter cela. Est-ce que vous saisissez ce que c’est l’Etat ? L’Etat est comme un enfant mineur. Ce dernier est représenté. Et quand son parrain est défaillant, ce mineur a le droit de refuser un contrat. »

Actuellement, il y a un gouvernement ‘’majeur’’ qui doit vérifier tout ce qui a été signé par ses représentants. « Chaque contrat frauduleux doit être modifié et bien établi. Continuité de l’Etat ! Qui vous a dit la continuité de l’Etat dans le mal ? Eeeh, si le représentant de l’Etat était un imbécile, vous voulez que moi aussi signe ces imbécilités ? Impossible. »
Sur un ton très dur, il s’est montré très déterminé : « Qu’on se débarrasse de moi à temps, qu’il y ait un autre pour cautionner cela. Je ne peux pas. Je ne peux pas continuer sur un contrat biaisé. Impossible. »

Il a promis de lire ces contrats. Le président Ndayishimiye a dit qu’il ne peut même pas compter sur des techniciens parce qu’ils seraient corrompus et liraient les contrats à l’envers. « Je sais bien. on leur corrompt avec des milliards. »
A ceux qui pensent qu’on pourra l’accuser de haute trahison, le président Never est clair : « Moi, j’ai lu dans la Constitution que le président de la République peut être traduit devant la justice et puni en cas de haute trahison. Ils expliquent bien ce qu’est la haute trahison. En tout cas, il n’y a pas de haute trahison dans le rapatriement les richesses du pays qui étaient volées. Détruire un faux contrat est-ce une haute trahison ? Un pays ne peut pas être emprisonné. »

Selon le président Ndayishimiye, il y a trop de contrats « biaisés ». A titre illustratif, il a évoqué le cas des terres rares de Gakara, dans Bujumbura dit rural. D’après lui, on a vendu plus de 1000 tonnes de terres rares. Mais, aucun sou n’est rentré dans la caisse de l’Etat.

Il a décidé de rompre ce contrat qu’il qualifie de ‘’biaisé’’. Il a expliqué que le pays a donné une mine d’une valeur d’un milliard de dollars. « Pour son exploitation, tu investis 200 mille dollars. Prenons 200 millions de dollars. Et puis, tu me dis qu’on va partager à part égale. Normalement, le partage se fait sur base du capital de chaque partie. On calcule les pourcentages. C’est ça le contrat gagnant-gagnant. Mais, vous voulez que l’Etat reçoive 10% et vous i 90%. Et voilà, le contrat a été signé par un fonctionnaire de l’Etat. Connaissez-vous ce qu’ils ont signé à Gakara ? Ils ont signé que l’Etat cède toute la propriété, toutes ces mines et qu’il reste avec 10%. Moi, Neva, je ne peux pas signer cela. »

Malheureusement, a-t-il déploré, ce contrat a été signé. Et selon lui, il y a une odeur de corruption dans le processus de signature de ces contrats. « Il y a un deal entre les signataires de ces contrats, ils se connaissent bien. Et quand j’envoie une personne pour vérifier, on lui fait 500 millions et il fait semblant de ne rien voir et va me donner un faux rapport. Je le sais. »

Mise en garde de certaines sociétés

Dans son discours devant des investisseurs, des contribuables, des ministres, des cadres de l’Etat, le président Ndayishimiye n’a pas caché sa déception envers certaines sociétés qui ne paient pas l’impôt : « Aujourd’hui, je connais tous vos calculs mesquins. C’est pourquoi vous ne pouvez pas m’aimer. Y-a-t-il un voleur qui aime un gardien ? Est-ce que si je viens vérifier le capital des télécoms et le gain encaissé sur l’espace burundais, c’est multiplié par un million. Mais quand on leur demande de payer l’impôt, ils n’acceptent pas. »

Il a annoncé qu’il est en train de chercher des vraies sociétés de télécoms. « Pour le moment, une société de télécom qui ne s’acquitte pas de ses impôts, je leur lance une bombe et j’amène une autre société. Je suis en train de les chercher. Des vraies sociétés, pas celles venues voler le pays. »

Pour le président Ndayishimiye, c’est triste de voir une société qui refuse de payer l’impôt jusqu’à la fermeture. Et de mettre en garde celles qui comptent sur les pots-de-vin pour se protéger : « Moi, on ne peut pas me corrompre. C’est vraiment triste de refuser de donner l’impôt pour le pays et accepter de verser ça dans les poches des gens. Que font ces corrompus ? Vont-ils construire pour toi une route ? Pire, ce sont ces mêmes gens qui font reculer le pays. »
D’après lui, comme ils ne sont pas capables de montrer l’origine de leur richesse, ils stockent leur butin à la maison. Une perte pour le pays. « Car, tout l’argent qui devait être en circulation, se retrouve caché dans les cornes. »

Pour le président Ndayishimiye, un pays corrompu ne peut pas se développer : « La corruption est vraiment très mauvaise », a-t-il souligner avant de mettre en garde ceux qui pensent qu’il a peur d’eux.

« Personne parmi vous ne me fait peur »

Autoritaire, le président Evariste Ndayishimiye a donné un message clair : « Ecoutez-moi bien, moi, j’ai reçu mon baptême de même que mon sacrement de confirmation, personne parmi vous ne me fait peur, personne. Si vous aviez l’habitude de me soudoyer en me donnant de l’argent, gardez votre monnaie. Je ne suis pas en train de quémander qui que ce soit. Je parviens à satisfaire mes besoins. »

Sur le même ton, et sans citer les noms, il a lancé une autre flèche : « Vous vous rendez compte des maux que vous avez infligés à votre pays ces derniers jours ? Vous l’avez conduit à sa ruine, au vu et au su de tout le monde. »

Il a déclaré qu’il s’est raffermi et qu’il ne craint rien.
« Je suis prêt à le témoigner devant toute la Nation. Pour tous les torts que vous m’avez causés, la coupe est pleine, ça suffit. »

C’est honteux : « J’ai fait un examen de conscience et je me suis posé pas mal de questions : Est-ce que c’est un pays de maudits où des gens sont dénués de tout bon sens ? »

Mais comme il est chrétien, il dit qu’il a fait preuve de tempérance. « J’ai constaté qu’il y a manque de discernement. Le diable nous a abrutis. Est-ce qu’on peut emprisonner un malade mental ? Celui qui est dérangé ne passe pas le clair de sa journée à jeter des pierres sur des gens ? Il lui arrive même de brûler des maisons. Est-ce qu’on l’emprisonne ? Il faut plutôt l’amener Chez Le Gentil », (dans un hôpital neuropsychiatrique au nord du Bujumbura ».

La liste des cas de corruption est longue

« Tout ce que vous faites, Dieu vous observe. Quand tu voles, saches qu’il te voit. Tout ce que tu fais, il est là. Un jour, il va te gifler sérieusement. Et là, tu vas te demander qu’as-tu fait sur cette terre pour mériter une telle punition. Tout ce que vous faites en cachette ne lui échappe pas », a souligné le président Ndayishimiye, ce samedi 3 décembre, à Kayanza, lors de l’ouverture du nouveau bureau provincial.

Il a rappelé que Dieu est omniprésent et a donné de l’intelligence à l’homme pour bien l’exploiter. « Mais, elle sert à tuer, à voler, elle n’en est pas une. C’est de l’escroquerie émanant du Satan. Soyons alors intelligents pour voir. »
Vient alors le temps de dénoncer : « Moi, je suis parti à Kabarore. J’ai vu les trous où vous avez extrait des minerais. »

Le président Ndayishimiye veut alors savoir où est parti l’argent : « Ces minerais, ces trous que je vois à Kabarore, les auteurs sont ici. Vous avez vendu ces trésors, où est l’argent ? Vous avez tout apporté aux riches. Où se trouve cet argent ? »
Certains présumés auteurs sont même connus par le président de la République : « Eeeh. Mayondori est en train de fixer le sol. Mayondori où est-ce que vous avez mis cet argent ? Je vois des trous mais je ne trouve pas de l’argent. Où l’avez-vous mis ? »
Mayondori étant le surnom d’un investisseur dans le domaine minier du nom de François Uwiragiye.

Pour le président, les auteurs sont bêtes : « Être bêtes jusqu’à voler le trésor du pays pour le confier aux étrangers ? C’est honteux. Imaginez cette bêtise ? Expliquez-moi ces trous de Kabarore. Amstel, où sont partis ces minerais ? Amstel, toi aussi, tu es là, je te connais et je te vois. Dis-moi où est parti l’argent ? »

Il les a prévenus : « Un jour, je vais vous convoquer tous pour me dire où est cet argent. Parce que je ne comprends rien. Exploiter des minerais et apporter aux étrangers pour s’enrichir de plus, c’est bête. Et tu reviens te lamenter dans les bars en disant : comment allons-nous sortir de cette pauvreté alors que tu es en train de dévorer des brochettes. »

Selon le président, avec ces propos, les auteurs tentent de distraire la population pour qu’elle ne découvre pas les voleurs de leur richesse. « Désormais, on va interroger tous ceux qui détournent la richesse du pays »,
D’après lui, si on parvenait à rassembler l’argent venu des minerais de Kabarore, le Burundi ne serait pas pauvre, ne pourrait plus manquer du carburant, des médicaments, de bonnes routes. « Ce montant pourrait construire une route reliant Bujumbura à Kabarore. »

« Finie la récréation »

Au moment où dans le pays, on parle de la rareté et cherté de denrées alimentaires, le président Ndayishimiye assure que c’est une conséquence de la mauvaise gestion des récoltes. « Il y a quelques jours, vous avez écoulé toute la production de haricot et du maïs à l’étranger. Et voilà, vous êtes en train de crier que vous avez faim. Je n’ai cessé de crier qu’il faut arrêter la fraude et aujourd’hui vous êtes en train de dire que c’est cher. Alors, allez-y vous ravitailler là où vous l’avez écoulé. Vous n’avez pas voulu m’écouter. »

Pour le chef de l’Etat, cette cherté des produits alimentaires est un message divin. « C’est Dieu qui veut vous montrer votre bêtise pour que vous ne récidivez pas. C’est honteux. »
Selon le président Neva, le Burundi peut devenir riche comme les USA, et la Chine, … «  A condition qu’on change de mentalités, de pratiques. Faites le bien quand vous en êtes encore capables. »

Il a déploré que beaucoup de Burundais ont utilisé leur intelligence dans la destruction: « Ils ne l’ont jamais utilisé dans la construction du pays. Nous avons tué au lieu de sauver des vies. N’est-ce pas vrai ? Est-ce que je mens ? (…). Nous sommes très doués dans les détournements des fonds publics. Là, nous sommes excellents. Mais, quand vient le moment de construire, on est médiocre. »

Pour avancer, aucune bouche ne doit manger sans travailler : « Après avoir entendu ma vision disant que chaque bouche doit avoir à manger, certains se sont reposés soi-disant qu’ils vont manger sans travailler. Je dis non. Je refuse que des gens mangent sans travailler. Même les aveugles travaillent »

Le président Ndayishimiye dit ne pas comprendre ceux qui se battent pour les postes. Pour lui, c’est impossible de prétendre être gouverneur tout en promettant de développer la province alors que tu as été incapable de développer ta famille. « Dites-moi ce pauvre qui peut être gouverneur, ministre ? Oui ? Je ne cesserai de le dire. Et si je vous fatigue, élisez un autre qui va vous amadouer. Incompréhensible. »

Finie la récréation : « C’est le temps de manger à notre sueur. Beaucoup se disent qu’ils vont acheter des V8, construire des villas avec de l’argent détourné. Je suis en train d’imaginer une astuce pour déjouer vous, les cadres. A malin, malin et demi. »

Les cadres défaillants avertis

Remonté, il a dit ne pas comprendre comment quelqu’un peut être considéré comme cadre alors qu’il est en train de voler le pays: « Tu t’appropries de la richesse de la population et tu achètes des maisons au Canada, Nairobi, en Europe, … avec de l’argent volé aux Burundais et tu te dis que tu es un dirigeant ? Quel genre de dirigeant ? Non. Cette fois-ci, on va traquer ces genres de personnes. Pas question de jouer avec ça. Que chacun montre son bilan. »

Il a profité pour prévenir les ministres qui ne contrôlent pas leurs services provinciaux : « Si je constate qu’un ministre n’a pas encore visité ses services, il sera destitué. »
Pour ce contrôle, il compte sur la fidélité de son premier ministre : « Je suis très heureux maintenant. J’ai un 1er ministre qui comprend bien. Je vais lui demander de procéder à la vérification de tous les services non encore visités. On saura alors comment travailler avec ces ministres qui restent dans les bureaux. Ils ne le méritent pas. »

Pour le président Ndayishimiye, les cadres, les ministres doivent travailler pour le bien-être de la population. « Imaginez-vous. Si vous êtes un ministre de l’Agriculture et vous vous rendez compte que tous les Burundais sont en train de crier qu’ils n’ont pas à manger, n’est-ce pas le moment de démissionner ? C’est compréhensible. »


Réactions

Léonce Ngendakumana : « Que le président ait le courage de traduire en justice les auteurs des crimes économiques. »

« Il faut qu’il ait le courage de les traduire en justice. » Sinon, poursuit Léonce Ngendakumana, vice-président du parti Sahwanya Frodebu, l’opinion risque de croire que le chef de l’Etat n’a pas la force qu’il faut, n’a pas la volonté politique pour récupérer les biens mal acquis. Pour que le président de la République garde sa crédibilité, observe-t-il, il faut qu’il agisse par des actes concrets en ce qui concerne ces dossiers qu’il maîtrise notamment le dossier relatif à la construction des barrages Kajeke et Mpanda et le projet d’exploitation des minerais, le dossier carbure, le dossier sucre, etc.

Néanmoins, l’ancien président de l’Assemblée nationale reconnait que cela n’est pas une mince affaire. Pour lui, la lutte contre les pratiques de corruption, de détournement des deniers publics et des malversations économiques et financières, est une question extrêmement compliquée. « Surtout qu’on trouve dans ces dossiers, l’implication du parti au pouvoir, des responsables de certaines institutions comme le ministère des Finances, la Banque de la République du Burundi, comme la primauté dans le passé. », explique-t-il.

Mais, analyse le vice-président du parti du héros de la démocratie, il n’y a aucune personne qui peut le faire à l’exception du président de la République. D’après lui, c’est la seule personnalité qui peut le faire parce que les auteurs de ces crimes économiques sont très forts et puissants. « Ils sont devenus même plus fort que l’Etat lui-même. Ils ont de l’argent, des armes et ils manipulent à cet effet la machine de l’Etat. »

Cet ancien député note de surcroit que les citoyens s’impatientent de la réaction rapide de chef de l’Etat à cause du poids de la pauvreté, de la misère et du chômage qui pèsent sur cette population. Pour M. Ngendakumana, le président Ndayishimiye doit plutôt agir. « Si on écoute l’opinion, la crédibilité du président sur ces questions baisse. C’est très dangereux, il faut qu’il agisse. »

Kefa Nibizi : « Nous attendons par exemple de connaître l’issue des grands dossiers évoqués par le président de la République ?»

Le parti Codebu « Ijwi rya Ndadaye » se réjouit de cet engagement accru du président de la République pour lutter contre la corruption et les malversations économiques. « Je vous ferai remarquer que ce discours de lutte contre la corruption et les malversations économiques a été tenu par tous les présidents qui ont dirigé le Burundi. Mais ce qui est important pour nous, il faut des actions concrètes». A titre d’exemple pour connaître la vérité : « Nous attendons de connaître l’issue des grands dossiers que le président de la République a évoqué notamment les barrages de Mpanda et Kajeke. Jusqu’à maintenant personne ne sait où en sont les investigations. »

Le parti Codebu « Ijwi rya Ndadaye » a l’impression que les discours tenus par le chef de l’Etat sont similaires à ceux qui devraient être tenus par l’opposition.

Kefa Nibizi rappelle que ce phénomène de corruption à grande échelle ne commence pas aujourd’hui.

Faut-il que le président Ndayishimiye passe à l’acte ? « Je pense que le président de la République rencontrera plusieurs obstacles. » D’après M. Nibizi, ces gens qui se sont déjà enrichis sont devenus forts. « Les toucher sera difficile. Avec un système qui dure depuis 17 ans, monopolisé presque par un parti politique, vous trouverez que ces personnalités, ces commerçants qui se sont enrichis par la corruption proviennent presque tous du parti au pouvoir qui est aussi celui du président de la République. A un moment, il se sent gêné de les toucher parce que ça serait un phénomène d’autodestruction. Il faut faire beaucoup de manœuvre pour agir. »

Il rappelle un article de la Constitution qui parle de la déclaration des avoirs par les hauts dignitaires. « A ma connaissance, la plupart de ces personnes n’ont pas encore respecté la Constitution. Alors, où se trouve la volonté de ces autorités s’ils ne parviennent pas à contraindre ceux qui sous leurs ordres ? »

M. Nibizi trouve que cet engagement fort du président Ndayishimiye ne peut que donner une lueur d’espoir. « Mais, cet espoir sera renforcé par des mécanismes fiables de lutte contre la corruption. »

Abdul Kassim : « Nous demandons que les paroles soient traduites en actes.»

Pour Abdul Kassim, président du parti Upd-Zigamibanga, c’est révoltant d’entendre que des Burundais exploitent des minerais dans le pays et au lieu de rapatrier les devises dans le pays, ils mettent l’argent dans les banques étrangères. « Au lieu de construire des belles maisons, des usines au Burundi, ils préfèrent les installer dans d’autres pays. »

Nous apprécions beaucoup le message du président selon lequel le patriotisme ne se manifeste pas via les paroles mais par des actes.

Pour M. Kassim, le président a déclaré qu’il est prêt à mourir pour le pays au lieu de continuer à le voir sombrer. « C’est un message fort. Il faut que cela interpelle chaque burundais et comprendre que c’est notre pays. »
Pour ce politicien, il est temps que ces paroles se traduisent en actes d’ici peu.

Il trouve d’ailleurs qu’il est honteux et triste de voir le Burundi continuer à être placé parmi les premiers pays les plus pauvres au monde avec tant de richesses minières.

Gabriel Banzawitonde : « Que le président de la République agisse sans toutefois avertir. »

« C’est une bonne chose car il reconnaît qu’il y’a des gens qui ont englouti le pays tout en s’asseyant sur la richesse du pays. Toutefois, il faut mettre les choses en actions au lieu de rester en paroles seulement », réagit Gabriel Banzawitonde, président du parti Alliance pour la paix, la démocratie et la réconciliation (APDR).
Pour lui, comme le chef de l’Etat connaît ces malfaiteurs, il faut vite inviter les organes habiletés comme la Cour anti-corruption et Cour des comptes à faire leur travail.

Selon Gabriel Banzawitonde, les malfaiteurs font peur partout au monde car ils utilisent beaucoup de moyens pour arriver à leurs objectifs. « N’oublions pas qu’il y’ a beaucoup de présidents au monde qui sont morts à cause des malfaiteurs et groupes d’intérêts. Que le président de la République agisse sans toutefois avertir et on assistera à des résultats. On n’a pas besoin de paroles amusantes, on a besoin des résultats et des réformes. »

Hamza Venant Burikukiye : « Le fait de dénoncer ces faits publiquement est déjà une action. »

Pour le représentant légal de l’Association Capes+, le président Evariste Ndayishimiye manifeste sa volonté et sa bonne foi d’éradiquer à jamais ce fléau de dilapider les biens du pays qui reste le patrimoine du peuple. « Je ne suis pas de l’avis de ceux qui disent qu’il n’y a pas des actions concrètes qui lient la parole aux actes. Le fait de dénoncer ces faits réels au vu et au su de tous est déjà une action. »

Gabriel Rufyiri : « Le président de la République doit agir avec une méthodologie. »

Selon le président de l’Olucome, l’observatoire suit avec intérêt les messages du chef de l’Etat depuis son investiture surtout les messages qui concerne la gouvernance en général, la lutte contre la corruption, le détournement des fonds publics en particulier. « Ce sont des messages que nous qualifions d’important. Ils montrent la ligne politique du gouvernement actuel. » En communication politique, poursuit-il, il y a au sommet l’homme politique qui communique pour donner son message à la population et à côté, il y a les journalistes qui décortiquent ce message et il y a les citoyens qui donnent leurs points de vue et au bout du compte on trouve une idée qui va bâtir le pays. « Toutefois, il doit y avoir un débat sur ces messages et les politiques qui sont initiées par les dirigeants. Est-ce qu’au Burundi ça se passe comme ça ? Si un politicien communique et qu’il n’y a pas un débat ou des échanges indépendants, on ne peut pas parler qu’on est en démocratie. »

Pour Gabriel Rufyiri, il doit y avoir des débats pour que le président de la République puisse comprendre ce que les citoyens pensent. « Lorsqu’une autorité publique parle et qu’il n’y a pas en retour des débats, on retombe dans le culte de personnalité. C’est ce qu’on n’a vu dans le passé chez Mobutu et d’autres dictateurs. La parole d’un politicien n’est pas la bible. »

D’après M. Rufyiri, les messages politiques sont des intentions politiques. « Pour que ces intentions politiques soient mises en application, il y a des procédures, des étapes, des stratégies, des méthodologies. Si cela n’existe pas, il sera difficile qu’on puisse évoluer. Les discours politiques doivent être suivis par des actions concrètes et qui suivent une certaine approche étudiée par des experts chevronnés. Ce qui nous manque malheureusement au Burundi. »

Le président de l’Olucome suppose que le chef de l’Etat est en train de préparer les esprits.

Concernant la vente des minerais orchestrée par certains hommes d’affaires, Gabriel Rufyiri rappelle que ça fait plus de 20 ans que l’Olucome dénonce de cela. « Avant 2021, au niveau du budget général de l’Etat dans la rubrique minerais, il y avait 1.200.000 BIF en provenance des minerais. Est-ce que le budget général de l’Etat n’est pas d’abord adopté en conseil des ministres puis à l’Assemblée nationale et au Sénat ? Ils n’étaient pas au courant ? Il faut qu’on regarde la vérité en face. » D’après les rapports des Nations unies, poursuit-il, le Burundi a exporté 2 tonnes d’or en 2018. « Qu’est-ce que le Burundi a fait pour savoir la provenance de ces minerais et leurs propriétaires ? Ils sont connus ceux qui opèrent dans ce secteur et ils sont devenus plus riches que l’Etat. Il faut des réformes profondes de la présidence jusqu’à la colline. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

14 réactions
  1. C’est trop douloureux d’entendre que le territoire burandais dispose des ressources minerais mais qui restent utiles pour ceux qui les exploitent et les pays d’exportation. c’est domage. le burundi sera si rien ne change en periode des actions alcaïquées.

  2. Njanye.

    Moi-même je restais sur ma soif quand SE Neva dévoilait ses jérémiades à l’endroit des magistrats. Cependant, il commence à joindre la parole à l’acte. Un exemple : qui avait déjà vu quelqu’un de la caste de dame Côme Manirakiza condamnée pour malversations ? Quand bien même elle n’est pas encore coffrée?
    Cet homme doit indubitablement vadrouiller dans l’eau trouble, comme St Paul à vouloir convaincre son ancienne caste (les pharisiens) de la résurrection du Christ. Je suis habitant de Rumonge. Sa détermination ne fait aucun doute, c’est trop de lui exiger d’attraper tous les gros poissons engraissés par une impunité extra décennale garantie. « Nta wuvuka rimwe ngo yuzure ingovyi ».
    Faut le soutenir son combat surtout contre certains de ses propres caciques.

    .

  3. Gacece

    Ngo « Imb*wa yarihuse ivyara ibihumye »… Soyons patients : les changements arriveront au « trot »… Il y a des gens qui se croient intouchables et/ou qui pensent que leurs manèges sont invisibles…

  4. Marira

    La question qui fâche.
    Comment sommes nous descendus si bas?
    Quelle est la responsabilité des guides qui ont dirigé le pays depuis l indépendance?

  5. Bellum

    La plus grande corruption c’est le vol des élections. Avec un régime élu, les dirigeants gouverneraient et ne passeraient pas leur vie à pleurer sur la faillite morale, économique et sociale de la nation. Ils retrousseraient les manches pour remettre le pays sur les rails et organiser le décollage économique. Je continue à croire que sans retour à la légitimité électorale (2020) et judiciaire (condamnation du coup d’état constitutionnel de 2015 par la Cour d’appel de l’EAC), le pays ne pourra pas surmonter le karma qui le poursuit. Les DD vont certainement régner pour 45 ans, mais ils vont régner sur les ruines comme Mugabe, Mobutu, etc. Il y aussi la corruption religieuse : se proclamer chrétien tout en pratiquant le recel des choses volées…. Des élections volées en l’occurrence. D’où le terrible karma qui poursuit le pays.

    • Kadodwa JEAN

      Paroles,paroles ….je vous laisse le lien de la célèbre chanson de Dalida « https://www.youtube.com/watch?v=LYAvhujK4nA&ab_channel=DalidaVEVO je vous souhaite bonne écoute.Tous ces dénonciations sans suivi………c’est finalement du populisme. Est ce qu’il peut le faire? Est-ce qu’il n’est pas enchaîné par son parti et les caciques prédateurs? Mais ce qu’il faut noter c’est que ,la population burundaise est fatiguée ,la misère,le chomâge des jeunes ,le manque de perspective….un ressort compressé finit par lâcher c’est la loi de la nature.

    • Linda H Evans

      « Vous vous rendez compte des maux que vous avez infligés à votre pays ces derniers jours ? Vous l’avez conduit à sa ruine, au vu et au su de tout le monde. »

      CECI N’EST RIEN D’AUTRE QUE LA POURSUITE DES ACTES DE GÉNOCIDE DU GOUVERNEMENT MICOMBERO=BAGAZA-BUYOYA, DE 1972 A NOS JOURS. LE GENOCIDE PLANIFIE CONTRE LES BAHUTU N’ÉTAIT NI MOINS NI PLUS QU’UNE POLITIQUE CONTRE LE BURUNDI (inyankaburundi) AFIN QUE SEULS LES TUTSI-HIMA PUISSENT JOUIR DE TOUTE LA RICHESSE DU PAYS.
      La majorité Hutu devait être décimée sous toutes les formes possibles d’acte de génocide. Afin que la minorité Tutsi-Hima puisse jouir sans partage de toutes les richesses du pays. Aucun gouvernement du Burundi n’a jusqu’ici mis fin à ce système génocidaire… (Cf. Droit applicable au génocide par atteinte grave a l’intégrité physique et mentale …large éventail d’actes de génocide non mortels )

      DROIT APPLICABLE AU GENOCIDE PAR ATTEINTE GRAVE A L’INTEGRITE PHYSIQUE OU MENTALE COMPREND UN LARGE EVENTAIL D’ACTES DE GENOCIDE NON MORTELS.
      L’atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale comprend un large éventail d’actes de génocide NON MORTELS. La jurisprudence l’a définie comme « un acte ou une omission intentionnel causant de grandes souffrances physiques ou mentales ». Ce concept englobe, inter alia, « les actes de torture, que cette dernière soit physique ou mentale, les traitements inhumains ou dégradants, […] la persécution ».
      Il faut noter que « l’atteinte grave n’est pas nécessairement permanente et irréversible, mais qu’elle implique une souffrance allant au-delà du chagrin, de la gêne ou de l’humiliation passagère. Elle doit hypothéquer gravement et durablement la capacité de la victime à mener une vie normale et fructueuse ». Cette interprétation a par la suite été adoptée et inscrite en tant que préjudice physique ou mental grave, de concert avec la torture, dans les Éléments des crimes qui sont complémentaires au Statut de Rome

  6. Rukara

    On peut juste dire et féliciter le président qui dit tout haut ce que tout le monde voit et n’ose pas dénoncer car le système entier est corrompu jusqu’aux os.
    Pas moyen de dénoncer un crime quel quel soit sans se faire disparaître par les agents même du gouvernement qu’il dirige ou affiliés.
    Neva a compris que le pays ne va nul part et qu’il est a la tête d’un gouvernement qui ne peut que mener le pays a la destruction totale.
    Mais dans un pays ou le système gouvernemental est solide, un président ne va pas pleurnicher devant le publique,
    Il demande au système judiciaire de faire son travail.
    Mais le pauvre il ne peut même pas faire confiance a ses collaborateurs.
    Son dilemme c est comment tout changer sans se faire liquider lui même ou sans provoquer une deflagration de son parti.
    Il doit choisir pourtant car il ya beaucoup de gens compétents en dehors du gouvernement illégal dirigé par son parti qui a tout fait pour se maintenir au pouvoir en organisant des élections truquées en 2010, 2015 et 2020.

  7. Jereve

    Ceux qui disent que ce ne sont que des mots ont peut-être raison. Mais moi je ne peux m’empêcher d’apprécier l’évolution du comportement de Neva, du moins dans le langage. Vous vous rappelez sans doute le jour où il a dit qu’il était « venu pleurer » devant le corps judiciaire, au vu des dysfonctionnements qu’il constate. Quelques mois plus tard, il a piqué une colère noire au vu des détournements qui ont eu lieu dans le projet barrage de Mpanda. Après les pleurs, les colères, nous en sommes maintenant à la « rage » (le mot est trop fort, je trouve)! Et après? Va-t-il retourner au stade des pleurs ou va-t-il cette fois-ci siffler la fin de la récréation et provoquer une déflagration? Lui seul le sait.

  8. Sebarazingiza

    Chaque matin ndaraba RTNB-amakuru mu kirundi online ndiko ndanywa akayi, bituma menya gatoyi ibiba i Burundi.
    Muri make: abarundi (bose) bari muri « BLACKOUT » total! (a temporary loss of consciousness) kuko ntawokwemanga ko igihugu coba kirimwo INTAMA gusa.

    Nimusengere na canecane uBurundi n’aBarundi!

  9. Munori

    Nous sommes dans une république bananières où le président a des pouvoirs divins.
    Les mots et termes employés dans sa rage nontrent que son pouvoir n a pas de limites. Nzobapfunga? Il ne se gene pas ou ne se rend pas compte dans son himéie qu’il dit qu il VA se substituer au pouvoir judiciary et législatif.
    S il ne sévit, ce n est pas par déficit de pouvoir, cherchez ailleurs.
    Les présidents africains ne sont ils pas des guides supremes.
    C’est en Afrique qu’on trouve une corruption crasse.
    Ici au Burundi, comme des dignitaires ont déclaré leurs richesses avant d’entrer en fonction?
    Ailleurs, on commence par le président, le premier ministre, les membres du sénat, etc…
    Quid au Burundi

  10. Mafero

    « Words, words, words. » « Des mots, des mots et des mots. » C’est le debut de l’une des pieces de theatre de William Shakespeare.

  11. Samandari

    Juste pathetic cette rage impuissante ou cette c…ir.
    Où sint les signaux forts?
    Depuis 2005, la corruption est institutionalisée. Pourquoi ne parlons pas des gens qui dirigeaient en commençant par le Haut.

  12. Kibinakanwa

    Je retiens des amalgames, des promesses pompeuses.
    1) Le scandale de Kajaga.
    2) Les marchés publics entre copains.
    3) Qui ne connait pas içi, que les gens quui gagnent les marchés versent des millions à la permanence.
    Ava hehe?
    Bref le Burundi toujours le pays le plus corrompu au monde

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 166 users online