Samedi 27 février 2021

Société

La coupe est pleine pour les taxi-motos, tuk-tuk et taxi-vélos

06/12/2016 Clarisse Shaka 4

Obligés de participer aux travaux communautaires et manifestations du parti au pouvoir, les conducteurs de deux et trois roues se disent excédés.

Les conducteurs de tuk-tuk et taxi-vélos mobilisés pendant une manifestation du parti au pouvoir
Les conducteurs de tuk-tuk et taxi-vélos mobilisés pendant une manifestation du parti au pouvoir

L’on assiste, depuis quelques mois, à une forte mobilisation de taxi-motos, tuk-tuk et taxi-vélos, les samedis, lors des travaux communautaires ou manifestations du parti au pouvoir. Quelques conducteurs affirment qu’ils sont contraints de participer à ces activités sur ordre de leurs chefs de parkings, ces derniers exécutant à leur tour l’ordre des associations de tutelle.

A la fin de chaque séance, ils reçoivent un papier en guise de preuve de leur participation. « Si tu es attrapé sans, tu dois payer entre 5000 et 20.000 Fbu », se lamente un conducteur de tuk-tuk. Idem pour les motards qui confient ne pas gagner cette somme par jour.

S’il y a une manifestation du parti au pouvoir, raconte un taxi-vélo, l’association considère que nous participons aux travaux communautaires. « Sauf que là nous ne faisons que déambuler dans les rues de la capitale», lâche-t-il, mécontent.

Les conducteurs de taxi-vélos ont un cahier de contrôle. Après chaque séance, une signature y est apposée. Ils subiront le même sort que les motards lorsqu’ils sont attrapés sans cette signature. « C’est à peine que nous gagnons 3000 Fbu par jour. Nous devons manger, payer le loyer… et voilà une autre charge ! », déplore un conducteur de taxi-vélo rencontré dans un parking de la commune Muha.

Ils conviennent tous de la nécessité de rendre la ville propre mais pas au détriment de leurs métiers. « Et pourquoi nous seulement? Les autres n’ont pas de bras pour travailler ? », s’emportent-ils.

Pas une obligation, une nécessité

Le président de la Solidarité des taxi-vélos du Burundi (Sotavebu), Emmanuel Nimbona, affirme que la participation des conducteurs aux travaux communautaires n’est pas obligatoire. Mais, selon lui, chaque Burundais a le devoir d’assurer la propreté dans sa localité.

Parfois, reconnaît-il, l’association appelle les taxi-vélos à participer aux travaux communautaires. Ils doivent alors tous répondre à l’appel. « C’est dans le cadre de soutenir la décision du président de la République qui a instauré les travaux communautaires. »

M. Nimbona trouve injuste que les uns travaillent tandis que les autres dorment ou gagnent de l’argent. « C’est pourquoi cette somme de 2000 Fbu est payée comme amende par ceux qui n’y ont pas participé.»

Concernant leur mobilisation aux manifestations du parti au pouvoir, M. Nimbona indique que cette question est du ressort de l’organisateur.

Nous avons tenté de contacter, sans succès, les associations de taxi-motos et tuk-tuk.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Mahoro Placide

    Mbega nyene iyo myidogo niyiki haba kuba taxi moto na vélo eka nabandi banyagihugu birigwa bararira ngo ubukene burabishe iyo hageze amatora kumwe wese aba ari wenyene mu kazu kitora yiherereye ko baca batora cndd fdd suko baba bagomwe intwaro yayo nibiyivamwo. Nibahore rero bashime gusa.

  2. Bitihari Jacques

    Hari amashirahamwe yadutse gutoza amafaranga hirya no hino ku nguvu, akarorero n’amashirahamwe yiyita ay’ abakoresha n’abakozi bo mu nzu atoza ku nguvu ikoresheje polinc y’igihugu, kugira ngo umuboyi n’umuyaya bakore muri quartier batagerezwa gutanga 88000 FBU canke agafungwa. Sinari bwumve aho umuntu yinjira mw’ishirahamwe atavyisabiye hanyuma agatanga “cotisation” afashwe mu kanigo na police nationale. Ninde yotanga inyishu hagatyi ya Maire de la Ville na Ministre de l’Intérieur?

  3. Yves

    Voici dévoilée l’une des caractéristiques d’un régime illégitime : celui-ci ne se maintient que par la force, la peur et la contrainte. Quelle légitimité lorsque vous n’avez plus d’autre recours que de payer les citoyens pour qu’ils viennent soutenir le gouvernement ou de les sanctionner s’ils refusent ? Aucune.

  4. Joe Bali

    Mes chers taximen ,vous etes contraints,forcés à participer ds les manifestations organisées par le pouvoir,ou à des travaux ”forcés”communautaires organisés par le pouvoir,on oblige les absents à payer des amendes,vs etes excedés,vs trouver cela injuste…. eh ben qui peut vs venir en aide?quand c’est le pouvoir mm qui vs opprime ,où porter plainte dans un pays où la justice est au main du pouvoir? Eh ben nakazi kanyu aho muguma mwemera ko mufatwa bucumi na buhoro murenganywa imisi yose . Si vous n etes pas capables de dire non à quoi bon se plaindre tout le tps et se plaindre en silence

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 961 users online