Vendredi 27 mai 2022

Économie

La Banque mondiale débourse 150 millions de dollars pour les vulnérables burundais

25/01/2022 3
La Banque mondiale débourse 150 millions de dollars pour les vulnérables burundais
Le ministre Ndihokubwayo et la représentante de la Banque Mondiale lors de la signature de l’accord

Un accord de financement du projet Cash For Jobs a été signé, ce lundi 24 janvier, entre la Banque Mondiale et le gouvernement du Burundi.

« Il s’agit d’un don approuvé en décembre 2021 par le Conseil d’administration de la Banque Mondiale. Il vient en appui au secteur de la protection sociale à travers la gestion des programmes des filets sociaux qui visent à promouvoir la production et l’accès d’emplois pour les populations les plus vulnérables du Burundi », a annoncé Véronique Kabongo, représentante de la Banque Mondiale au Burundi, après la signature de cet accord.

Selon lui, ce projet va toucher toutes les 18 provinces du pays. « 145 mille ménages vont en bénéficier. Ce qui fait à peu près 1 million de Burundais, soit approximativement 25 % des plus pauvres et vulnérables du pays ».
Et de souligner que ce nouveau projet va contribuer dans la création d’emplois pour les plus vulnérables, à l’intégration des refugiés et les communautés d’accueil dans le système de protection sociale.

D’après Mme Kabongo, ce nouveau projet s’aligne dans les objectifs du Groupe de la Banque Mondiale consistent à réduire la pauvreté et promouvoir la prospérité partagée.

De son côté, le ministre burundais des Finances, du Budget et de la Planification économique, Domitien Ndihokubwayo, a remercié la Banque Mondiale pour son engagement à accompagner le Burundi dans sa politique de développement. D’après lui, ce financement permettra l’extension des filets sociaux au niveau national, une continuité du projet Merankabandi débuté en 2017.

Et selon M. Ndihokubwayo, un des objectifs de ce projet était d’appuyer l’accès aux revenus à travers les transferts monétaires réguliers aux plus vulnérables.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Sentore

    150 millions de quoi? Fbu, amabuye, ibijumbu, USA dollars, Frw,….

    Nshobora kuba ntasomye neza, mea culpa!

  2. Jereve

    On voit le ministre burundais des Finances, du Budget et de la Planification économique, mais on ne voit pas Imelde SABUSHIMIKE, Ministre de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la Personne Humaine et du Genre, qui en principe, doit gérer cette aide aux plus vulnérables. N’est-ce pas son ministère qui en grande partie a élaboré le projet? Mais bon, on ne va pas chicaner sur les images, l’important est que le financement soit débloqué. Merci la Banque Mondiale.

    • arsène

      La ministre de la solidarité pourrait ne pas être la principale gestionnaire. Ce ne serait pas la première fois que l’aide destinée à certaines catégories de Burundais soit réaffectée pour « mieux servir ».
      Un bel exemple est le cas de l’aide alimentaire constituée de 8’000 tonnes de blé reçue du Japon qui fut officiellement revendue « pour financer les projets de lutte contre l’insécurité alimentaire ». Cette aide était pourtant destinée à lutter contre l’insécurité alimentaire!
      Drôle de gymnastique. On connaît la suite.

      https://www.iwacu-burundi.org/prs-de-8-000-tonnes-de-bl-du-japon-au-burundi-comme-aide-alimentaire/

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Des projets porteurs, mais la sécurité d’abord

Les rideaux sont tombés sur la visite de trois jours au Burundi du Président Félix Tshisekedi. A la presse, il n’a parlé que de projets phares à importer et du chemin de fer Uvinza (Tanzanie)-Musongati-Gitega-Bujumbura-Uvira-Kindu-(RDC) ’’qui lui tient tant à (…)

Online Users

Total 1 765 users online