Samedi 28 janvier 2023

Économie

Le Burundi sur la voie d’une infrastructure routière résiliente au changement climatique

12/10/2022 Commentaires fermés sur Le Burundi sur la voie d’une infrastructure routière résiliente au changement climatique
Le Burundi sur la voie d’une infrastructure routière résiliente au changement climatique
Hawa Cissé Wagué: "Les bénéficiaires sont les habitants urbains et ruraux de la zone d’intervention du projet."

Ce 6 octobre, la Banque mondiale a approuvé un financement pour le Burundi afin qu’il soit doté d’une infrastructure routière résiliente au changement climatique. Le projet va renforcer la capacité institutionnelle à planifier et à préserver durablement des actifs routiers résilients au climat.

Le groupe de la Banque mondiale a accordé un financement de 120 millions de dollars pour le projet de résilience des transports au Burundi. Ce financement vise à fournir une connectivité routière, efficace, sûre et résiliente au changement climatique sur le long de la route nationale n°3 qui relie le Burundi à la Tanzanie.

Pour la banque mondiale, ce projet comprend des composantes qui se renforcent mutuellement et qui permettent d’améliorer et d’accroître la résilience des infrastructures routières. Ces composantes s’attaquent à certaines causes de la dégradation des routes. Elles fournissent aussi une infrastructure sociale adaptée à la communauté et protègent les usagers vulnérables.

Grâce à un accès routier résilient, sûr et ouvert tout au long de l’année, la Banque mondiale indique que le projet va contribuer à relier la population aux marchés, à accroître les échanges commerciaux et à améliorer l’accès aux opportunités. Elle confie que les principaux bénéficiaires sont les transporteurs et les voyageurs, les habitants de la ville de Bujumbura, de la commune de Kabezi de la province de Bujumbura et de la commune de Muhuta de la province de Rumonge.

Le projet répondra aux besoins identifiés du secteur, tels que le renforcement de la capacité de gestion routière et la formation de spécialistes des transports, avec un accent particulier sur l’intégration des femmes.

En plus des investissements, « le renforcement des capacités institutionnelles et les activités de développement des ressources humaines financées au titre de ce projet sont indispensables pour aider le pays à réaliser ses objectifs de développement sectoriel ainsi que pour jeter les bases d’un secteur des transports efficaces et durable » a déclaré Hawa Cissé Wagué, représentante résidente de la banque mondiale au Burundi.

Ce projet de résilience des transports au Burundi est financé par l’Association internationale de développement (Ida) et sera mis en œuvre sur cinq ans.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 2 563 users online