Samedi 20 juillet 2024

Société

Kuwinterekwa : le relogement des sinistrés se fait toujours attendre…

08/10/2019 Commentaires fermés sur Kuwinterekwa : le relogement des sinistrés se fait toujours attendre…
Kuwinterekwa : le relogement des sinistrés se fait toujours attendre…
Les maisons ne cessent pas de se fissurer

Alors que tous les 7 octobre, le monde entier célèbre la journée dédiée à l’habitat, certains habitants du quartier Gihosha, à l’endroit communément appelé Kuwinterekwa risquent de se retrouver sans abris. Leurs maisons ont failli s’effondrer en février, le gouvernement leur a promis d’être relogés. Ils attendent toujours.

Désespérés, lassés d’attendre, certains d’entre eux ont finalement décidé de braver les risques qu’ils encourent.

Dieudonné est parmi ceux -là. Squattant depuis février, les maisons de ses voisins, il s’est résolu de reconstruire. « Bientôt plus de 8 mois que l’on nous chante qu’on va nous reloger, mais voilà où nous sommes », s’indigne-t-il.

Avec ses cinq enfants, un voisin leur avait prêté un toit sous lequel dormir. « Mais, vous savez, parfois la patience a des limites ». Récemment il lui a signifié que dans un mois, ils doivent chercher où habiter, plus chez lui.

Sans aucun autre choix, il doit trouver une alternative au plus vite .Et malgré l’insistance de la police de la protection civile d’évacuer l’endroit, il confie qu’avec l’aide de ses amis, il compte reconstruire de nouveau le terrain. « Juste une maisonnette d’une chambre et un salon, afin que mes enfants ne dorment pas sous la belle étoile »

Même cas de figure pour Nadine Nibitanga. Dans l’incapacité de louer une maison, cette mère de quatre enfants indique que malgré les risques, ils ont opté de rester : « Déjà on mange à peine, suite au crédit que l’on a contracté pour la construction de cette maison. Comment pourrions-nous aller louer ailleurs ? ». Un choix risqué, depuis peu, leur maison ne cesse pas se fissurer.

« Si une fois le pire venait à arriver qu’ils ne disent qu’ils n’étaient pas avisés », prévient Antoine Ntemako, directeur de la protection civile.

Il rappelle que le gouvernement n’a jamais donné de garantie pour leur relogement. «  Avant tout, ils doivent évacuer les lieux .Quant à leurs autres doléances, ils pourront négocier après ». Avant de conclure : « D’ailleurs, l’urbanisme leur avait interdit de construire sur ces terrains. »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 3 401 users online