Lundi 12 avril 2021

Culture

Isanganiro Award, des polémiques autour de ce trophée

02/04/2021 Clarisse Shaka 1
Isanganiro Award, des polémiques autour de ce trophée
Double Jay, le « gagnant » d’Isanganiro Award, rejeté par le jury

Le jury de cette compétition musicale organisée par la radio Isanganiro accuse le comité d’organisation d’avoir imposé le gagnant, autre que celui convenu par le jury après délibération. Isanganiro réfute.

Le comité d’organisation de la 9ème édition de cette compétition, présidé par Aubin Niyonkuru, journaliste à la radio Isanganiro, a proclamé, le 27 mars, le chanteur Double Jay comme gagnant de la compétition, sur 10 finalistes.
Dans une correspondance adressée au directeur de la radio Isanganiro, que jury rejette ce lauréat. Les résultats qu’il a publié montrent que le chanteur Don Brighter vient en première position avec la note de 72,8%. Suivi du groupe Amagaba en 2ème position avec 52%. Double Jay ne vient qu’en 3ème position avec 48%, selon la délibération du jury.

D’après l’un des membres du jury, l’artiste Cédric Bangy, tout commence dans la soirée de la grande finale, le 27 mars. Pour choisir le gagnant, il faut combiner les points du jury et les votes du public sur les réseaux sociaux.
Après les performances des candidats, le jury fait sa délibération et donne la note à chacun des 10 candidats. Mais il faut les votes du public qui doivent être fournis par l’organisation, pour faire la moyenne. « Nous avons réclamé plus de 5 fois ces votes, en vain. Nous avons commencé à soupçonner des magouilles ».

Une compétition « problématique »

Il est déjà 20 heures, il se fait tard. L’organisation ne veut toujours pas donner au jury les votes du public, raconte Cédric Bangy. Le comité d’organisation finit par ordonner au jury de diminuer la note du premier sur la liste, Don Brighter, car beaucoup plus élevée que les autres.

« Il y a un grand écart entre le premier et les autres », dira l’organisation. Mais le jury ne se laisse pas faire. Il refuse. Après une longue pression, le jury finit par céder à l’ordre du comité d’organisation.

Il faut attribuer au premier la moyenne de sa note et de celle du dernier. Donc, le premier, Don Brighter, obtient 57%. Il reste en tête. Double Jay reste 3ème. Mais les deux parties se conviennent de proclamer les résultats tels que.
Au moment de la proclamation, une grande surprise, raconte Cédric Bangy. Le comité d’organisation proclame Double Jay comme gagnant d’Isanganiro Award. « Quand nous avons demandé des explications, le comité a rétorqué que cela ne nous regarde pas ». Ce qui a choqué davantage le jury.

Le comité a dit que Double Jay a gagné dans la délibération du jury et sur les réseaux sociaux. « Un pur mensonge. L’organisation n’a même pas montré les votes du public ».
Il confie que l’Isanganiro Award est une compétition visiblement problématique et n’a jamais été transparente depuis son début, en 2009. « C’est une honte».

Le directeur de la radio Isanganiro, Sylvère Ntakarutimana, dans sa brève lettre de réponse, se résume à dire que le jury avait seulement le rôle de donner la note à chaque chanteur suivant les critères du comité d’organisation. La tâche de faire la moyenne des points du jury et des votes du public n’incombait pas au jury mais au comité d’organisation.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. ntare minott

    il n’y a rien de polemique ou de magouille car le gagnant meritait de gagner franchement. force est de constater qu’il y’a quelque chose qui ne marche entre cedric banguy et big fizzo le patron de l’heureux gagnant.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 400 users online