Dimanche 18 avril 2021

Société

Gitega : Où sont passés les frais de pavage ?

Gitega : Où sont passés les frais de pavage ?
Travaux de pavage sur la 4e avenue au quartier Nyamugari (la seule route sur les cinq que compte le quartier).

Il y a des années, les ménages des quartiers de la ville de Gitega ont payé des frais de contribution au pavage des routes. Depuis, plus de nouvelles de cet argent ou quand ces travaux vont débuter.

Dans tous les quartiers de la ville de Gitega, l’essentiel des voiries sont en terre et l’état du réseau routier dans l’ensemble reste désastreux. Si au centre-ville on circule avec difficulté (embouteillages), la circulation dans les zones périphériques est très difficile et même parfois impossible pendant la saison de pluies.

Actuellement, le Projet d’appui au programme de création d’emploi exécute le pavage d’une seule route dans chaque quartier. La population urbaine de Gitega commence à se poser mille questions sur leurs contributions de pavage qu’ils ont payées, il y a plusieurs années. Ils croyaient que toutes les routes des quartiers allaient être pavées. « On m’a accusé d’ennemi du développement quand j’ai pris du retard de paiement, mais voilà c’est plus de cinq ans qu’ils sont dans le silence total », souligne Léonard de Nyamugari. D’après lui, la force que l’administration mettait dans la collecte de ces contributions était extraordinaire. Il se demande alors comment cette même administration est muette. Pour lui, ce retard est synonyme de détournement.

Des contributions variées

Pendant ces collectes de fonds, les ménages ne payaient pas la même somme. Dans les quartiers populaires, la contribution était autour de 30 mille Fbu tandis qu’à Shatanya et au centre-ville la facture était de 50 mille Fbu.  Quant aux propriétaires d’une boutique, d’un bistrot, d’un salon de coiffure ou des motels, la facture variait entre 50 mille Fbu et 300 mille Fbu, témoigne Nestor, habitant de Nyamugari. D’après lui, tout le monde payait à cœur joie car l’état des routes dans les quartiers était déplorable par suite du manque des canalisations d’eau dans les rues. Ils croyaient qu’ils allaient vivre dans des lieux propre et accessible.

« Nous continuerons de chanter que nous sommes dans la capitale politique mais de nouvelles réalisations sont toujours absentes », déplore Ismaïl. De nombreux quartiers ont des rues étroites, d’autres ne débouchant même pas sur les grandes artères parce qu’échouant sur des maisons construites en leur milieu, sans obéir à aucune norme cadastrale. « J’ai une vouture mais je suis obligé de la laisser à un kilomètre de chez moi par manque d’accès jusqu’à la maison », indique Placide de Yoba.

D’après le chef de zone urbaine de Gitega, les deux projets ne sont pas liés et même les bailleurs sont différents. Le pavage dont la population a payé la quote-part n’est pas encore prêt par manque de bailleurs pour payer les fonds restants. Il faut aussi signaler l’occupation anarchique de la voie publique par des ateliers, des garages, etc. Ce qui perturbe très sérieusement les systèmes de transport en général.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Salvator Kaburundi

    La même question et la même absence de réponse s’observe par les propriétaires de parcelles à Kigobe sud /Gihosha/Bujumbura
    Ce genre de contribution devrait être remboursé lorsque l’administration fait le constat de l’impossibilité d’exécuter les travaux .

  2. Inyungu

    “Le pavage dont la population a payé la quote-part n’est pas encore prêt par manque de bailleurs pour payer les fonds restants”. Cette quote-part de la population a-t-elle été placée dans quelle banque ? A quel taux d’intérêt ? Quel est le montant exact de la quote-part + les intérêts au 01/04/2021 ?

  3. Mbazumutima

    “Il faut aussi signaler l’occupation anarchique de la voie publique par des ateliers, des garages, etc. Ce qui perturbe très sérieusement les systèmes de transport en général”. La gestion urbaine et l’administration, où êtes-vous ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La grande muette invitée à redorer son image écornée

Ce ne sont pas des « faits divers ». Quelle mouche a piqué la grande « muette » ? L’armée burundaise occupe rarement les colonnes d’Iwacu. Elle s’exprime peu d’ailleurs. Mais jusqu’ici, la grande muette burundaise était relativement reconnue et (…)

Online Users

Total 1 316 users online