Samedi 20 juillet 2024

Santé

Sapor : Une boisson à haut risque

20/06/2024 3
Sapor : Une boisson à haut risque

Malgré les mesures de suspension de la vente de boissons alcoolisées à plus de 16 %, Sapor, une boisson très populaire, continue d’être consommée sans modération, causant déjà des victimes. Le 18 juin 2024, la ministre du commerce, Marie Chantal Nijimbere, a annoncé que ce produit sera classé parmi les liqueurs, selon le Bureau burundais de normalisation et de contrôle de la qualité (BBN). 

Sapor a une teneur en alcool de 16 %, comme indiqué sur l’étiquette. La bouteille coûte 2000 FBU. Cette boisson fait fureur actuellement, elle n’en est pas moins dangereux. D’ailleurs, selon des sources fiables, la boisson a déjà fait une autre victime à Gatumba. Deux hommes ont parié 20.000 FBU pour boire 8 bouteilles de sapor en 5 minutes. Un des parieurs a effectivement bu les 8 bouteilles au goulot. Sauf qu’il a rendu l’âme, quelques instants après. Ce n’est pas seulement à Gatumba où il a déjà causé des décès, mais aussi en province Muramvya, où 5 personnes ont déjà trouvé la mort d’après des sources proches de l’administration locale.

Marie Chantal Nijimbere fait savoir qu’il s’est avéré d’après les analyses du laboratoire que les fruits qui composent le sapor sont en petites quantités et notifie qu’une boisson fabriquée avec une petite quantité de fruits ne peut pas être classée dans les vins, mais plutôt dans la catégorie des liqueurs.

Nous allons même prendre des décisions de ne pas vendre et fabriquer de telles boissons sur le sol burundais si nécessité il y a, a-t-elle rassuré les sénateurs

Il est temps de lancer un SOS pour protéger la vie des citoyens, qui en ces périodes de manque crucial des produits Brarudi préfèrent s’adonner au sapor.

 

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. L’état doit faire tout choses pour éradiquer cette boisson

  2. Pasteur Gapfizi

    Lors de la distillation, deux molécules sont produits: L’éthanol et le méthanol.
    Les humains consomment l’éthanol.
    Le méthanol est toxique et peut même causer la cécité.

  3. Stan Siyomana

    1.Manditse:« Deux hommes ont parié 20.000 FBU pour boire 8 bouteilles de sapor en 5 minutes. Un des parieurs a effectivement bu les 8 bouteilles au goulot. Sauf qu’il a rendu l’âme, quelques instants après… »
    2. Ico ndabivuzeko
    Mumyaka ya 1970/1980 aho naba Dodoma muri Tanzania, aho Dodoma vyaravurwa ko hari abantu baba impumyi kubera inzoga banyoye zirimwo alcool nyishi. Mugabo izo nzoga ntizaba zakorewe muruganda.
    Aho twiga muri secondaire kuri College Don Bosco, muri refectoire hari uwo twiganye yemeye kurya irigi rimwe canke abiri adatonoye, mugabo ntaco yabaye. Kandi haraho yoba yariye irigi ryanje. Kandi yaturuka mumuryango wifise (umudandaza w’iNgozi) uringanije natwebwe twava mumiryango y’abarimyi.
    Aho nakora kuri projet ya cassiterite/etain iKaragwe muri Tanzania uwayitwara yari imborerwa. Narabwira abantu bamwe ko iyomba ndi citoyen tanzanien nari kuja kuvuga muri Ministry of Water, Energy and Minerals kugira iyo projet bayugare kuko nabona ataco imariye igihugu (abakozi bahembwa na projet nibo baja kurima mumirima ya staff twaje tuva Dodoma, mugabo jewe nije nitereye amateke make yari imbere y’inzu yanje). Naragiye Dar es salaam pour renouveler mon contrat de travail au ministere hanyuma iyo projet irugarwa kandi jewe ataruhara narumwe ndabifisemwo. Ngarutse hari abampigira ko bazongirira nabi, hanyuma ndandikira juge wo muri district no kuri Principal Geologist iDodoma ndabamenyesha amabi ashobora kunshikira. Dusubiye Dodoma, boss yarampamagaye n’uwo chef de projet mu biro iwe, avuga gusa que nous pouvons echanger des poignees de main (comme si de rien). Mugabo uwo muntu hanyuma baramukuye mukazi kuko inzoga zari zamurengeye.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 628 users online