Lundi 26 février 2024

Société

Gestion des déchets à Bujumbura : un défi persistant

Gestion des déchets à Bujumbura : un défi persistant
A Bwiza, des sacs pleins de déchets commencent à dégager des odeurs insupportables

Dans la commune urbaine de Mukaza, la gestion des déchets ménagers est un véritable casse-tête : leur ramassage des ordures tarde et comme conséquence, les rues et les espaces intérieurs des maisons sont jonchés de détritus de toute sorte créent un environnement peu propice à la vie urbaine.

Les témoignages recueillis à Bwiza parlent d’échec ou d’incapacité des sociétés chargées de la collecte des ordures qui laissent les déchets s’accumuler pendant des jours et des jours ce qui incommode les passant. « Un mois voire deux mois peuvent s’écouler sans que les camions ne passent pas chez nous pour ramasser les déchets », se lamente une jeune dame rencontrée à l’avenue de l’Université témoigne.

Lorsque les sociétés tardent à intervenir, certains résidents font appel à des ramasseurs clandestins, ce qui complique encore le problème parce ces éboueurs improvisés jettent les déchets ramassés dans des endroits non appropriés, tels que les caniveaux ou dans des espaces situés à quelques mètres des maisons d’habitation ou d’une école dans le quartier de Jabe, où les odeurs insupportables dégagées constituent une nuisance pour la santé publique et l’environnement.

Un agent d’une société chargée du ramassage des déchets des ménages dans la commune Mukaza affirme pourtant que des efforts sont déployés, avec des ramassages prévus jusqu’à deux fois par mois pour les ménages qui s’acquittent d’une somme de 4000 FBu par mois, mais il dénonce des ménages qui ne payent jamais cette somme. Leurs déchets ménages ne sont pas ramassés.

Pour les établissements commerciaux tels que les restaurants et les hôtels, le service est encore plus fréquent, bien que conditionné par la générosité des paiements, ces derniers versant des sommes supérieures allant jusqu’à 100.000 FBU.

Cependant, des employés d’une société de collecte des déchets ménagers reconnaissent que des retards surviennent parfois en raison de contraintes logistiques telles que le manque de carburant pour les véhicules de collecte. Ces véhicules utilisés pour le transport des déchets sont souvent vétustes, exposant les déchets à des risques de dispersion en cours de route.

Face à cette situation préoccupante, la population réclame une meilleure organisation pour garantir une collecte régulière des déchets avec des mesures concrètes pour résoudre ce problème, en mettant en place des politiques efficaces de collecte des déchets, en sensibilisant la population à l’importance de la gestion responsable des déchets.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Arnold

    Il y aurait moyen de supprimer de moitié ou même des trois-quarts la quantité de déchets à ramasser et à traiter, si chaque citoyen séparait les déchets de cuisine et restes alimentaires, de tous les autres déchets, et les compostait lui-même dans sa parcelle. Il existe des techniques très simples et pas chères, et en plus ça permet de produire du terreau organique utile pour l’agriculture !

  2. Yves Laurent

    le problème ce n’est pas les déchets mais sa chaîne de traitement inexistante, sans oublier l’absence de volonté surtout politique du pouvoir public. Aucun sous est alloué à la gestion des déchets et nous voulons une ville propre: Pas d’équipements ni de RH. C’est comme si ce n’est pas un problème d’ordre public.

  3. Abdou Zidane

    normalement il y a des camions appropriés pour le ramassage des poubelles,pas l’autre que j’ai vu au vidéo,cher ami va à votre voisin du nord il va t’apprendre la propreté et voir comment il s’organise pour les ramassages des déchets menagers,triage de plastiques,cartons,le reste des aliments etc…..

    • Stan Siyomana

      @Abdou Zidane
      Il y a plus de quarante ans, quand je vivais a Dodoma en Tanzanie (1977-1982, 1984/1985) la ville etait beaucoup plus petite que le Bujumbura actuel (il n’y avait meme pas de bus de transport entre les differents coins de la ville). Il y avait un camion qui ramassait les ordures des menages le long de Kinyonga Street pres de Jamhuri Stadium et il y avait un camion citerne pour vider les fosses septiques.

      • @ Stan, pas necessaire de se referer a Dodoma puisque le service existait deja a Bujumbura deja avant l,independence. Chaque chef de famille ajoutait a l,impot une taxe d,enlevement des immondices. la taxe a existe jusqu,au moment ou le Pdt Bagaza a interdit l,impot de capitation. A Ngagara ou j,habitais existait dans chaque quartier un espace amenage ou les dechets etaient jetes. Des camions venaient les chercher chaque semaine pour les larguer au depotoir de Buterere. Et puis est venue la Société municipale Setemu.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 216 users online