Jeudi 30 novembre 2023

Politique

Genève : Une occasion ratée

Genève : Une occasion ratée

Atermoiements dans le déblocage de l’appui direct, maintien du Rapporteur spécial pour le Burundi, perte du Statut A, découragement des investisseurs étrangers… Nombre d’observateurs redoutent des conséquences néfastes après le boycott de la délégation burundaise, lundi 3 juillet, de l’examen de son 3e rapport périodique devant le Comité des droits de l’Homme à Genève. D’après eux, Gitega s’est privé de la chance de redorer son image.

Par Fabrice Manirakiza, Rénovat Ndabishinze et Stanislas Kaburungu

« Avant la tenue effective de la session, la délégation burundaise a soumis un préalable au comité en lui signifiant qu’il était hors de question que la délégation présente son rapport en présence de certaines personnes qui se réclament de la société civile œuvrant à l’extérieur du pays alors qu’en réalité ce sont des criminels qui ont été condamnés par la justice burundaise », a indiqué Imelde Sabushimike, ministre de la Solidarité nationale, des Affaires sociales, des Droits de la Personne humaine et du Genre. Et de déplorer que le Comité n’ait pas accédé à la demande ‘’légitime du Burundi’’.

Le Comité a invité la ministre Sabushimike à présenter le rapport du Burundi mais elle a préféré prendre le chemin de la porte avec sa délégation, forte de 15 personnes dont le ministre de la Justice, le Procureur général de la République et de son substitut, l’inspecteur général adjoint de la Police nationale et d’autres cadres du gouvernement.

Et l’examen eut lieu malgré cette sortie remarquée

Le Comité des droits de l’homme de l’ONU a regretté le retrait du Burundi du dialogue public qui était programmé du 3 au 4 juillet à Genève en Suisse. Il a signifié à la délégation burundaise que les personnes dûment accréditées par le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies ne peuvent être exclues d’une réunion publique. « Nous étions impatients de poursuivre le dialogue constructif. La dernière fois que le Burundi s’est présenté devant nous, c’était en 2014, et nous sommes conscients que de nombreux développements importants se sont produits depuis », a déclaré Tania Maria Abdo Rocholl, présidente du Comité. Et d’ajouter : « Nous regrettons profondément que la délégation ait décidé de se retirer, plutôt que de présenter la position de l’État sur les améliorations, les défis et les questions critiques que nous sommes mandatés pour discuter avec eux. Ce faisant, le Gouvernement du Burundi s’est privé de l’opportunité de s’engager avec le Comité et fournir de plus amples informations sur les questions soulevées. »

Le Comité a abordé les principales questions relatives aux droits de l’homme dans le pays, notamment les disparitions forcées, la détention arbitraire et l’indépendance contestée de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNIDH) et son statut. Concernant le CNIDH, Une experte, membre du Comité, a salué le fait que la CNIDH se soit de nouveau fait attribuer le Statut A et s’est félicitée de l’augmentation de son budget annuel au cours de ces dernières années. Toutefois, elle a déploré que les allégations de disparition forcées, de détentions arbitraires d’opposants politiques et de tortures qui auraient été commises par les services de police, les agents du Service national de renseignement, par les Imbonerakure ainsi que l’existence de lieux de détentions secrets ne sont pas mentionnés dans les différents rapports annuels de cette commission.

Les conditions de détention, la surpopulation carcérale, les personnes déplacées et les réfugiés, les violences sexuelles et la restriction de l’espace civique et l’environnement politique tendu à la lumière de la période électorale ont fait également objet de discussion. Le Comité a aussi exprimé son inquiétude quant à la possibilité de nouvelles violences lors des élections de 2025 si les causes profondes des problèmes du pays ne sont pas abordées. « La décision du Burundi de ne pas prendre part au dialogue est un signe inquiétant », a déclaré le Comité. Gitega a reçu 48 heures pour envoyer des réponses écrites aux questions posées par les membres en l’absence de la délégation de l’Etat. Le Comité rédigera ensuite des observations finales qui seront rendues publiques à la fin de la session.

Quid de l’impact de cette attitude de Gitega ?

Une question taraude l’esprit des observateurs : Etait-ce le moment de pratiquer la politique de la chaise vide ? Nombre d’observateurs redoutent des conséquences de cet incident. D’après eux, les Nations unies pourraient maintenir le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme au Burundi, manque de financements, les investisseurs étrangers pourraient se décourager et la CNIDH pourrait être rétrogradée au statut B.

Dans une conférence du 30 juin 2023, le président de l’ONG Parcem a fait savoir qu’il y a une attente de dons estimée à 929 milliards de BIF prévus dans le budget-programme. Pour lui, mobiliser un tel financement extérieur exige beaucoup d’efforts et des conditions. Néanmoins, il a indiqué qu’il ne croit pas qu’il y ait encore un changement de comportement pour mobiliser cet argent. Pour Faustin Ndikumana, il faut des réformes préalables, notamment l’instauration d’une lutte efficace contre la corruption, une justice capable de frapper fort les détourneurs des deniers publics, une passation des marchés publics transparente et correcte, la nomination des cadres selon des critères de compétences et de moralité, etc.

Au cours de la 5e session du dialogue politique entre le Burundi et l’Union européenne ce jeudi 22 juin, La chargée d’affaires à la délégation de l’Union européenne au Burundi, Martina Borovac Pecarevic, a confié qu’il ne devrait pas y avoir de divergences sur la question de libertés fondamentales stipulées dans la charte de l’ONU sur les droits de l’Homme que le Burundi et l’Union européenne ont tous signé. Et de rappeler que l’Union européenne prône toujours l’ouverture de l’espace civique et politique : « Cela nous tient à cœur. Il faut que tout le monde ait la possibilité de participer dans la vie politique. Cela augmente la qualité de la démocratie. »


Réactions

Tatien Sibomana : « La raison avancée n’est pas convaincante »

Pour cet acteur politique, l’attitude de la délégation burundaise n’est pas recommandable compte tenu de la situation dans laquelle se trouve notre pays. « Depuis la crise de 2015, le Burundi a été presque le paria de la communauté internationale. La coopération avec les institutions de Bretton Woods et les bailleurs classiques du Burundi a été gelée. Avec l’avènement du président Ndayishimiye, la relance commençait à être négociée mais elle n’est pas encore là. Cette attitude ne favorise en aucun cas un climat serein de la relance effective. »

Pour ce juriste de formation, la raison que la délégation burundaise a avancée n’est pas convaincante. Selon lui, une délégation composée de plus de 10 personnes dont 2 ministres et le Procureur général pouvait présenter son rapport et réagir sur ce que pouvait dire ou faire la personne en question. « En définitive, d’aucun peut se demander si la délégation burundaise a eu peur de cette personne ou si elle avait de la matière pour ne pas avoir peur de la personne peu importe les chefs d’accusation à sa charge. »

Tatien Sibomana estime que le Burundi qui est en négociation avec l’Union Européenne et qui a grandement besoin d’un appui financier devrait prendre des stratégies conséquentes et de faire un minimum de respect des règles de fonctionnement pour espérer être compris dans ce cadre des négociations. « Cette attitude n’est pas de nature à faciliter la tâche aux négociateurs. »

Gaspard Kobako : « Un pas en avant, un pas en arrière »

« La délégation devait affronter ces Burundais invités à cette session par un argumentaire prouvant que les droits humains sont respectés avec preuves à l’appui », indique Gaspard Kobako, acteur politique. « Dire qu’ils sont condamnés par la justice burundaise parce qu’accusés d’être des putschistes ne suffit pas de mon point de vue. Combien ont-ils été condamnés par la justice burundaise mais qui ont fini par diriger ce pays ? Combien de politiciens ont-ils déclaré qu’ils ne s’essayeront jamais avec les « rebelles » mais qui s’assoient même aujourd’hui ensemble avec eux à l’Etat-Major Général de l’armée, au gouvernement, à l’Assemblée nationale etc., au prix de l’intégration et/ou de l’adaptation en fonction de l’évolution du temps ? »

D’après lui, la politique de la chaise vide ne paie pas souvent surtout en ces moments où il y avait reprise de bonnes relations avec le monde extérieur. « La délégation n’aurait même pas dû se rendre à Genève comme pour se promener. Cela sent comme un manque d’arguments pour pouvoir participer à cette session étant à l’aise. Le Burundi n’étant pas une île, ce qui s’y passe est suivi à la loupe, comme les Burundais suivent de très près ce qui se passent à travers le monde. »

Jean de Dieu Mutabazi : « La délégation burundaise devra poser ses conditions avant de quitter Bujumbura »

Le président du parti Radebu regrette l’invitation, par le Comité des droits de l’homme, ‘’des putschiste de 2015’’. « Le parti RADEBU exprime sa totale désapprobation de l’utilisation des droits de l’homme comme outil politique, et cela s’est déjà remarqué de la part de certains lobbies occidentaux, en collaboration avec les putschistes de mai 2015, pour tenter de déstabiliser le pouvoir démocratiquement élu. » Le parti RADEBU ne cache pas son impression que le Comité ait voulu piéger sciemment la délégation officielle du Burundi avec pour « risque de l’humilier. » M. Mutabazi Le RADEBU a apprécié le comportement de la délégation burundaise. « Je trouve qu’à la prochaine fois, la délégation burundaise devra poser ses conditions avant de quitter Bujumbura. »

Kefa Nibizi : « C’est contre-productif »

« Le boycott d’une activité peut être considérée comme un moyen de manifestation d’un sentiment de désaccord avec son organisation. Tout simplement, il faut évaluer son efficacité », réagit Kefa Nibizi, président du parti CODEBU Iragi rya Ndadaye. Pour lui, la décision de la délégation burundaise est contre-productive. « D’une part, le pays a raté une occasion en or de donner des éclaircissements sur des éventuelles accusations portant sur les violations des droits humains au Burundi, des éclaircissements qui auraient contribué à redorer l’image de notre pays ».

D’autre part, poursuit-il, le boycott n’a pas empêché la poursuite des activités d’évaluation de la situation des droits de l’homme au Burundi. Et par ailleurs, ajoute-t-il, elle pourrait baisser la note qui sera attribuée à notre pays.

« De plus, cet activiste des droits de l’homme qui serait activement recherché par la justice burundaise n’a pas été pour autant mis à sa disposition. Cette délégation aurait dû continuer sa mission de défendre l’image du pays en matière des droits de l’homme ».

Abdul Kassim : « Cette question devrait être résolue avant la rencontre »

« Je crois que la délégation burundaise a pris la décision en consultation avec le chef de l’exécutif et cela en toute souveraineté. Néanmoins, nous sommes étonnés de la présence de ces individus », fait savoir le président du parti UPD Zigamibanga. Et d’ailleurs, indique-t-il, l’examen en soi concerne les actions du gouvernement et non celles des organisations de la société civile. « Les organisateurs connaissaient déjà la position du Burundi sur ce sujet surtout que ce n’était pas la première fois que cela arrive. Je pense donc que cette question devrait être résolue avant la première assemblée pour ne pas observer les scènes du genre dans les salons internationaux. »

Simon Bizimungu : « La politique de la chaise vide n’a jamais été une solution à un problème »

Selon le Secrétaire général du Congrès national pour la liberté (CNL), il aurait fallu que la délégation burundaise reste dans la salle pour défendre les intérêts du pays s’il y avait quelque chose à défendre. Pour le Secrétaire général du Conseil national pour la liberté, l’attitude de la délégation burundaise n’est pas une bonne stratégie. « Dans les conditionnalités que les partenaires exigent au gouvernement burundais, il y a le respect des droits de l’homme. Avec cet incident, cela n’arrange ni le pays ni les Burundais. »

Clémentine de Montjoye : « Les autorités burundaises ont une fois de plus montré leur hostilité envers la société civile et la liberté d’expression »
Selon Clémentine de Montjoye, chercheuse à la division Afrique à Human Right Watch (HRW), les autorités burundaises ont une fois de plus montré leur hostilité envers la société civile et la liberté d’expression. « Aujourd’hui, la journaliste Floriane Irangabiye est en prison en violation de son droit à la liberté d’expression. Les autorités devraient abandonner ces condamnations et prendre au sérieux les recommandations faites par le Comité pour montrer une réelle volonté de réforme. » De plus, souligne-t-il, l’Union européenne et les autres partenaires internationaux du Burundi devraient indiquer clairement, par le biais de déclarations publiques et de demandes concrètes, que leur confiance dans les autorités burundaises ne sera rétablie que lorsque celles-ci respecteront réellement les droits des médias et de la société civile.

Carina Tertsakian : « A mon avis, c’était une décision irréfléchie »

« Le gouvernement burundais a montré sa vraie face en refusant de participer à cette session à cause de la présence d’un activiste de la société civile burundaise en exil. En agissant ainsi, il a montré son mépris absolu pour la liberté d’expression et d’association, ainsi qu’un manque de respect pour le Comité des droits de l’homme et pour les mécanismes des Nations Unies sur les droits humains de manière plus générale », réagit cette chercheuse à l’Initiative pour les droits humains au Burundi (IDHB).

D’après elle, ce comportement renvoie une image très négative aux acteurs internationaux. « A mon avis, c’était une décision irréfléchie et dont le gouvernement n’a peut-être pas bien mesuré les conséquences. Dans le court terme, il a raté une occasion importante de présenter ses points de vue au Comité et, si nécessaire, de répondre aux critiques formulées à son encontre. » Dans le long terme, ajoute-t-elle, sa stratégie risque d’être contre-productive, car elle remet en question tous ses engagements en matière des droits humains lesquels sont fondamentaux et non-négociables pour certains bailleurs.

Hamza Venant Burikukiye : « C’est un acte responsable et civique »

« D’ailleurs, les organisateurs de cette réunion devraient demander pardon au gouvernement burundais. C’est non seulement une provocation mais aussi une violation totale du principe de la Charte des Nations unies voire une humiliation à un pays souverain », assure le représentant légal de l’Association Capes+. Selon lui, le Gouvernement burundais renvoie à la communauté internationale une image d’un pays qui se respecte, souverain et indépendant, qui est régi par ses propres lois et qui respecte les conventions et pactes internationaux.

Faustin Ndikumana : « Le gouvernement devait être conséquent par rapport à ses besoins »

Le directeur exécutif de la Parcem pense qu’en partant vers Genève, la délégation burundaise avait un objectif : vendre l’image du Burundi et défendre sa position face aux critiques liées à la violation des droits de l’Homme devenues monnaie courante. « Cette occasion est perdue alors que ce déplacement a engagé un coût matériel énorme en tickets, séjour, le temps perdu, etc. » Il ne comprend pas cette attitude de la délégation de bouder la séance : « Quand on est à l’étranger, on doit respecter les normes de la maison qui vous a accueilli. De toutes les façons, quand ils sont partis à Genève, ils savaient depuis longtemps que la communauté internationale ou les pays qui accueillent ce genre de réunion ne vont pas suivre à la lettre les injonctions du gouvernement. » Et d’ajouter : « Peut-être qu’en ne respectant pas ces mandats d’arrêt, la communauté internationale doute justement de la bonne foi du gouvernement du Burundi. »

Pour Faustin Ndikumana, c’est une occasion perdue alors que le Burundi se trouve dans un processus de normalisation avec ses anciens partenaires techniques et financiers. De plus, le Burundi prétend mobiliser, dans le budget 2023-2024, une grande somme d’appui financier extérieur y compris les appuis directs. « Je doute que si un tel comportement continue à être affiché, cela pourrait renormaliser la situation rapidement. Le gouvernement devait être conséquent par rapport à ses besoins », conclut-il.

Forum des lecteurs d'Iwacu

13 réactions
  1. Je ris tout simplement!!! Certains acteurs politiques sont des opportunistes vraiment!

    Monsieur Simon Bizimungu ose prononcer cette phrase comme quoi : « La politique de la chaise vide n’a jamais été une solution à un problème » alors que les honorables députés et sénateurs issus de sa formation politique usent souvent de cette stratégie dans presque toutes les séances plenières parlémentaires!!!!

    Ne prenez pas les burundais comme s’ils ne vous suivent pas du jour au jour!

  2. Je ris tout simplement!!! Certains acteurs politiques sont des opportunistes vraiment!

    Monsieur Simon Bizimungu ose prononcer cette phrase comme quoi : « La politique de la chaise vide n’a jamais été une solution à un problème » alors que les honorables députés et sénateurs issus de sa formation politique usent souvent de cette stratégie dans presque les séances parlémentaires!!!!

    Ne prenez pas les burundais comme s’ils ne vous suivent pas du jour au jour!

  3. Abruzi

    Bonjour.
    En qualité de qui la dame Carina Tertsakian, qui n’est pas burundaise, donne s’exprime publiquement, dans un journal de burundais, sur ce qui concerne les affaires burundaises?
    Pourquoi Iwacu-burundi permet-il cet ingérance?

    • Stan Siyomana

      @Abruzi
      Si vous demandiez a cette femme ou elle veut en venir, elle vous direz qu’elle se bat pour les droits des burundais. Il y a une petite ville qui doit etre la communaute la plus riche de l’Etat d’Arizona (sud-ouest des Etats-Unis), je me suis demande comment une personne qui n’a presque pas de rapport avec les noirs de la grande ville de Phoenix qui est a cote va aller en Afrique pour y sauver les noirs.
      Une fois j’ai rencontre un groupe de gens qui me disait qu’ils vont au Burundi de temps en temps. Moi je croyais que peut-etre ils vont soigner les gens, mais quand ils m’ont dit qu’ils « amenent la parole de Dieu aux burundais » (alors que nous avons notre KIRANGA, nos pretres, nos pasteurs, nos predicateurs musulmans) j’ai fait tout pour m’eloigner de ce groupe.

  4. Kazirukanyo Jean-Baptiste

    Quand une délégation d’une république mendiante qui se prétend indépendant se déplace pour mendier chez les bazungu,quel respect voulez-vous leur accorder?Les burundais doivent arrêter cette honteuse mendicité.Un budget issu de la mendicité ne peut mener qu’à une pauvreté mentale extrême.Burundais travaillez avec vos mains au lieu de faire des déplacements honteux en Europe.

  5. Kabizi

    D’abord , le pays le plus pauvre et le plus corrompu au monde a t il besoin d’une délégation de 15 personnes?
    C’est de ‘irresponsabilité inouïe.

  6. Kanda

    L’impréparation et l’incopétence. Quand un mauvais élève va à un examen après avoir mémorisé cinq questions et leurs cinq réponses et qu’on pose des questions différentes ou justes les mêmes questions avec des données différentes, l’élève en question remet la feuille vide et obtient un zéro. C’est ce qu’il y a eu. En réalité, c’était aussi l’occasion pour la délégation gouvernmentale de prouver que les invités indésirables par le Gouvernement étaient des ‘criminels’. Mais comme des gens partent avec des discours écrits d’avance et ne savent pas adapter le contenu aux circonstances, voilà le résultat. Et surtout que nombreux étaient partis juste pour la mission et les frais y relatifs.

    • Stan Siyomana

      @Kanda
      C’est quand meme connu que depuis longtemps, l’Etat burundais considere certains membres de la societe civile comme « des loups deguises en agneaux » et dans les rencontres internationales il arrive que telle delegation se retire quand tel prend la parole pour ne pas lui reconnaitre le droit a la legitimite. L’Etat burundais a choisi sa strategie et si elle est mauvaise en fin de compte, seul le temps nous le dira, surtout qu.on s’achemine vers les elections de 2025.

  7. Washavuye

    Le coût de ce déplacement inutile, , les frais de mission etc raba namwe amafaranga yacu ingene asesagurwa! Hanyuma muri budget tugashiramwo des millliards z’imfashanyo ! Ndashavuye

  8. Stan Siyomana

    L’article nous montre la photo de la delegation gouvernementale forte de 15 personnes et les noms de la plupart parmi eux sont connus.
    Je ne comprends pas pourquoi cet article ne donne pas un seul nom de ces membres des societes civiles qui font qu’une delegation gouvernementale boycotte la reunion.

  9. Jean - Claude Akimana

    C’est normal quand on n’est pas habitué à un débat contradictoire, on préfère boycotter.
    Faustin Ndikumana l’a très bien dit: « Cette occasion est perdue alors que ce déplacement a engagé un coût matériel énorme en tickets, séjour, le temps perdu, etc. »
    C’est ce qui se passe aussi quand il n’y a pas de redevabilité.

    • Stan Siyomana

      @Jean-Claude Akimana
      1. Vous dites:«  C’est normal quand on n’est pas habitué à un débat contradictoire, on préfère boycotter… »
      2. Mon commentaire
      Je m’imagine que la delegation burundaise n’a pas agi sans en avoir informe certains responsables plus haut places dans l’appareil etatique et je suis sur qu’elle savait qu’il y a un autre moyen de participer, comme l’article l’explique:« Gitega a reçu 48 heures pour envoyer des réponses écrites aux questions posées par les membres en l’absence de la délégation de l’Etat. Le Comité rédigera ensuite des observations finales qui seront rendues publiques à la fin de la session… »
      Si le Burundi avait, des le debut et tout simplement decide de ne pas envoyer une delegation a Geneve, ca aurait une toute autre interpretation.

  10. Bite

    Mais Hamza devrait choisir quel chemin il faut suivre: il est partout , dans la politique, dans la lutte contre le sida, dans la société civile, et encore ????.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le « grenier du savoir » n’attire plus

Plus d’engouement à l’Université du Burundi, vivier de futurs cadres. Peu de candidats se sont fait inscrire alors qu’un communiqué appelant les lauréats de l’examen d’Etat éditions 2022 et 2023 a été largement diffusé. Le ministère l’Education nationale et de (…)

Online Users

Total 1 843 users online