Jeudi 28 octobre 2021

Politique

Genève : La conduite de la délégation burundaise différemment appréciée

17/09/2018 Commentaires fermés sur Genève : La conduite de la délégation burundaise différemment appréciée
Genève : La conduite de la délégation burundaise différemment appréciée
La délégation burundaise à Genève n’a pas toléré la présence de ceux que Bujumbura qualifie de putschistes.

Pierre-célestin Ndikumana, président du groupe parlementaire de la coalition «Amizero y’Abarundi» n’en revient pas. Il parle d’une « haute trahison» vis-à-vis du Burundi. Les délégués de Bujumbura ont boycotté la session de ce lundi 17 septembre arguant qu’ils ne peuvent pas s’asseoir avec les «putschistes» recherchés par la Justice. Pour rappel, la Commission d’enquête sur le Burundi présentait le rapport complet.

Pour ce député, ils se devaient de rester sur place pour donner leurs arguments : «Le pays va manquer ceux qui vont le défendre». Ils estiment que le rapport est faux, ils doivent ainsi le prouver. Autrement, soit ils sont en manque d’arguments soit ils ont bénéficié d’un pot-de-vin pour ne pas défendre le pays qui les a mandatés.

M. Ndikumana conseille aux autorités de ne pas privilégier le boycott : «La chaise vide a été toujours contreproductive». Et aussitôt de dénoncer une incongruité de la part de Bujumbura. «Le gouvernement a indiqué par la voie du porte-parole du ministère de l’Intérieur qu’il pourrait leur accorder le pardon. C’est étonnant que sa délégation boycotte la session en raison de la présence de ceux-là que le pouvoir compte pardonner». Cette attitude ne rassure pas quant à l’avenir.

Térence Ntahiraja, porte-parole du ministère de l’Intérieur, parle d’une attitude justifiée : «On ne peut pas s’asseoir avec les putschistes, qui sont poursuivis par la Justice». Sinon, ce sera du deux poids deux mesures. Il rappelle que leurs «coaccusés» sont sous les verrous.
Au sujet du pardon promis, il assure que le gouvernement n’a pas changé de position. Néanmoins, il tient à souligner que «le pardon se demande auprès de la Justice».

En outre, le porte-parole du ministère de l’Intérieur confie qu’il en sera de même à la session du dialogue d’Arusha s’il advient que les mêmes personnes soient présentes : «Nous l’avons signifié à la facilitation».

Pour rappel, le parquet général de la République a dressé une liste de 34 Burundais qualifiés de «putschistes en fuite à l’étranger» qui sont recherchés par la Justice burundaise.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A défaut d’électricité, le Burundi veut la lumière sur Mpanda

« Honte, fiasco, etc. » L’opinion exprime sa profonde déception face au scandale du barrage hydro-électrique de Mpanda. Un gouffre financier de plus de 54 milliards francs burundais. Lors de sa descente sur lieux, le Chef d’Etat a qualifié de « honte » cette (…)

Online Users

Total 5 779 users online