Politique

Le rapport Diène : « Une machination des colonisateurs »

17/09/2018 Arnaud Giriteka Commentaires fermés sur Le rapport Diène : « Une machination des colonisateurs »
Le rapport Diène : « Une machination des colonisateurs »
Réverien Ndikuriyo: "Les experts de la commission sont des putschistes en uniforme bleus"

Le 10 septembre, l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en congrès, ont rejeté en bloc le rapport Diène. Les représentants du peuple dénoncent le caractère diffamatoire des conclusions. Ils y voient une main du « colonisateur ».

Selon Révérien Ndikuriyo, président du sénat, le rapport émane des putschistes. La seule différence est qu’ils sont en uniforme bleu des Nations unies. Le « très » honorable sénateur pointe du doigt la Belgique, l’ancienne puissance coloniale. « Des experts burundais sont à pied d’œuvre pour confectionner un document de plus de 200 pages mettant en exergue le rôle de la Belgique dans la déstabilisation du Burundi ».

Un avis partagé par le ministre de l’Intérieur Pascal Barandagiye, appelé en renfort lors des débats. Il est accompagné par ses homologues de la Justice et des Droits de l’homme. Il indique que les membres de la commission veulent plaire à celui qui les mandate. Pour lui, ce sont des mercenaires à la solde du colonisateur. Il explique que les Occidentaux ont concocté un plan pour asservir certains pays.

C’est un document qui vise notamment la propagation de l’homosexualité et le vol des richesses du sous-sol. M. Barandagiye estime que le Burundi est le «mauvais élève ». Il refuse de se plier à ces exigences. D’où l’acharnement à son encontre. ” Ils ont essayé en vain de renverser les institutions par un coup d’Etat. Ils ont voulu faire comparaître nos dirigeants à la Cour pénale internationale et nous avons pris la décision de nous en retirer. » Et d’expliquer que lorsque les ennemis du Burundi sont désormais à court de munitions, ils se rabattent sur la question des droits de l’homme. Ce qui occasionne des sanctions contre le Burundi.

Sa collègue de la Justice, Aimée Laurentine Kanyana, elle, remet en cause l’indépendance de la commission. Pour elle la preuve est que certains membres de la commission sont parfois nommés à la CPI. (Elle fait allusion à Reine Alapini Gansou, ancien membre de la commission élue à la Cour pénale internationale).

Les élus exigent réparation

Dans le rapport de la commission, les experts de l’ONU affirment que la crise a contribué à ” l’appauvrissement des Burundais. Pascal Nyabenda, président de la chambre basse du Parlement, s’en offusque. Il affirme que le tort n’est pas imputable au gouvernement, mais à ceux qui ferment les robinets : ” Si nous analysons les pertes dues au gel de la coopération avec notre pays, alors qu’ils nous y avaient habitués, n’est-ce pas qu’ils nous dédommageront ? Si bien sûr la justice internationale fonctionne”.

Sur les contributions jugées « forcées » par les experts, le président de l’Assemblée nationale balaie du revers de la main ces allégations. « Certains élus ont demandé à ce qu’on ne retranche pas la contribution sur leurs salaires et leurs souhaits ont été exaucés. » Il s’interroge sur quelle base ce rapport dresse une situation de plus en plus calamiteuse. Il déplore que ces experts ne mesurent pas l’ampleur des dégâts causés sur le Burundi. « S’ils avaient réellement de bonnes intentions à notre égard, ils appuieraient la commission vérité et réconciliation et la commission nationale des droits de l’homme (Cndih) qui manquent de moyens». Un député, Zénon Ndaruvukanye, prend la défense des services de renseignements et de la police. Ils sont cités avec les Imbonerakure comme responsables des violations des droits de l’homme.

Pour lui, ils font les frais d’avoir réussi à venir à bout des putschistes. Quant à la mise en cause du président de la République, certains élus interprètent cela comme une « déclaration de guerre ».Une ligne rouge que les experts ne devraient pas franchir. Les représentants du peuple ont exigé des poursuites et des réparations.

Analyse/ Kafando ou Diène, qui croire ?

Révérien Ndikuriyo, président du sénat n'en croit pas ses oreilles. Il s'interroge sur la contradiction entourant la position des Nations unies sur le Burundi. En effet, l'envoyé spécial des nations unies au Burundi, Michel Kafando a admis que la situation politico- sécuritaire s'est améliorée. Pour le président de la chambre haute du Parlement, sa version est la plus crédible, car il a une équipe basée à Bujumbura.
De plus, l'émissaire burkinabé a déjà visité le pays pour s'enquérir de la situation. Du coup, Bujumbura surfe sur la vague. D'autant plus qu'aucun expert de la commission d'enquête n'a foulé le sol burundais. L'accès au territoire burundais leur est toujours interdit. D'ailleurs, suite au récent rapport, le gouvernement vient d'enfoncer le clou. Le ministre des Relations extérieures Ezéchiel Nibigira vient de déclarer les trois experts de la commission « persona non grata ».
Une voix s'est tout de même dressée. Celle du député Fabien Banciryanino Pour lui, la position des Nations unies reste et demeure cohérente. Seul le langage diffère. Pour cet élu de la circonscription de Bubanza, M. Kafando a privilégié un langage diplomatique. Et d'appeler le gouvernement à faire de même.
Selon un observateur avisé du Burundi, certes l'envoyé spécial du secrétaire de l'ONU et les experts de la commission d'enquête sont tous des fonctionnaires des Nations unies. Cependant, ils n'ont pas les mêmes rôles. Pour le premier, il a un rôle de médiation politique.
Il doit tout faire pour maintenir le contact avec les parties en conflit, dont Bujumbura. Quant aux seconds, ce sont des techniciens qui doivent s'en tenir aux faits. C'est cette complexité qui crée des confusions. « Une idée facilement assimilable aura toujours plus de poids qu'une idée vraie, mais complexe ».

Editorial de la semaine

Covid-19 : Pour que la peur ne prenne pas toute la place

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19 : Pour que la peur ne prenne pas toute la place

On est en plein dedans, le coronavirus est dans nos murs. La menace est bien réelle. Deux cas ont été recensés, avérés positifs à Bujumbura. Le ministre de la Santé l’a déclaré lors d’une conférence de presse, ce 31 mars. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 602 users online