Jeudi 25 avril 2024

Culture

Génération Grands Lacs : les similitudes culturelles, facteurs de cohésion entre peuples

04/09/2023 3
Génération Grands Lacs : les similitudes culturelles, facteurs de cohésion entre peuples
Selon Abbé Adrien Ntabona, l’Ubuntu est la qualité d'homme accompli dont les peuples des Grands Lacs ont en commun

Les pays de la région des Grands Lacs ont toujours eu des similitudes culturelles. Selon les jeunes et les historiens de la sous-région, c’est un facteur qui peut contribuer dans la cohésion sociale des peuples. Voilà un tableau des différentes similitudes culturelles observées dans les pays des Grands Lacs et leur rôle dans la consolidation de la stabilité.

La région des Grands Lacs est le théâtre des conflits et crises cycliques. Pourtant, des facteurs pour la pacification de ce coin du monde existent. Il s’agit notamment des similitudes culturelles qui rapprochent les peuples. Au micro de notre confrère Corneille Murhula de maman radio de Bukavu chef des travaux Frank Lumo, enseignant d’histoire et de sciences sociales à l’institut supérieur pédagogique de Bukavu donne des détails. Il passe en revue les différentes similitudes culturelles qui existent entre les pays des grands lacs. « Les ressemblances sont beaucoup plus politiques, économiques, et même culturelles ».

Au niveau politique, il y a des institutions politiques qui sont les mêmes pratiquement. Pour lui, si on va au Rwanda, il y a une institution Mwami et le Bushi et Bufurero en RDC. La même institution se trouve également au Burundi. « Le Mwami est considéré comme l’homme le plus important et le plus respecté qui a pratiquement un pouvoir divin. Personne ne peut contredire le Mwami.

Il y a l’institution de la reine-mère ».

Sur le plan religieux, dans tous ces royaumes de la région des grands lacs, les gens croient en l’être suprême. « Et cet être, on l’appelle Nyagasani au Rwanda. En RDC dans le Bushi, on l’appelle Nyagasani aussi. Au Burundi on l’appelle Imana ou Rugiravyose. Ce sont des similitudes incontestables », explique-t-il.

Ce professeur d’histoire et des sciences sociales explique des ressemblances dans les alliances matrimoniales. « Les gens de toute la région pouvaient avoir des relations matrimoniales. Un de Bushi qui va au Rwanda et épouse une dame de la et vice-versa. Dans la plaine de la Ruzizi, il y a des gens qui se rendent au Burundi et fondent des relations avec des Burundaises et vice-versa. Dans toute la région, il y a une certaine croyance à l’exogamie. C’est-à-dire, on doit aller en dehors de son clan pour chercher une femme ».

Sur le plan social, cet enseignant parle d’une pratique pour favoriser le tissu social. Il parle de ce que dans le temps, on appelait ‘’un pacte de sang ‘’. Cela favorisait de cimenter l’amitié et la solidarité au Rwanda, au Burundi et en RDC.

Sur le plan moral, il y a toujours des proverbes qui prônent l’unité et la solidarité. Par exemple ici dans le Bushi, les gens disent : on est homme grâce à l’apport des autres. Dans la solitude, on n’est pas fort. Il y a la culture de se donner la terre et la vache. Un ami pour cimenter l’amitié, on se donnait la terre et la vache

La similitude culturelle est une richesse

Les jeunes de la sous-région s’expriment sur les similitudes culturelles dans la région des grands lacs. Au micro de Gabriel ImanIriho de la radio Isango Star de Kigali, les jeunes rwandais considèrent que les similitudes culturelles sont une force et un facteur de cohésion.  « On dit souvent en français que « quand on est seul on va vite et ensemble, on va plus loin ». On peut les transformer en force, mais pas en défauts. Il faut confronter les cultures et chacun doit respecter les autres et les aimer ».

Pour une jeune femme, les similitudes sont plus importantes. Elle parle de la tenue traditionnelle au Rwanda c’est la même au Burundi et de tribus en RDC qui portent la même chose. Il s’agit d’imikenyero, imishanana, etc. « Quand on voit que dans un autre pays, ils ont la culture qui ressemble à la tienne, ça te pousse directement à penser que vous êtes les mêmes. Nous avons également les mêmes habitudes alimentaires. On peut se mettre ensemble pour trouver des solutions à certains problèmes dans la région des grands lacs ».

Les jeunes d’Uvira en RDC expliquent que les similitudes culturelles sont une richesse. Pour eux, c’est une source du développement. C’est un échange des expériences culturelles. « La langue devrait nous unir. Cette multiplicité des tribus et ethnies, c’est des forces. La diversité est une richesse. Une personne est identifiée par son humanité et sa compétence. Dans notre communauté, certains pensent que vivre isolé est normal. Il y a des valeurs culturelles très importantes qui peuvent aider », expliquent-ils.

Adrien Ntabona est un monument vivant au Burundi dans la culture traditionnelle. Il est professeur d’université à la retraite, Mushingantahe et écrivain. L’abbé Ntabona est un féru de la culture traditionnelle. Il se définit comme un chercheur africaniste et militant. Au micro de notre consœur Joyce Guilaine Imanishimwe de la radio Bonesha FM de Bujumbura, il nous dit en quoi les similitudes culturelles entre les pays des grands lacs sont énormes. Il nous explique en quoi cela représente une chance dans la cohésion sociale des peuples.

Pour lui, les similitudes culturelles dans la région des grands lacs sont énormes. « Je veux les mettre sur la rubrique du concept de l’Ubuntu (humanité). Cela vient de l’Umuntu (homme). Ubuntu, c’est la qualité d’homme accompli. Nous avons cela dans toute la région des grands lacs. Nous avons beaucoup de joie à accueillir l’autre. On peut vivre en famille même si on n’a pas des liens du sang. Nous avons un culte du dialogue. Des rencontres avec autrui ».

Ntabona explique qu’il y a des crises politiques et qu’il y en aura toujours. Il déplore que des gens aient cultivé la haine jusqu’à la rendre noble. Cette idéologie, se désole-t-il, est entrée malheureusement dans notre région. « C’est une nuisance que nous portons avec nous. Alors, l’ethique d’Ubuntu peut soigner cette mauvaise orientation ».

L’émission Génération Grands-Lacs est un rendez-vous hebdomadaire par les jeunes et pour les jeunes. C’est une occasion pour les jeunes de donner leurs avis et contribution sur des questions de leur région. C’est une production de Search for Common Ground en collaboration avec les radios, Bonesha FM de Bujumbura, radio Isango star de Kigali, mama radio de Bukavu, la radio notre dame de Tanganyika, RNDT d’Uvira et la radio Kivu star de Goma.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. oui, toute la region a des simultudes culturelles mais malgré ça si l occident va tjrs forcer la munorité qui ne pas mm à 10% de diriger la majorité qui est à plus de 90% il y aura tjrs des guerres ds la region. cette munorité aussi doit comprendre que se forcer à diriger cette region n aura pas des succés et leur sécurité ne sera mm pas guaratie.

  2. Bahati Mutatwa

    Il ya simulitude dans certaines tribus qui ont les meme origines. il ne faut pas generalisé car lorsqu’on parle des grand lacs il ne s’agit pas seulement des Bashis Fulirus, Burundais et Rwandais. Lorsque vous vous engager a une recherche il ne faut pas etre partiel. Dans les pays de grand Lacs il ya les peuples qui ont comme culture la circoncision de leurs jeunes hommes eux ils diront aussi qu’il ont la similutides dans leur cultures et puis nous avont les peuples qui ne connaissent pas la circoncision de leur jeunes hpmmes, eux aussi ils ont une simulitudes. En ce que je sache. C’est un tabou ou un interdit que les peuples qui ont comme culture la circoncision de se marier avec les peuples qui n’ont pas comme culture la circoncision. Aujourd’hui les gents se melangent sans tenir compte leurs valeurs ancenstrals.

  3. kamikazi

    Aujourd’hui ils peuvent nous apprendre le terme d’Ubuntu, c’est bien mais avec ils auraient prêcher de ces valeurs depuis bien longtemps car ces valeurs n’ont pas apparu maintenant, ça existe depuis des siècles. Vraiment c’est déplorable. mais acceptable, car il y a en d’autres même maintenant ceux qui ne peuvent aller dans ce bon chemin. Merci et courage. Akahise gategura akazoza.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 358 users online