Santé

Gatumba : la santé des enfants sinistrés, menacée

08/06/2020 Clarisse Shaka Commentaires fermés sur Gatumba : la santé des enfants sinistrés, menacée
Gatumba : la santé des enfants sinistrés, menacée
Des enfants du site Kigaramango hospitalisés pour diarrhée-vomissement et malaria.

Un enfant décédé, plus de 400 cas de maladie et près de 20 hospitalisations… Les enfants déplacés de Gatumba ne résistent pas aux mauvaises conditions d’hygiène.

La plupart sont des cas de diarrhée-vomissement. Mais aussi la malaria et les infections. Le Centre médical Hippocrate (CMH) de Kajaga, communément appelé « chez Magnus » est débordé.

Mardi 2 juin, une dizaine d’enfants âgés de moins de 5 ans, la plupart, sont hospitalisés à cet hôpital privé. Tout un bloc est occupé par les victimes du site Kigaramango situé à quelques mètres de l’hôpital.

Une mère affirme que sa fille âgée de deux ans souffre de paludisme, de diarrhée-vomissement et d’une infection cutanée au niveau du sexe. Hospitalisée depuis une semaine, elle va mieux. « Mais elle n’arrête pas de se gratter sur ses parties intimes », confie cette mère. Tous les autres enfants hospitalisés souffrent de diarrhée-vomissement, de la fièvre et de la malaria.

Les parents imputent ces maladies aux mauvaises conditions d’hygiène dans leur site. Les quatre latrines – pour plus de 6.500 personnes -, installées par les victimes ne sont pas entretenues. « Nombreux préfèrent se soulager dans la forêt », indique un jeune père qui garde son enfant malade.

Une autre mère affirme que beaucoup d’enfants se baignent dans les eaux infestées qui ont inondées les maisons. « Cela explique les infections cutanées dont souffrent plusieurs enfants».

Un hôpital débordé

Ce centre médical a déjà accueilli plus de 400 cas de maladies liées à la mauvaise hygiène. Et près d’une vingtaine de cas graves sont hospitalisés. Plus 60% ont des diarrhées et vomissements, d’après la directrice de ce centre, Béatrice Kamikazi. Elle estime que ces maladies sont dues à la consommation de l’eau impropre.

Elle assure que l’hôpital est débordé, depuis trois semaines. « Nous faisons désormais le triage de ceux qui sont le plus dans le besoin. Une équipe de médecins est présente dans les sites pour identifier les cas les plus urgents». Ces victimes reçoivent alors une fiche qui leur permet d’être pris en charge gratuitement sur cet hôpital de la fondation Stamm, une organisation internationale humanitaire.

Le site Kigaramango compte d’autres nombreux cas de maladies qui ne sont pas soignés. Plusieurs enfants souffrent de diarrhées, fièvre, etc. Leurs parents disent qu’ils n’ont pas les moyens de les faire soigner.

Une jeune mère rencontrée dans ce site a une fille de 8 ans souffrante de maux de ventre aigus et d’une diarrhée. « Je n’ai pas d’argent pour payer ses soins. J’ai dû rebrousser chemin de l’hôpital. » Cet enfant reste à la maison, en train de souffrir, sans prendre aucun médicament. C’est le cas pour plusieurs autres.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 118 users online