Jeudi 28 octobre 2021

Sports

Francine Niyonsaba, un retour triomphal

23/09/2021 7
Francine Niyonsaba, un retour triomphal
Francine Niyonsaba montrant sa coupe au public à l’Aéroport international Melchior Ndadaye

En tenue de sport, la coupe de la Diamond League dans une main, le sourire aux lèvres, l’athlète burundaise a été accueillie dans la matinée de ce mercredi 22 septembre par une marée humaine à l’Aéroport internationale Melchior Ndadaye. Elle se dit plus déterminée de gagner d’autres tournois.

Pour rappel, Francine Niyonsaba revient au Burundi après avoir battu le record du monde du 2000 m à Zagreb en Croatie, le 14 septembre et gagné la Diamond League féminine sur 5000 m à Zurich en Suisse, le 9 septembre.

Elle est arrivée à bord de Kenya Airways à 8h15, heure de Bujumbura. En dehors des infrastructures de l’aéroport, c’était la liesse, une foule de gens dont le Maire de la ville, sa maman ainsi que d’autres personnalités attendaient la championne.

Le parking de l’aéroport était bondé de véhicules. Les tambourinaires étaient là pour agrémenter cet accueil de même que les groupes de danses traditionnelles aux couleurs flamboyantes.

A la sortie du checking point dans l’aéroport, différents cadres de la mairie de Bujumbura et du ministère chargé de la Jeunesse et des Sports portaient des T-shirts à l’effigie de l’athlète.

De l’autre côté se positionnaient les membres de sa famille, les associations féminines, les athlètes burundais et ceux qui étaient venus de sa province natale de Ruyigi.

Certains avaient des pancartes et banderoles sur lesquels étaient écrits des mots d’encouragement et de félicitation pour Francine Niyonsaba. D’autres avaient des bouquets de fleurs.

Après l’accueil chaleureux à l’aéroport, un convoi hors du commun a escorté l’athlète jusqu’à l’hôtel Kiriri Garden. Les élèves en uniforme s’étaient postés de part et d’autre de la route que le cortège devrait emprunter, de l’aéroport au centre-ville pour accueillir la championne. La ville était mobilisée.

Dans son message, cette athlète burundaise s’est félicitée des résultats obtenus lors des tournois dans différents pays. « C’est la première fois qu’un Burundais gagne cette coupe. C’est un honneur pour moi, ma famille et tout le pays », a dit Francine Niyonsaba, montrant au public la coupe de la Diamond League.

Elle a manifesté sa joie pour son record du monde à Zurich : « J’ai fait un exploit extraordinaire avec un chrono historique de 5 :21 :56 sur 2000m. Maintenant, le monde sait que le tenant de ce record du monde sur cette distance est une Burundaise ».
Déterminée, Francine Niyonsaba promet aux Burundais une autre coupe dans un tournoi mondial qui se tiendra aux Etats-Unis d’Amérique l’année prochaine.

Félicien Bazishaka, un des anciens éducateurs de Francine Niyonsaba à Ruyigi se réjouit de ces performances et de l’accueil qui lui a été réservé. « C’est vraiment un grand honneur. Francine est une fierté pour le Burundi. Nous l’encourageons d’aller toujours de l’avant », a-t-il dit, en encourageant les autres jeunes burundais à s’inspirer des efforts fournis par cette championne.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Gisaveri

    Bravo Francine. Wateye iteka Igihugu ca Ntare Rugamba cakwibarutse.

    Ruyigiiiii…. intara yanje!

  2. Kimeneke

    Mr kaburahe où sont les journalistes de Humura et inzamba. Bavuga ngo ni abajournalistes mais tout simplement des mauvais politiciens iyaba hari grande yatewe twari kubumva biyamamura. Au moins toi uragerageza gukora umwuga wawe

    Note de la rédaction

    Permettez-nous de ne pas commenter le travail de nos collègues. Les deux médias ont des sites et des contacts. Réagissez directement chez eux.
    Merci

  3. Alexis

    Dans un même endroit et dans moins de 72 heures ….deux situations totalement contradictoires et qui cachent le mal Burundais .

    D’abord d’un côté l’Equipe Nationale féminine de Volley-ball passe + – 15 heures coincée à l’aéroport faute de son incapacité de payer + – $ 300 pour les tests de Covid-19 .

    De l’autre côté une mobilisation intense des écoliers et élèves pour les faire marcher quand même quelques kms et tout ceci pour la gloire d’une athlète .
    Et pourtant ces enfants devraient rester à l’école pour leur apprentissage .

    On ne peut pas oublier les agents de ‘État Mvyeyi qui eux aussi avaient fait le même déplacement pour accueillir la star

    • arsène

      « Les élèves en uniforme s’étaient postés de part et d’autre de la route que le cortège devrait emprunter, de l’aéroport au centre-ville pour accueillir la championne. La ville était mobilisée. »

      Tout à fait d’accord avec @Alexis, la place des écoliers n’est pas d’être forcés à se poster sur les routes. Et l’on s’étonne quand les pauvres écoliers n’atteignent pas la moyenne! Par dessus cela, le contribuable paye le salaire des enseignants durant cette période. C’est triste.

    • H

      N oubliez pas, que cette, athlète s est faite toute seul
      Pas un franc bu
      Le ministre des sports totalement avsent….
      Tout comme pour les filles du volley
      Ils ne savent que raccoler ces politiques
      C est afligeant

  4. Gashimwe

    Kumwakira en liesse ni vyiza : None nta na 50 million uBurundi bwomuha??

    • Yan

      Agashimwe yagahawe n’abateguye ihiganwa Francine yatsinzemwo.
      Wasanze mu gihugu cose Francine ariwe akeneye utwo duhera kurusha abandi ?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A défaut d’électricité, le Burundi veut la lumière sur Mpanda

« Honte, fiasco, etc. » L’opinion exprime sa profonde déception face au scandale du barrage hydro-électrique de Mpanda. Un gouffre financier de plus de 54 milliards francs burundais. Lors de sa descente sur lieux, le Chef d’Etat a qualifié de « honte » cette (…)

Online Users

Total 4 734 users online