Jeudi 01 décembre 2022

Économie

Fermeture de Smart : Des vendeurs des unités de recharge dans le désarroi

23/08/2022 Commentaires fermés sur Fermeture de Smart : Des vendeurs des unités de recharge dans le désarroi
Fermeture de Smart : Des vendeurs des unités de recharge dans le désarroi
La société Smart est fermée depuis ce 18 août

Après la mesure de l’ARCT de ce 18 août ordonnant la fermeture du réseau mobile de la société LACELL (Smart), des vendeurs de ses unités de recharge rapportent des pertes énormes. Ils appellent les autorités compétentes à procéder aux remboursements.

« J’avais acheté des cartes de recharge équivalentes à 180 mille BIF quelques heures avant que la mesure de fermeture de la société Smart sorte. Cette fermeture a été un coup dur pour moi. Je ne sais pas à quel saint me vouer », se lamente un vendeur des unités de recharge de Smart rencontré dans le centre-ville ce 22 août.

Il confie avoir contacté le distributeur où il s’est approvisionné : « Je n’espère pas que je pourrai récupérer mon argent. C’est une perte énorme ». Pour lui, les procédures de remboursement peuvent prendre longtemps alors qu’il a besoin de cet argent pour l’investir dans d’autres affaires. Et de rappeler que la société devrait avertir ses clients et collaborateurs sur la fermeture pour se préparer en cause et en conséquence.

Pour un autre vendeur d’unités de recharge, la suspension de la société Smart a affecté son travail : « J’avais beaucoup de clients utilisant le réseau Smart. Avec cette suspension, je les ai perdus immédiatement ».

Il regrette que le réseau ait été coupé alors qu’il avait encore 50 mille BIF d’unités à vendre. Et d’appeler l’agence de régulation et de contrôle de télécommunications (ARCT) à commencer des procédures pour rembourser ceux qui avaient encore des unités, des cartes de recharge ainsi que des cartes Sim à vendre.

D’autres vendeurs disent avoir perdu l’argent variant entre 5000 et 20 milles BIF investis dans la vente des unités de recharge. Eux aussi regrettent la perte de clients utilisant le réseau smart. Certains croient que ces clients vont rejoindre les autres réseaux comme Econet et Lumitel.

Quid de la fermeture de Smart ?

« Malgré les différentes réunions organisées, les correspondances échangées et les mises en demeure vous adressées au sujet du renouvellement de votre licence et la liquidation des dettes dues à l’Etat par la société LACELL, il est malheureusement constaté que la société n’a pas pu honorer ses engagements envers le Burundi », lit-on dans une lettre de ce 18 août de l’agence de régulation et de contrôle des télécommunications (ARCT) motivant sa mesure de fermeture du réseau mobile Smart.

Le directeur général de l’ARCT, Samuel Muhizi, rappelle que l’octroi de la nouvelle licence à la société LACELL SU est conditionné par le paiement préalable des arriérés dus à l’Etat. Selon lui, un délai de grâce de deux semaines, à compter du 5 août cette année, accordé à ladite société a expiré le 18 août à minuit.

La société LACELL parle d’une fermeture brutale de ses services. Elle soutient que cette fermeture est injuste et a impacté ses clients, employés, distributeurs et tous les différents services au Burundi travaillant dans ses circuits de distribution.

Dans une lettre de ce 19 août, la direction de LACELL SU explique avoir payé ses arriérés d’impôts s’élevant à plus de 6 milliards BIF ce 30 mai et que ces paiements ont été reconnus et acquittés par l’office burundais des recettes (OBR).

« La fermeture continue de tous les comptes bancaires de LACELL SU et la détention de nos véhicules malgré le paiement de tous les arriérés d’impôts ont eu un impact négatif sur nos opérations et ont rendu impossible le traitement des paiements d’impôts à temps, car nous devons demander plusieurs autorisations avant d’effectuer tout transfert », déplore cette société de télécommunication.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 2 536 users online