Vendredi 23 février 2024

Politique

EAC : Le Burundi va déployer les troupes dans la force régionale à l’Est de la RDC

06/03/2023 6
EAC : Le Burundi va déployer les troupes dans la force régionale à l’Est de la RDC
Evariste Ndayishimiye a présidé ce 2 mars une réunion de coordination du mécanisme conjoint pour la sécurité à l’est de la RDC

« La République du Burundi, par l’intermédiaire de son chef des forces de défense, a confirmé que le 4 mars 2023, le Burundi déploiera des troupes dans la force régionale de l’Afrique de l’Est à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), conformément à la feuille de route établie par les chefs de défense des pays membres de l’EAC, ce 9 février 2023, à Nairobi, Kenya », lit-on dans le communiqué de presse du secrétariat général de l’EAC de ce 3 mars. Toutes les autres troupes de l’EAC des Etats partenaires seront bientôt déployées dans les délais convenus.

Selon le même communiqué, le déploiement s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des directives du 20e sommet extraordinaire des chefs d’Etat de l’EAC tenu ce 4 février au Burundi et le mini-sommet sur la paix et la sécurité à l’est de la RDC tenu en marge du 36e sommet de l’Union africaine ce 17 février, à Addis-Abeba, en Ethiopie.

« Le calendrier de la constitution et du déploiement du mécanisme de surveillance et de vérification de l’EAC (EAC-MVM) ; pour surveiller et vérifier le cessez-le-feu et le retrait de tous les groupes armés, a été fixée au 28 février 2023 », indique le communiqué. L’EAC-MVM rejoindra d’autres mécanismes existants tels que le mécanisme de vérification ad hoc et le mécanisme conjoint de vérification élargi (MCVE) dans l’Est de la RDC.

Le président du sommet des chefs d’Etat de l’EAC et président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye, a tenu, ce 2 mars, une réunion consultative avec les commandants des mécanismes de vérification, en vue de faire le point sur les progrès et de mettre en place un cadre conjoint de vérification.

La Communauté est-africaine (EAC) se dit attachée à l’utilisation des cadres régionaux et mondiaux existants pour faire face à la crise de sécurité. Il réitère l’appel des chefs d’Etat de l’EAC à un cessez-le-feu immédiat, au retrait de tous les groupes armés dans l’est de la RDC et à l’ouverture du dialogue.

Rappelons qu’un contingent de l’armée burundaise avait été déployé dans l’est de la RDC, en août 2022, pour traquer des groupes armés locaux et étrangers.

RDC : La crise dans l’Est risque de perturber les élections

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a déclaré, ce 27 février, que la guerre contre les rebelles dans l’est du pays pourrait perturber les préparatifs des élections générales prévues le 20 décembre cette année.
« La persistance de la guerre dans l’est de notre pays risque de mettre en péril le processus électoral, qui est déjà en cours, en raison d’un déplacement massif de personnes des zones de combat, de l’insécurité et de l’inaccessibilité de ces zones ».

Selon The East African, les combats ont causé les déplacements des centaines de milliers de personnes, ce qui suscite des inquiétudes quant à la capacité du pays à se préparer aux élections parlementaires et présidentielles de cette année.

Le président de la RDC a exhorté la communauté internationale à aider son pays à rétablir la paix et l’autorité de l’Etat dans cette partie du pays. Il a de nouveau accusé les autorités rwandaises de soutenir le M23, ce que le Rwanda a toujours nié.

Selon certains experts électoraux congolais et étrangers, la commission électorale pourrait reporter les élections. La date limite d’inscription des électeurs a été reportée à deux reprises dans plus d’une douzaine de provinces de l’Ouest en raison de problèmes techniques.
L’enregistrement a jusqu’à présent été impossible dans le territoire contrôlé par le M23 au Nord-Kivu, l’une des provinces les plus peuplées du Congo, écrit The East African.

Selon Actualité.CD, le président de la commission électorale nationale indépendante, Denis Kadima Kazadi, a affirmé que son institution prendra autant de temps pour enrôler les populations de la partie Est de la RDC où plusieurs zones restent inaccessibles à cause de l’insécurité.

Rwanda : Renforcement de la sécurité le long de la frontière avec la RDC

Dans une déclaration publiée par le bureau du porte-parole du gouvernement, ce 27 février, le Rwanda a renforcé les mécanismes défensifs et préventifs pour se préparer contre les violations de l’espace aérien et des frontières du pays, compte tenu de ses préoccupations légitimes en matière de sécurité suscitées par la violation délibérée de la RDC envers les processus de paix régionaux, écrit The New Times.

Kigali déplore que la RDC ait opté pour une escalade militaire continue ces derniers mois. Le communiqué évoque également « l’échec répété de la communauté internationale » à condamner le gouvernement congolais pour sa collaboration avec les rebelles de FDLR : « Cela constitue une menace directe et sérieuse pour la sécurité du Rwanda ».
« Ces contingents sont prêts à agir pour prévenir toute menace transfrontalière, proportionnellement à son ampleur, son origine et sa nature. La sécurité totale de notre territoire et de notre peuple sera toujours assurée », lit-on dans la déclaration.

Soudan du Sud : Le FMI approuve un financement d’urgence de 114,8 millions de dollars

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, ce 1er mars, un versement immédiat de 114,8 millions de dollars au gouvernement du Soudan du Sud pour l’aider à répondre à l’insécurité alimentaire croissante et à la baisse des réserves de change, écrit The East African.

Suite à quatre années consécutives d’inondations intenses, les retombées de la guerre russe en Ukraine et la foulée de la pandémie de Covid-19, le Soudan du Sud souffre d’une situation humanitaire désastreuse. Cela expose 8,3 millions de personnes (environ deux tiers de la population) à une pénurie alimentaire aiguë.

« Au cours des trois dernières années, le Soudan du Sud a fait face à des chocs économiques causés par le Covid-19, les inondations et la guerre en Ukraine. Ils ont aggravé une situation économique et humanitaire déjà difficile en raison d’une gestion et d’institutions économiques faibles », a soutenu Kenji Okamura, directeur général adjoint du FMI.

Il appelle les autorités sud-soudanaises à travailler avec la communauté internationale et la société civile pour promouvoir la paix, la stabilité et la réconciliation nationale.

Kenya : Ruto et Odinga rejettent la décision de la Cour suprême sur l’homosexualité

William Ruto : « Notre religion, nos traditions, nos lois et coutumes ne permettent pas les mariages homosexuels »

Le président kényan William Ruto et son opposant Raila Odinga, ont critiqué, ce 2 mars, la décision de la Cour suprême légalisant les familles homosexuelles.

Selon Nation, le président Ruto a indiqué, lors des célébrations de la journée internationale de la femme à Nairobi, qu’il n’autorisera pas les mariages homosexuels. Pour lui, les religions du pays interdisent l’homosexualité.
« Je crains Dieu. Notre religion, nos traditions, nos lois et coutumes ne permettent pas les mariages homosexuels (…) Nous ne permettrons pas aux femmes d’épouser des femmes, ni aux hommes d’épouser des hommes. Ce n’est pas possible dans notre pays ».

Il demande tous les chefs religieux du pays de rester fermes et d’éduquer les Kényans afin qu’ils ne perdent pas leurs coutumes, leurs croyances religieuses chrétiennes et islamiques au profit de plateformes qui prêchent des concepts étrangers.
« L’article 45 de notre constitution stipule que toute personne adulte a le droit d’épouser une personne du sexe opposé sur base du libre consentement. C’est la loi », a indiqué Raila Odinga. Pour lui, le pouvoir judiciaire a outrepassé son mandat en permettant l’enregistrement des groupes homosexuels.

Selon lui, ce n’est pas le rôle du pouvoir judiciaire de faire des lois. Il rappelle que le Parlement kényan n’a amendé aucune loi autorisant l’homosexualité : « S’il y a une lacune, vous vous adressez au Parlement pour que les lois soient modifiées ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Voltaire Kaziri

    Il y a un philosophe dont j’ai publié le nom qui a dit que lorsque les gens invoquent Dieu/Religion; je sors mon Revolver.
    Le débat scientifique à propos de l’origine de l’Univers est au delà des documents écrits il ya (pour certains livres sacrés: 4000 ans) des milliers d’année. A cette époque, on n’était même pas capable d’expliquer le phénomène de la pluviométrie.
    Dire que les gens qui invoquent/croient en Dieu sont meilleurs est une démagogie.
    1)Le Burundi est devenu le pays le plus corrompu au monde. Alors que nous sommes devenus quasiment une théocratie.
    Et pourtant. voler est un péché
    Même mentir est un péché.
    Regardons plus loin
    a) Les bakoloni ont fait l’esclavage pendant des siècles. Cela ne les empêchait pad de remplir les églises.
    b) La segrégation n’a été abolie aux USA que depuis 60 ans.
    Mubasumvya gusenga?
    De grâce, b’amènes pas la religion içi pour justifier quoi que ce soit. Les gens apportent la religion pour endormir les gens
    La corruption qui gangrène le Burundi est faite par des Bihangange qui prêchent dans des Bikorane tous les dimanche.
    PS. Le Pape a soutenu les colons pour évangéliser les sausages.
    Je m’excuse d’avoir chargé les blancs seulement.
    Note: Seuls les noirs ont renié leurs dieux et pris le Dueu/culture des oppresseurs. Les jaunes ont gardé malgré les tempêtes leur religion. Les japonais croient toujours que leur famille impériale est d’origine divine.
    Un quidam japonais avait fait L’Amour avec le soleil. Puis naquit la 1ère impératrice. Kes japs croient dans leur shintoisme depuis la nuit des temos.
    Les japonais sont mille fois plus « moral’ que les africains.
    Ke degré de corruption est nulle au japon

    • John Devorak

      Merci Volatire pour votre courage de dire ce que peu de Burundais osent meme penser. Ecoute, c’est pas vraiment si difficile de comprendre que dans un adage Anglais on dit que « The definition of insanity is doing the same over and over again, expecting different outcome » . C’est vraiment une catastrophe ce melange de religions(fausse promesses) avec la politique.

  2. Kanda

    Super bien quand le pouvoir et l’opposition se mettent d’accord pour l’intérêt de la Nation. Il existe encore des hommes attachées à certaines valeurs et préceptes divines. Bonne chose. Opposez-vous à vos subalternes corrompus et à la haine sous toutes ses formes. Combattez la corruption sous toutes ses formes.

    • Don't worry

      Je crois que les préceptes divines sont d’un autre âge, celui de l’obscurantisme.

      • Kanda

        Crois-tu en Dieu Créateur ou tu es le produit du hasard et de l’évolution?
        C’est bien compliqué d’expliquer le hasard créant un Univers très réglé tel qu’on le connait.
        Croire en Dieu simplifie le problème de compréhension de la question sur l’existence de l’homme comme produit de l’Evolution et/ou de la Création. Je crois en Dieu. Tu as le droit de ne pas y croire. Alors tu vivras comme tu veux, sans loi ni précepte ni principe. MAIS, au moins, respecte la société dans laquelle tu vis, ses valeurs, sa culture et ses mœurs.

        • John Devorak

          Avoir une croyance difference ne veut pas dire qu’on ne respecte pas les coutumes, culture, etc.. de qui que cela soit. Je suis ne crois en existence de Dieu et je respecte votre croyance. Bonne chance avec votre religion qui vous aide a simplifier la question d’ou je suis venu. Ce qui m’interresse c’est la vie sur cette planete.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 496 users online