Lundi 12 avril 2021

Archives

Des clôtures en dur pour des maisons de chaume ?

12/01/2018 Arnaud Giriteka 2

Les habitants des 8 quartiers de la ville de Rumonge au sud-ouest du pays, devront avoir construit d’ici une année des clôtures en dur. C’est l’annonce récente du gouverneur de la province Rumonge, Juvénal Bigirimana, à l’endroit de ses administrés.

Chef-lieu de la province Rumonge

Néanmoins, cette préoccupation est le cadet des soucis des concernés. Selon des témoignages recueillis sur place, cette autorité ignore les défis et les tracas auxquels les habitants des différents quartiers de cette ville côtière font face tous les jours. Entre autres, paupérisation, manque d’eau potable, maladies dues au manque d’hygiène, des routes impraticables, manque de canalisations.

Ils insistent sur la nécessité d’amélioration de leur quotidien. Ils n’en reviennent pas. «Comment construire des clôtures en briques cuites alors que certains vivent encore dans des maisons en paille ? », s’interrogent-ils.

Pour eux, une clôture en dur est un luxe auquel ils ne peuvent pas prétendre dans l’immédiat. L’existence des maisons de chaume rend la décision prématurée. « Avoir une clôture en dur avec une maison en paille est incompatible».

Aussitôt de demander aux autorités de leur fournir des tôles. Ils mettent l’accent également sur la rénovation de la voirie.

Pour Térence Ntahiraja, porte-parole du ministère de l’Intérieur, il ne s’agit pas d’une loi. Il n’y aura pas de sanctions au terme de l’échéance fixée.

Il parle d’un appel à la propreté de la ville. Et pour y parvenir, il faut un objectif sur base duquel se fera l’évaluation. M. Ntahiraja exhorte les habitants de la ville de Rumonge à se mobiliser pour le développement de leur ville.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Mafero

    Vous croyez que ces gouverneurs connaissent les réalités quotidiennes de leurs administrés? Ils peuvent précipiter autant de décisions qu’ils veulent aussi longtemps que la population n’a pas droit de leur demander des comptes et qu’il y aura des Ntahiraja pour les défendre.

    • Jean-Claude NDIKUMANA

      Bonne reponse mon frere!Il est vrai que ces Gouverneurs n’ont pas de niveau de diriger les provinces en bon pere car parachutes de , ils ne peuvent mm pas consulter les techniciens-planificateurs pour les aider aux orientations du dvloppement du monde rural et urbain

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 375 users online