Vendredi 19 avril 2024

Environnement

Région Sud/Rumonge : Des dizaines de ménages priés de déménager

01/04/2024 0
Région Sud/Rumonge : Des dizaines de ménages priés de déménager
Le bureau du responsable du port de Rumonge submergé dans les eaux du lac Tanganyika

Des dizaines de ménages du quartier Kanyenkoko de la ville de Rumonge ont été priées de déménager pour se mettre à l’abri de la montée des eaux du lac Tanganyika. Toutefois, certaines familles sont réticentes à l’idée d’aller être installées dans les hautes montagnes sur la colline Muhuzu en zone Minago.

L’appel a été lancé par Augustin Minani, administrateur communal de Rumonge après une visite effectuée dans le quartier Kanyenko vers la fin de la semaine passée.

Il a constaté que les eaux du lac Tanganyika ne cessent de monter dans ce quartier. Raison pour laquelle il a demandé aux dizaines de familles déjà touchées de se préparer pour déménager vers un site plus sûr.

L’administrateur Minani justifie que c’est pour que ces familles puissent se mettre à l’abri de ces eaux avant que des dégâts tant humains que matériels importants ne surgissent.

Il a précisé qu’un site plus sûr a déjà été identifié sur la colline Muhuzu dans la zone de Minago de la commune Rumonge où seront réinstallées ces familles.

Certaines familles parmi celles menacées avaient construit dans la zone tampon interdite. Il les conseille de quitter ce quartier qui a été construit dans l’anarchie sans notamment les caniveaux de canalisation des eaux.

Il rappelle que certains résidents de Kanyenkoko ont par ailleurs été déjà victimes d’agressions physiques de la part des animaux aquatiques comme les hippopotames et les crocodiles.

Plutôt un mur de soutènement

Certaines personnes du quartier concerné ne l’entendent pas de cette oreille. Elles ne veulent pas déménager vers un autre site. Elles demandent plutôt qu’un mur de soutènement soit érigé pour protéger le quartier contre la montée des eaux du lac Tanganyika.

D’autres demandent d’être installées non loin de la ville de Rumonge où elles peuvent poursuivre leurs business dans la ville de Rumonge au lieu d’aller à Muhuzu, à une trentaine de kilomètres et de surcroît dans les hautes montagnes. Elles estiment en effet que le coin est inaccessible.

Toujours est-il que tout le monde est d’accord pour déménager au regard du danger qui les guette. Seulement, ils évoquent les problèmes d’insertion auxquels ils feront face une fois installés dans ce nouveau site. Certaines familles réclament déjà une assistance en vivres et en non vivres.

Ce n’est pas seulement les ménages qui sont touchés par la montée des eaux du lac Tanganyika à Rumonge. Le port de Rumonge qui se trouve également dans le quartier Kanyenkoko est également aujourd’hui inondé. Il en est de même du bureau du responsable du port de Rumonge qui est submergé dans les eaux du lac Tanganyika.

Le responsable du port indique que les entrepôts ont été touchés si bien que la question de stockage des marchandises se pose avec acuité
Depuis 2018, la province de Rumonge fait face aux conséquences des changements climatiques.

Elle compte déjà deux villages qui ont accueilli des déplacés victimes des inondations, des glissements de terrain et de la montée des eaux du lac Tanganyika.

Un troisième village des déplacés occasionnés par les changements climatiques va voir le jour et sera érigé sur la colline Muhuzu qui n’attire pas déjà certains.

Aucun développement possible

Aucun développement n’est possible aussi longtemps que les conséquences des changements climatiques ne seront pas bien gérées, estiment certaines personnes rencontrées dans la ville de Rumonge. Comme corolaires, des problèmes d’hygiène et d’assainissement se posent avec acuité au niveau des ports de pêche où les latrines ont été toutes démolies.

Les gens proposent que la population soit formée pour pouvoir lancer une alerte précoce à temps afin de minimiser les conséquences des changements climatiques qui font la une aujourd’hui.

D’autres ménages de Rumonge vont aussi être obligés de déménager puisque la montée des eaux du lac Tanganyika l’est inexorablement.

Des mesures urgentes doivent être prises pour mieux gérer les risques et catastrophes causés par les changements climatiques.

Le comité provincial de gestion des risques et catastrophes doit être doté de matériels appropriés et avoir des connaissances techniques assez suffisantes afin de pouvoir pleinement jouer son rôle.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 542 users online