Mercredi 28 février 2024

Sécurité

Derniers adieux aux victimes de l’attaque de Gatumba

26/12/2023 6
Derniers adieux aux victimes de l’attaque de Gatumba
C’est à Warubondo que reposent les victimes de l’attaque de Gatumba

Des pleurs, des cris, des évanouissements, … l’émotion était grande à Gatumba, commune Mutimbuzi, province Bujumbura ce mardi 26 décembre 2023 au cours des cérémonies d’inhumation de 19 victimes de l’attaque de vendredi dernier, à Vugizo.

Une foule immense s’était rassemblée devant l’église catholique de Gatumba en attente de l’arrivée des cercueils. Le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Martin Ninteretse est arrivé sur place autour de 8h30. D’autres autorités l’ont rejoint après dont des députés, des sénateurs, etc.

Sur les visages, c’est la désolation qui se lit. Des gens échangent en petits groupes. Notons la présence des forces de l’ordre et des membres de la Ligue des jeunes affiliés au parti au pouvoir.

C’est finalement vers 10h30 que le premier véhicule militaire débarque. A bord, quelques cercueils. Et la foule commence à bouger. Des pleurs commencent à se faire entendre de part et d’autre. Et c’est le moment des derniers hommages.

Et pour rassurer les proches des victimes, les organisateurs ont pris le soin de rouvrir chaque cercueil. Des gens réclamaient de voir de leurs yeux les leurs avant de leur dire adieu.

« Tu nous laisses orphelin. … Mon enfant, ils t’ont tué pour rien. Il faut qu’ils paient pour ce crime. Maman, tu me laisses avec qui ? Pourquoi t’ont-ils ôté la vie ? Voilà, je reste seul : tous mes parents, mes frères partent. Que vais-je devenir ? … », criaient les proches.

Sous le choc, certaines femmes ou des jeunes filles ne parvenaient même pas à marcher. Elles chancelaient avant de s’évanouir. D’autres cercueils sont arrivés à bord d’un véhicule de la police, en tout et pour tout, 19 cercueils.

« Tuer n’est pas une solution »

Une messe de requiem a eu lieu, sous l’égide de Monseigneur Anatole Ruberinyange, vicaire de l’archidiocèse de Bujumbura. « Dans n’importe quel conflit, la réponse n’est pas de verser le sang ou prendre les armes, seule la voie du dialogue résout pacifiquement des problèmes. Tuer n’est pas une solution aux problèmes. Au contraire, les tueurs récoltent la malédiction », a-t-il déclaré.

D’après lui, il n’y a aucune justification possible pour tuer : « Si tu tues une ou plusieurs personnes allant jusqu’à commettre un massacre, qu’on sache que cette voie n’est jamais une solution ou ne résout jamais les problèmes ».

Et d’implorer le bon Dieu : « Au nom de Dieu, nous vous supplions. Que du sang ne soit plus versé dans ce pays, il y en a eu assez. » Pour ce prélat, il est temps que cesse tout enterrement de gens suite aux tueries sans nom au Burundi.

« Ils seront traqués, arrêtés et jugés »

Après la messe de requiem, l’inhumation a eu lieu, au cimetière de Warubondo. Dans son mot de circonstance, Martin Ninteretse, ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, a déclaré que ceux qui ont commis cette attaque sont des terroristes.

D’après lui, ils ont commis un crime contre l’humanité, en tuant des enfants, des bébés, des vieillards, des femmes enceintes : « Ils n’ont plus de cœur ».

Il a encore une fois adressé des condoléances aux familles éprouvées tout en promettant que le gouvernement va faire tout son possible pour arrêter les auteurs et les complices de cette tragédie. « Qu’ils soient au Burundi ou à l’étranger, ils seront traqués, arrêtés et jugés ».

Le ministre  Niteretse a d’ailleurs signalé que le gouvernement s’est engagé à assister les familles des victimes et les blessées aussi. « Nous appelons alors les autres, les Burundais, des bienfaiteurs à leur venir en aide, de les accompagner dans ces moments de dures épreuves. » Car, a-t-il souligné, pour la majorité des victimes, leurs familles vivaient dans des conditions précaires, sans ressources.

De son côté, un représentant des familles touchées a remercié le gouvernement pour son assistance. « Nous avons besoin de voir un jour, ceux qui ont tué les nôtres, jugés et punis », a-t-il plaidé. Il a tenu à remercier les autorités provinciales, communales pour leur intervention afin de réconforter les familles éprouvées après cette tragédie.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Anonyme

    C’est triste. Toujours et souvent des victimes innocentes, surtout des enfants, faire des morts des civils qu’on prétend se battre pour, c’est inhumain, c’est de la barbarie, vraiment triste.

  2. Ririkumutima

    Pourquoi les choses Bareilles n’arrivent qu’au Burundi?
    Le degré de cruaté n’est évidemment pas identique:
    1)L’attaque de Gatumba
    1) Le massacre de Buta.
    2) La tuerie de Bugendana
    3) La tuerie de Teza

    Quelles sont les justifications des criminels?

    • Témoin

      Il semble que ta mémoire est trop sélective dans ton énumération; tu dois souffrir d’amnésie. Fais gaffe! Il paraît que Alzheimer commence de cette façon.

    • Bimenye Baributsa 1972

      Q.Pourquoi les choses pareilles n’arrivent qu’au Burundi?

      R. Reponse simple. C’est- à cause de la dynastie des Tutsi Bahima qui s’est installée au pouvoir au Burundi sur fond de génocide contre les Bahutu depuis 1965 jusqu’à ce jour.

      Q. Le degré de cruaté n’est évidemment pas identique:
      1) L’attaque de Gatumba
      1) Le massacre de Buta.
      2) La tuerie de Bugendana
      3) La tuerie de Teza
      Quelles sont les justifications des criminels?

      R.
      1962 : massacre des syndicalistes bahutu de Kamenge
      1965 : assassinat de Pierre Ngendandumwe, Paul Mirerekano et +…..des Hutus
      1972 : Au moins un demi-million de Hutus tues puis enfuis dans plus de 5000 fosses communes sans compter ceux qui ont été jetes dans les rivières et les lacs. Ou brules vifs dans la foret….
      Le massacre de Gatumba n’est ni moins ni plus que la poursuite du génocide contre les Bahutus par le groupe de Batutsi affilies à la dynastie des Bahima
      Pour preuve posez-vous cette question
      Si cet endroit avait été habite par uniquement des Batutsi, le groupe RED-TABARA y aurait-il lague des bombes et des grenades ??
      Votre réponse est-elle OUI ou NON?

      • Hihi

        je déplore la haine qui existe encore dans ce pays
        Et a lire … cela va durer encore plusieurs générations
        Cette personne devrait être arrêtée, passer devant un tribunal et être condamnée pour crimes apologies à la haine
        2040/2060…. vous allez devoir oublier

      • Gugusse

        @ Bimenye.

        Inénarrable petit raciste Fred Nzeyimana. Ne vous cachez pas derrière un pseudo. Vous suintez la haine et il est impossible de cacher vos idées. Autant assumer votre identité.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 812 users online