Politique

Département d’Etat Américain/ Les Etats-Unis restent opposés à un troisième mandat

Le gouvernement américain réitère sa position selon laquelle le gouvernement burundais devrait respecter les principes de l’Accord d’Arusha, y compris les dispositions relatives aux limitations des mandats. C’est la déclaration de John Kirby, porte-parole, ce 2 juin 2015. Une journée après le communiqué de l’Ambassade des Etats-Unis au Burundi sur le troisième mandat.

Selon la déclaration, l’Accord d’Arusha, scrupuleusement négocié et convenu par les différentes parties et secteurs du Burundi, a mis fin à des années de guerre civile tragique et a jeté les fondements de la période post-conflit du Burundi.

Pour le département d’Etat Américain, la décision du président Pierre Nkurunziza de ne pas respecter les limitations des mandats prévues par l’Accord d’Arusha a déstabilisé le Burundi et la sous-région, a déclenché les violences dans le pays, et a déstabilisé le bon fonctionnement de l’économie burundaise. D’après la déclaration, les actions perturbantes du gouvernement de restreindre sévèrement l’espace politique et la liberté de la presse, de réprimer violemment les manifestations politiques, les pressions exercées sur la Cour Constitutionnelle et la Commission Nationale Electorale Indépendante et le recours signalé à une malice armée des jeunes affiliés au parti au pouvoir pour intimider les manifestants et les membres de l’opposition, sont en contradiction des principes fondamentaux d’une gouvernance démocratique et sont aussi nettement en contradiction avec la déclaration du président Pierre Nkurunziza affirmant son respect de l’Accord d’Arusha et d’un Etat de droit.

A travers la déclaration, les Etats-Unis d’Amérique font écho à la recommandation de la communauté est-africaine de reporter les élections au Burundi, exhortent les différentes parties de ne plus recourir à la violence et de faire preuve de retenue, et appellent au désarmement de tous les jeunes affiliés aux partis politiques dans les plus brefs délais. Avant de conclure : Les Etats-Unis d’Amérique encouragent également la sous-région à jouer un rôle de leadership dans la recherche d’une solution à l’actuelle crise, et encouragent de même les pays de la sous-région à organiser des visites de haut-niveau au Burundi afin de rappeler l’importance du respect de l’Accord d’Arusha et de s’assurer que les conditions nécessaires pour des élections libres, équitables et crédibles sont présentement réunies au Burundi.

Forum des lecteurs d'Iwacu

40 réactions
  1. Stan Siyomana

    @Ntahitangiye
    J’ai aime sa reponse aux questions:
    1. “Etes-vous preoccupe PAR LA DEGRADATION DE LA SITUATION INTERIEURE AU BURUNDI, a quelques mois de l’election presidentielle?”
    REPONSE: “…Nous avons surtout, en premier lieu, des craintes pour le people burundais. Ce sont nos freres et nos soeurs. Tout ce qui les affecte nous affecte”.
    2. “Lee Kuan Yen, l’ancien Premier minister de Singapour, vient de deceder. C’etait votre modele?”
    REPONSE: “…Lee Kuan Yew a transforme Singapour et la vie de son peuple. C’EST AUSSI CE QUE NOUS SOMMES EN TRAIN DE FAIRE AU RWANDA”
    (Voir Francois Soudan: “Rwanda- Paul Kagame: “Nul ne peut nous dicter notre conduite “, http://www.jeuneafrique.com, 7 avril, 2015).
    Merci.

  2. Stan Siyomana

    @Minani: “Kagame Paul du Rwanda va modifier la constitution en juillet pour se representer. LES ETATS-UNIS VONT-ILS LE BLAMER connaissant les relations qu’ils ont avec le Rwanda?”
    UN RESPONSABLE DU DEPARTEMENT D’ETAT (=Ministere des Affaires etrangeres a Washington) a explique:
    “Les Etats-Unis pensent que la democratie s’ameliore avec des institutions fortes et non des homes forts…Changer les constitutions pour supprimer les limites sur le nombre des mandats et favoriser ainsi les titulaires contredit les principes democratiques et reduit la confiance dans les institutions democratiques…NOUS SOMMES ENGAGES A SOUTENIR UNE TRANSITION PACIFIQUE ET DEMOCRATIQUE EN 2017 VERS L’ELECTION D’UN NOUVEAU DIRIGEANT PAR LE PEUPLE RWANDAIS…”
    (Voir Agence France Presse-AFP: “Rwanda: Washington oppose a un eventuel troisieme mandate de Kagame en 2017”, http://www.jeuneafrique.com, 6 juin 2015).
    Merci.

  3. Stan Siyomana

    @Tchima
    Ubutumwa bwanje bwa mbere bwagurutse ntaramara iciyumviro canje (ubu niho mbonye ko aya ma ordinateur mashasha atoroshe gukoresha).
    Lero kuvyo jewe nagiye mbona aha na hariya ABARUNDI BONYENE NIBO BAZOTUMA IGIHUGU KIBA IC’AMATA N’UBUKI CANKE GITABAGURIKA (bimwe bita kwisamburirako nk’impene, canke aho umwansi agutiza umuhoro mugihe usambura urwiwe).
    1. Narimfise umugenzi w’umusomaliya twigana i Moscou. Lero ko perezida wabo Jenerali Siad Bare yari incuti y’abarusiya, numva ngo hari des seminaires speciaux ku banyeshule b’abasomali. Uwo mugenzi namuhanura ko ashaka kurwanira igihugu ciwe ari kurindira agasubirayo (kuko niyumvira ko izo seminaires zitava ku rukundo abanyamahanga bafitiye Somaliya).
    2. Muri Tanzania mu ntango y’imyaka ya 1980 naragerageje kuvugana n’abo twakorana, ngira nti: “Aba ni aba geologues, barize Universite de Dar es salaam, lero bokumva ingorane dufise i Burundi.”. Naguye mu gahundwe umwe yivugiye ati: “Muri universite twaragenda ngo turiko turiyamiriza apartheid ya Afrika y’epfo KANDI NATWE NGAHA TWIFITIYE INGORANE YACU.
    3. Nk’ubu muri Amerika sinzi ko noshobora kugenda nigamba ko ndonse nk’urumeya norurungikira abo nasize i Burundi. Niko bamwe boshobora kuvuga ko ngo noba mfise umutima mwiza (kuko ngaha n’umwana wavyaye woshobora kumuta hanze mugihe amaze gushikana imyaka 18), hari abandi nabo boshobora kwiyumvira ko noba ari jewe ngiye gutuma Amerika ikena, kuko ngiye gusokorora iryo dolari muri economie americaine, kandi utagira ngo nzogarukana inyungu.
    4. Niyumvira lero ko hari uko abiyamiriza 3 EME MANDAT
    bokoresha soutien/sympathie eventuels vy’abanyamahanga, MUGABO BATIBAGIYE UBWA MBERE KO URUGAMBA ARI URWABO NYENE GUSA. Sinzi ko ubu bakivuga ivya Internationale proletarienne.
    Murakoze.

  4. Blue Bird

    Je suis d’accord avec toi. Mais la seule chose que je ne partage avec toi est la Lybie est différente du Burundi.
    1.Naho les américains ari ivyihevyi, kwica Nkuru bisigura gutangaza intambara mu Burundi hagati ya bene Burundi.
    2.Urazi yuko igihe cose habaye ubwicanyi i Burundi bica biba no mu Rwanda.Bishora no gutandukira ibindi bihugu.

    Les américains aho gukokeza bari bakwiye gufasha kumvikanisha abarundi non seulement kuri mandat ariko hariho n’ibindi bikwiye gutunganywa kugira abarundi tubane mu mahoro.Bikabandanya uku ndakurahiye hazogera igihe buri bwoko bugira uwabo mwami(mutware).

  5. Tchima

    Kadafi ou Laurent Bagbo étaitent encore plus direct que mzee Paul Kagame, que je respecte beaucoup par ailler mon cher ami Ntahitangiye.Ahubwo warukwiye kuvuga ko uvuga ugapfa,… utavuga naho nyene ugapfa,….donc vyiza wopfa wavuze si j’essayer d’abonder dans ton sens de raisonnement.Mais note bien que je suis de l’autre bords bien entendu.Je ne suis pas à la recherche d’un poste muri gouvernement sans lois.

  6. Stan Siyomana

    @Tchima
    Wakoze ku ciyumviro cawe, kandi biranezera kubona ko hari aboba babona ko noba ngerageza kuba “impartial”.
    Ivyo navuze, sinashatse kuvuna intege abiyamiriza 3 EME MANDAT (j’espere ko ariko bivugwa mu kirundir

  7. Ntahitangiye

    Son Excellence Paul Kagame est directe . Voici sa réponse dans jeune Afrique (selon RFI): “« Nous ne nous sentons pas visés par ce genre de leçons (…) Nul ne peut nous dicter notre conduite », lance Paul Kagame dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique. « Nous n’avons pas la prétention de dire qui doit diriger la France ou les Etats-Unis ; la réciproque doit être vraie », tranche-t-il.

  8. Tchima

    @Stan Siyomana.
    J’approuve la plupart de tes commentaires car je te trouve réfléchi et impartial,…..mais je n’aime pas quand tu passe à côté.
    Il aurait fallu aller directe et dire que si ce pasteur président était musulman, ces Américains dont nous attendons le secourt en vain, nous en auraient débarrassé depuis longtemps. C’est la faute yuriya muhungu wa maman Yassin (El Hadj Hussein Radjab) atamwijije idini igihe bari muri maquis.

  9. Ndumiwe Jeannette

    Où est passé mon commentaire?

  10. Mafaranga Mashasha

    None ko ari ivyo rero… Ni kuki abo batarekuriwe kwidegemvya kugira bigeragereze biswaganirize kugira abarundi batore uwo bishimiye? Ehhhe?
    Nayo amatora… Igitsure, n’iterabwoba vy’umugambwe rudende na za nyakuri abarundi barabihaze …
    Igitsure n’terabwoba bihakuza bunini… mugabo bushobora kuniga umuntu…
    Umuti ni umwe gusa :
    1. Kwubahiriza Amasezerano y’i Arusha n’ibwirizwa shingiro ata kwihinguza ngo manda si manda,
    2. Amatora atarimwo amanyanga arimwo abantu bose bavyipfuza bigenga canke bari mu migambwe yose mu mwidegemvyo ata gitsure n’iterabwoba ry’abafise ibirwanisho.
    Hanyuma uwutsinzwe ashire aho intahe ishize kandi yubahirizwe kuko igihugu ari ica bose … abatsinze n’abatsinzwe bose ari bene Burundi!

    Abagerageje intwaro y’igikenye y’umugambwe umwe canke ubwoko bumwe rudende ni ukuraba iyo zabashikanye…

  11. Mafaranga Mashasha

    La voie des urnes uniques tu veux dire?

  12. barumwete Alain Chris

    Ego kabisa urabizi. ni baguhe, bakwongere, bakwongere kandi

  13. Ntahitangiye

    Ndagerageza gupfunga umunwa bikanka kuko abantu bagomba guhonya abarundi. Ejo harabaye conférence mu Bubiligi ku vyerekeye Uburundi (aib.info). Raba umuntu umwe ivyo yavuze : “Un vieil homme se lève, grave. “Il y a des listes qui circulent au pays avec des noms de journalistes, de militaires et de militants à éliminer. Et le discours du CNDD-FDD à ses militants échauffés fait froid dans le dos: ‘Sortez les houes et les machettes!'”, raconte-t-il. La salle se tait.”

    Françoise Wallemacq

    Ce n’est plus le 3ème mandat: ce sont les houes et les machettes. Qui vivra verra !!!

  14. Menard

    Pourquoi alors vouloir detruire le Burundi si vous pouvez avoir un autre candidat, si votre parti a une veritable assise populaire. Vous n’avez pas honte!

  15. Alkamaramaza

    Tu reves les yeux ouverts mon cher Pepe.
    La constitution a été violée plus d’une dizaine de fois depuis le dépot de sa candidaure .Avec des décrets quotidiens illegaux,convocation du parlement apès expiration de son mandat.Qui est finallement putschiste?
    Puis si tu crois que les chinois et russes peuvent trainer leurs pieds un bras de fer avec le monde entier sur le Burundi pour tes avocats et mukeke tu te goures mon ami.

  16. Stan Siyomana

    @Venant:”…options…envisages pour ejecter…”
    1. Je ne crois pas que les Etats-Unis et la communaute internationale aient des problemes avec le president actuel (en tant qu’individu). C’est quand meme sous son 2 eme mandate que les americains ont entraine les Forces de Defense Nationale (FDN) et que les neerlandais ont entraine la Police Nationale Burundaise (PNB).
    Donc, je crois que la seule/la grande mesentente est SEULEMENT SUR LA QUESTION DE 3 EME MANDAT PRESIDENTIEL.
    Le president pourrait avoir dit ici ou la quelques mots “pas tres gentils” sur ceux qui ne veulent pas financer ces elections (INITIALEMENT PREVUES POUR 2015!!!), mais dans le cas du Burundi, on est loin des discours des anciens dictateurs libyen ou iraquien (contre l’Occident).
    2. Meme s’il y a UNE CONDAMNATION INTERNATIONALE DE LA DICTATURE DU 3 EME MANDAT PRESIDENTIEL, JE PENSE QU’IL REVIENT AU SEUL PEUPLE DU BEAU PAYS DE MWEZI GISABO DE LUTTER POUR SA LIBERTE (MEME SI MALHEUREUSEMENT IL DOIT TOMBER EN MARTYR DEVANT LES BALLES REELLES DES FORCES DE L’ORDRE QUI ETAIENT SUPPOSEES PROTEGER CE MEME PEUPLE).
    Merci.

  17. Venant

    A ce stade, le gouvernement américain exhorte le président de notre pays à renoncer à sa candidature en vue de rempiler pour un 3ème mandat. Exhorter signifie que le gouvernement s’efforce, pour le moment, par le discours de le dissuader à lâcher ce mandat à venir de trop.

    Comme la probabilité est très forte que le président restera sourd à ce discours, demain celui-ci cédera la place à l’action. Pour qui connaît un tant soit peu les Américains, il est possible que plusieurs options soient déjà envisagées pour éjecter Nkurunziza de son siège. Une des options possibles serait de lui proposer de fuir le pays. Souvenons-nous que cette option a été proposée au puissant Feu Saddam Hussein de son vivant. A l’époque, j’ai vraiment ri pensant que les Américains blaguaient mais cette option était sérieuse.

  18. Ukuri

    @ Mr Simbananiye ! Il set vrai que Nkurunziza fait campagne avec tout le protocole et la securite lui accordee comme un Chef d’ Etat. As-tu vu BARACK Obama or un autre President se deplacer sans les forces de securite , et ce quel que soit la raison de leur deplacement ????? Quant aux autres candidats presidentiels des autres partis politiques, ce n’ est que pure verite si je te disais que jusqu’ a present, ces partis n’ ont pas de base populaire solide et n’ ont jusqu’ alors montre ou propose leurs projets de societe au peuple Burundais !!!!! Ils savent pertinamment qu’ ils ne peuvent , en aucun cas, battre le candidat du CNDD-FDD NKURUNZIZA dans les urnes ! Si je ments, peux-tu nous en citer au moins un ???? Ni Rwasa, ni Ntibandunganya, ni Nininahazwe, Sinditije, Minani, audifax, etc… ne peut battre les DD dans les urnes !!! , C’ est la pure verite !!! Tott ce que ces opposants -opportunistes veulent, c’ est “le pouvoir par la force” ou “le desastre” s’ ils ne l’ obtiennent pas !!! C’ est cette obstination qui va detruire le Burundi, mes chers amis !!!!

  19. Gezaho

    On parle de quelle democratie au Burundi?peut etre qu’il aurait une autre sorte de democratie qu’on ignore jusqu’à maintenant!au burundi il ya tout genre de dictature là où tout le trésor public appartient au Président avec les siens!un pays qui n’a pas meme d’industrie mais quand meme qui permet a un chef de zone de construre une maison en etage!un pays sans justice!tolerance zero peut etre pour dire que jamais on ne punira la corruption….!mais attention pour etre resistant contre tout le monde y compris les USA il faut aumoins qu’on est parmis les grandes puissances mondiales!
    Et le burundi….je regrette!!!!mais courage qd meme vous allez laisser une autre histoire comme celle de Gbagbo et de Blaise.

  20. @Cesar,ntiwirigwe wimena umtwe turazi ko batadukunda,ariko il faut ko tuguma twibuka ko twapfuye turatikira bari harya batadufashie,nubu tuzobandanya twigwanako gushika batuvuyuye ku gakanu,mbega ntibotekera bagataha ko bumva ari mu mulilo,mbega burya baduha iki de spécial,cotuma twumviriza ivyo batubwira,mbega uwobima amatwi mugabo umuntu akabandanya agwanira sa dignité,abo bazungu ni twe dutegerezwa kubiyama par tous les moyens,kandi umuntu yitonze izo moyens zirahari!twar mw’ishamba duhigwa comme des terroristes,ariko ntitwahevye urugamba ,nubu ntakitubuza kurubandanya kandi bavuza amaruru,il faut les ignorer ,juste les surveiller avec ceux qui sont collé à eux!!

  21. Kabalisa

    Mutima, please dont act like those who are putting Burundians in misery. As far you may overlook to Burundian’s criminal governance, no one could be fooled anymore. If a president swears on oath of government the country twice, it means that he has completed his 2nd mandate which by the way signed himself in Arusha. If you consider this president as a man, you should advise him to quit with dignity, as all the poverty, corruption and greedy he was brought in the country would hunt him alive.

    Burundi deserves a president who values every burundian as equal citizens regardless their political and other social affiliations. Celui qui règne par les armes périra par les armes. Everything has a start and end but his end will be messy on the name of the Lord. May God give him signs of wisdom by helping him to self-evaluate his dignity and IQ. Sad how humankind has lost its humanity and love of each other unconditional. As the Dash poem states “For that dash represents all the time that they spent alive on earth. And now only those who loved them know what that little line is worth. For it matters not, how much we own, the cars…the house…the cash. What matters is how we live and love and how we spend our dash.” Amatungo abadutwara biba igihugu bazoyasiga kw’isi. Ico nico Imana yaduhanishije.

  22. Kabalisa

    Mutima, please dont act like those who are putting Burundians in misery. As far you may overlook to Burundian’s criminal governance, no one could be fooled anymore. If a president swears on oath of government the country twice, it means that he has completed his 2nd mandate which by the way signed himself in Arusha. If you consider this president as a man, you should advise him to quit with dignity, as all the poverty, corruption and greedy he was brought in the country would hunt him alive.

    Burundi deserves a president who values every burundian as equal citizens regardless their political and other social affiliations. Celui qui règne par les armes périra par les armes. Everything has a start and end but his end will be messy on the name of the Lord. May God give him signs of wisdom by helping him to self-evaluate his dignity and IQ. Sad how humankind has lost its humanity and love of each other unconditional. As the Dash poem states “For that dash represents all the time that they spent alive on earth. And now only those who loved them know what that little line is worth. For it matters not, how much we own, the cars…the house…the cash. What matters is how we live and love and how we spend our dash.” Amatungo abadutwara biba igihugu bazoyasiga kw’isi. Ico nico Imana yaduhanishije.

  23. Ubu rero Peter ariko apinza na USA? Yoo, ndabatwenze.
    Mwarabonye ingene vyagenze kwa Kadafi? Pourtant la Libye ne vivait pas de la mendicité comme le Burundi. Au lieu de vous demander ce que veulent les USA de Peter ( les raisons de ne pas digérer Peter sont innombrables), vous devriez aussi vous poser la question de savoir si vous survivrez à la réprobation des Américains que vous semblez mépriser suite à votre arrogance très prononcée et injustifiée.
    Cher Mininani, avant même d’échapper aux élections de 2015, de résister à la crise politico-sécuritaire et surtout économique du mandat 2015-2020, vous planifiez comment changer la constitution en 2020. Biraboneka ko utazi les préalables pour conserver le pouvoir, ne fût-ce que tant bien que mal.
    Sha, namba hari intwaro iri kumushiro, c’est bien le dd. Noguhanura ko worira ukihanagura.
    Umbabarire naho ndakubwiye ukuri ko umurwayi wawe dd ari muri agonie kandi atazokira.
    Ouvrez les yeux, tous les indicateurs de cette chute libre sont évidents.

  24. nzitonda

    Cesar yaco muniganira kuri iwacu gusa, andikira abo nyene muvuga ko babapfukamye munda avec copie amakungu yose

  25. Musa

    J allais oublier la fameuse Lybia.

  26. Musa

    Malheureusement Le Journal Iwacu n a pas voulu publie mom commentaire sur la Folie de la soir disante communaute Internationale.La meme chose, partout ou les americains interviennent pour doit disant restaurer la democratie ou defendre la democratie, ils echouent partout partout partout.Irak , ils ont fini par abandonner, Egypt n eut ete le Patriot Al Sisi, Somalie n eut ete les vaillants soleats africains, Syrie, Ukraine, Afghanistan, EI qui leur donne du fil retordre, RDC non encore fini, vous vous rappeler de Vietnam? Partout partout, ils commence mais ne finis sent jamais comme si c etait ca l’objectif. Et puis la nouvelle tactique: ils occupent les airs mais ne posent plus leur pied sur le champ debataille.A l’extreme c est qui nous attend, le desordre total ou personne ne gagne meme avec un sacrifice de plusieur milliners de morts. C’EST CA LES AMERICAINS.

  27. kimeneke

    oye buca turaba ryavuzwe
    igisoda gisambungwa nikindi

  28. Ntahoturi

    Tout risque de tourner à l’ivoirienne ou à la burkinabé

    Malheureusement, impossible d’avoir des élections pacifiques, libres et impartiales. C’est clair comme de l’eau de roche, et cela depuis des mois, il est impossible de suivre le calendrier électorale proposé ou imposé. Même le prochain calendrier qui pourrait être bientôt craché. Le problème principal est celui d’une seule personne (le 3è mandat), avec une poignée d’acolytes co-coupables de meurtres, de détournements et de maux sans nom infligés aux Burundais et même aux étrangers. Mais ce problème en a appelé d’autres, et ça complique davantage la situation :
    – la répression meurtrière atroces contre des manifestants pacifiques
    – les montages de toutes sortes pour éliminer physiquement tous les opposants et les activistes de la société civile (jusqu’à monter un faux coup d’état)
    – les défections au sein de la CENI (qui sait qu’il ne pourrait y en avoir davantage ! )
    – l’utilisation des imbonerakure et autres tueurs à gages pour mâter l’opposition
    – impossibilité pour les partis de l’opposition et les indépendants de faire leur campagne électorale
    – une seule radio, celle de Gbagbo – il faut l’appeler ainsi – émet sur tout le territoire (la Radio Maria n’est pas à considérer), les autres ayant été délibérément saccagées : un projet ourdi depuis longtemps, avant même la fermeture de la RPA, puisque le faux coup d’état avait tout prévu pour faire taire toute vois discordante

    Tout cela disqualifie et affaiblit le camp Gbagbo – il faut l’appeler ainsi – si du moins ils ont encore la tête, car apparemment ils l’ont perdue depuis bien belle lurette

    Ainsi, quelques conditions minimales, pour ne pas les citer toutes, s’imposent pour qu’il y ait des élections libres, transparentes et apaisées :
    * le désarmement de la milice imbonerakure (or cela n’est pas à concevoir d’ici quelques mois), et ce n’est pas le camp Gbagbo qui va le faire, puisque c’est son chef-d’œuvre et son cheval de bataille. D’où un appel vibrant à ce qu’il y ait une sensibilisation urgente, par des articles et des conférences, pour qu’il y ait une force neutre d’interposition pour ce désarment
    * redonner aux citoyens le droit de manifester qui est reconnu par la loi au Burundi et la communauté internationale
    * ouverture des médias indépendants pour une couverture large et neutre, cela pour tous les concurrents pendant la période électorale
    * une force pour protéger les concurrents de l’opposition politique, les médias indépendants et leurs journalistes

    En conclusion, les élections sont impensables d’ici quelques mois, à moins qu’il y ait une mascarade d’élections, une autre sorte de coup d’état, un autre coup de force, une réédition de 2010, mais cette fois-ci sanglante et plus anticonstitutionnelle qu’en 2010. Cependant, comme le Gbagbo n’ont jamais eu froid dans les yeux, ils le feront, avec la même arrogance que nous connaissons, avec comme devise ” LE CHIEN ABOIE, MAIS LA CARAVANE PASSE ” à la place de ” UNITÉ, TRAVAIL, PROGRÈS “. Il faut reconnaître que pour eux c’est la voie la plus rassurante, puisque plus ça traîne, plus la transition s’imposera, et ils perdront, étant donné que la préséance reviendrait au président de l’Assemblée Nationale ou à un autre, selon les transactions et les magouilles trafiquées. Les vrais membres du parti Gbagbo devraient aussi se ressaisir, sinon bientôt on dira du CNDD Conseil National de Déstabilisation de la Démocratie !

  29. Les Etats Unis ne sont qu’un symbale maintenant. La grande puissance dans notre region est EAC et devient incontournable dans les decisions des pays membres. Les Etats unis et l’Union Europeenne peuvent quitter et pourront etre remplaces par la Russie, la chine et d’autres paus qui sont aux aguets. Le peuple a dit non a l’insurrection pour batir nontre democratie. Le Burundi est diffent de Burkina, Egypte etc…

  30. CESAR

    Votre analyse est exacte. Au vu des déclarations des autorités américaines, il y des Présidents et des présidents africains.

    Museveni s’est autoproclamé président à vie et son pays est dirigé par son clan ( voir les postes occupés par sa femme, ses enfants et ses neuveux etc.). Le tereur contre les opposants politiques ougandais est la régle impérative, insusceptible d’exception. La réaction d’Obama: applaudissement.
    Sur Kagame, celui-ci a interdit les partis politiques dans son pays. Il a emprisonné ses opposants pour les crimes imaginaires dont Madame Ingabire Umuhoza. Il a à son actif plusieurs cadavres de journalistes et d’opposants politiques. Il s’est autoproclamé président. Réaction d’Obama: applaudissement.
    Sur Nkurunziza, les partis politiques d’oppostion exercent librement leurs activités. Il en est de même des médias et des associations. Même si la démocratie au Burundi est encore sur les premiers escaliers car celle-ci est un école et il faut du temps pour qu’elle soit effective et intégrée par les Burundais en l’espèce, le tout dans un pays qui sort d’une dictature inique, sous peine de mauvaise foi, il convient d’affirmer que le Burundi est un Etat démocratique, le seul dans les Etats des Grands Lacs. Nonobstant les problèmes actuels qui sont temporaires, nul ne peut donc soutenir que Nkurunziza est un dictateur.
    Et même à supposer qu’il le soit, il serait alors un nain à côté de Kagame et Museveni.
    Relativement au troisième mandat de Nkurunziza, il a eu la sagesse de saisir la Cour Constituionnelle de son pays, le Burundi, Etat souverain. Celle-ci a définitivement tranché le problème qui était posé par une décision motivée, insuseceptible de recours et qui s’impose à tous les parties en cause. Il aurait dû faire comme Kagame à savoir obliger les paysans burundais à recopier un texte qu’il a lui-même écrit appelé pétition par laquelle il demande la révision de la constitution pour qu’il soit président à vie. Nkurunziza s’est battu pour la démocratie dans son pays. Son combat a été récompensé. Et même s’elles est naissante, la démocratie au Burundi est irréversiblement une réalité incotestable. Il avait été condamné à la peine de mort par ceux-la même qui lui donne des leçons de moral en matière de démocratie. Démocrate qu’il est, il ne peut nullement se rendre ridicule comme ses homologues rwandais et ougandais, pour lesquels les mots ridicule, honneur et dignité sont dépourvus de sens.
    Réactions d’Obama: condamnation des agissements légitimes et juridiquement incontestables du président burundais avec un mépris sans égal de la part de l’ambassadeur des USA au Burundi, le tout en violation flagrante des règles qui gouvernent ses missions.
    Pour Obama, il y a donc des Présidents, à savoir Kagame et Museveni qui méritent un respect, leur tyrannie étant alors accessoire et les présidents dont Nkurunziza qui méritent un mépris car il aurait dû faire comme ses homologues du nord et régner sur le Burundi par la terreur. Pour Obama, la dictature est un acte positif et la démocratie un acte négatif condamnable. Nous sommes dans un monde à l’envers.

  31. Simbananiye

    @ MINANI
    M. Minani, vous faites erreur en voulant faire du copier-coller entre la situation du Rwanda, de l’Uganda et du Cameroun avec celle du Burundi. Les réalités politiques et sociales de ces pays ne sont pas interchangeables. Donc, réfléchissez un peu pour ne pas tomber dans le simplisme. Le Burundi a une constitution qui émane des Accords d’Arusha, ce qui n’est pas le cas des pays que vous citez, à ma connaissance. Quant à ceux qui disent qu’il faut aller aux élections…et battre le président-candidat, là n’est pas le problème. C’est une question de principe. Les Barundi ne doivent pas continuer avec leurs histoires de “ntaco” que vous connaissez très bien.
    Lorsque le président-candidat se déplace pour battre campagne, il est accompagné d’au moins une dizaine de véhicules remplis de policiers, de militaires, d’agents du SNR et j’en passe, des pick-up munis de mitrailleuses lourdes, de tireurs d’élite avec leurs dragonovs…C’est tout de même curieux que tout cet arsenal soit mis à contribution dans les paysanneries calmes à 99,99% n’est-ce pas ? Alors, nommez-moi quel autre candidat, si les élections sont libres et inclusives, qui bénéficie de l’appui des corps de sécurité du pays de cette envergure. Après tout, ils sont tous candidats et devraient tous bénéficier du même traitement de la part des corps de sécurité dits (j’en doute) RÉPUBLICAINS !!!

  32. Stan Siyomana

    @Minani: “Les Etats-Unis sont un grand partenaire du Cameroun…Ouganda…Rwanda…”
    Dans son discour du 11 juillet devant le Parlement ghaneen, le President americain Barack Hussein Obama a declare:
    “…Je porte le sang africain en moi/I have the blood of Africa within me et l’histoire de ma propre famille est un temoignage sur les tragedies et les triomphes de l’histoire de toute l’Afrique…
    A travers tout le continent africain, nous avons pu voir d’innombrables exemples de gens qui prennent leur destinee entre leurs mains…Qu’on ne se trompe pas, l’histoire est du cote de ces braves Africains, et pas avec ceux qui utilisent des coups d’Etat OU QUI LES CONSTITUTIONS POUR RESTER AU POUVOIR. L’AFRIQUE N’A PAS BESOIN D’HOMMES FORTS, ELLE A BESOIN D’INSTITUTIONS FORTES…”
    (Voir White House: “Remarks by the President to the Ghanaian Parliament”. Accra International Conference Center, Accra, Ghana, 11 July 2009, http://www.whitehouse.gov).
    Merci.

  33. roger crettol

    @minani

    Qui donc “les Blancs” veulent-ils imposer comme président ? Je n’ai jamais vu de nom.

    Toute l’activité diplomatique à l’extérieur du Burundi a été centrée sur l’apaisement et la création de conditions qui permettent la tenue d’élections crédibles. A l’intérieur, on a tenté d’aider les parties en conflit à trouver des points d’entente et des compromis.

    Le gouvernement en place, qui a obtenu dans des conditions discutables l’approbation de la Cour Constitutionnelle pour une (2+1)ème candidature du président sortant, a, dès le lendemain de la nomination du candidat P. Nkurunziza, considéré publiquement les opposants à cette candidature comme des insurgés. Tellement sûr de son bon droit (on oublie la tentative de faire réviser la constitution en mars 2014). Tellement soucieux de permettre que les élections se déroulent dans un climat apaisé.

    Oui, bien sûr, sans restriction, à des projets de société présentés par des partis ou des personnalités qui ont pris le temps de la réflexion, et à des élections qui exprimeraient un choix.

    Il est déplaisant de voir d’autres états – des “étrangers” – intervenir dans ce qui devrait être des affaires internes.
    Il y avait déjà – sauf erreur – 5’000 Burundais réfugiés au Rwanda dans les jours qui ont immédiatement suivi l’annonce officielle de la candidature duprésident sortant. Ils sont à présent entre 50’000 et 100’000, réfugiés principalement en Tanzanie.
    Ces réfugiés, et la menace d’un conflit dévastateur et prolongé, font à eux seuls que la crise actuelle n’est plus une simple affaire intérieure.

    Et pourquoi Sepp Blatter, récemment réélu à la tête de la FIFA, a-t-il démissionné quelques jours après son élection ? Jugé à l’aulne burundaise, je dirais que c’est parce qu’il n’avait pas d’armée ni de police pour le soutenir. Et je parle de Sepp Blatter parce que l’excellent homme est valaisan, comme moi. Fort heureusement, votre très excellemment et populaire président n’est pas si démuni.

    Et pourquoi les masses des Burundais sont-elles restées tranquilles ? Si j’étais Burundais, je vous répondrais avec plus d’assurance. Nul ne semble mettre en doute la popularité du président sortant. J’imagine que cet ancien chef de rébellion incarne pour la population dans sa grande majorité ce “héros libérateur”, garant du respect de la majorité hutue et de la paix intérieure. Le héros qui est venu aux travaux communautaires sur notre colline.

    Cette attitude fixe un peu trop les choses sur la période des troubles. Les vraies garanties sont à chercher dans les accords d’Arusha et la Constitution du Burundi. Et dans la mutation qui ferait d’un ennemi hier un simple adversaire politique, digne de respect, et partenaire possible dans le développement du pays. Cette mutation peine à s’opérer dans les cadres qui ont combattu.

    A mes heures, je suis, moi aussi, pasteur, sinon président. Allez donc en paix, amis Burundais. Ou, plus sérieusement, trouvez la volonté et la force de bâtir cette paix.

    rg–

  34. mandela

    Did you go to school to learn how to count? You should go back there my dear. if you still support that this is a second term, i will doubt about jour competence in your area of activity.

  35. @MINANI
    Il y a une chose que vous n´avez pas bien saisie. Paul Biya a changé la constitution comme vous l´avez souligné, Museveni a fait de même, Kagame le fera peut être. Une fois que la constitution est changée de façon légale, le mandat devient légal.
    Or Nkurunziza a essayé de changer cette constitution et il n´y est pas parvenu. Faute de cela, il s´est entêté quand même et s´est représenté pour la 3ème fois. Il a osé même le faire approuver par sa cour constitutionnelle alors qu´on n´a pas besoin d´être un juriste pour comprendre l´article 96 couplé avec l´article 302 de notre constitution!!!! Ses 14 sénateurs DD ont saisi cette cour avec seul but de montrer à l´opinion internationale que tout est légal mais même un enfant de l´école primaire a compris ce qui s´est passé.

    IL FALLAIT REUSSIR A CHANGER LA CONSTITUTION AVANT DE SE PRESENTER. CE QUE KAGAME REUSSIRA SANS DOUTE.
    ça c´est la 1ère faiblesse de Nkurunziza.
    Faute de l´avoir réusi, il préfère mentir partout sur toutes les stations de radio et de telé(Nyamitwe et compagnie) que la constitution le lui permet en citant l´article 96 sans dire un mot sur l´article 302. Que le changement de la constitution ne visait pas le mandat, etc…

    ACCORDS DE PAIX D´ARUSHA. ça c´est la 2ème faiblesse de Nkurunziza. Ni Paul BIYA ni Museveni ou Kagame, personne n´a connu ce genre d´accords pour lui permettre de prendre le pouvoir un jour.

    BREF, Nkurunziza aura du mal a expliquer au monde entier ce coup car IL N´A AUCUN PRETEXTE. Il est obligé de mentir et de ne rien respecter comme loi, ce qui est suicidaire.

  36. Ntahitangiye

    Ewe Ndagomwe, ayo ma déclarations n’ukugirango barabe ico tubavugako. Jewe ndipfungiye umunwa.

  37. mutima

    C,est comme si ces americains n,ont plus rien d,autre a faire.
    Il n,y a pas de troisieme mandat au burundi mais seulement un deuxieme mandat.
    They need to remember that it is not a third term for Nkurunziza but a second one.

  38. Ndagomwe

    Encore, à peine une journée après le communiqué de l’ambassade!
    Mais que nous veulent ces Américain? Apparemment ils sont décidés et ne sont pas prêts à lâcher.
    Je crains les dessous de ces déclarations.
    Attendons voir.

  39. MINANI

    Tout cela n’est que hypocrisie, montage et manipulations. Les États – Unis sont un grand partenaire du Cameroun sur tous les plans. Or, le Président du Cameroun, Paul BIYA, a déjà modifié plus de deux fois la Constitution de son pays. Museveni en Ouganda a modifié plus d’une fois la Constitution. Il reste un ami et allié incontournable des Etats-Unis. Kagame Paul du Rwanda va modifier la Constitution en juillet pour se représenter. Les Etats-Unis vont-ils le blâmer connaissant les relations qu’ils ont avec le Rwanda?
    Ce n’est que de la politique politicienne les amis. S’il faut chasser les DD, il faut que les gens comprennent que la meilleure voie est la voie des urnes et non le chantage des chancelleries. Cela montre que même ceux qui veulent les chasser sont autant de mauvaise foi, car ne s’appuyant que sur mensonges, calomnies et jalousie, au lieu de nous préparer des projets de société qui nous auraient convaincus pour leur donner les voix par les urnes. Après avoir vu comment les USI ont défendu leur président, c’est un suicide de vouloir devenir président du Burundi imposé par les Blancs car il ne survivrait pas. Il risque de subir le même sort que Ndadaye, victime des DD cette fois-ci. La voie démocratique reste la meilleure solution.
    Toutefois, les ANTI “mandat 3” ont intérêt à faire vite et avec de la force pour obtenir ce qu’ils veulent, sinon ça sera à JAMAIS. La raison, si KAGAME parvient à changer la Constitution et que les Américains se taisent, qui va empêcher NKURUNZIZA à changer celle du Burundi en 2020? En tout cas ça ne sera pas les USA ou la Belgique car à ce moment ils n’auront aucune raison à le faire, ayant avalisé la même bêtise au Rwanda. Vous comprenez bien que vous avez du travail devant vous les amis!!!!!! Courage tout de même.
    Moi je soutiens votre idée, mais je suis contre vos méthodes et objectifs, que je juge moins démocratiques. De même que vous défendez une cause noble avec des faux arguments et du mensonge. C’est contradictoire, et c’est pour cela que votre mouvement ne va pas aboutir, car nous sommes nombreux qui aurions pu nous joindre à vous, mais l’avons jugé non opportun. En témoignent les masses des Burundais qui sont restées tranquilles. Loin d’être des partisans du mandat douteux, nous sommes néanmoins contre vos manières de faire, car nous vous jugeons tous opportunistes comme les autres.
    La sagesse dit que “LA ¨PATIENCE EST AMERE MAIS SON FRUIT EST DOUX”. Il viendra un jour de vrais leaders patriotes et nous allons descendre dans la rue à notre tour, et ça ne sera pas comme votre cas car nous finirons par la proclamation du “BURUNDI NOUVEAU”!!!!! Patience seulement!!!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Sire, que votre volonté soit faite

Guibert Mbonimpa Commentaires fermés sur Sire, que votre volonté soit faite

Des monuments officiels sur lesquels figurent l’inscription « Imana, Umwami, Burundi » (Dieu, Roi, Burundi) pullulent sur l’étendue du territoire national. Ces mots le disputent à « Unité, Travail, Progrès », la devise de la République du Burundi. Au dire du porte-parole (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 177 users online