Samedi 18 septembre 2021

Société

Démolition des constructions anarchiques : « au moins 100 mille d’amende pour les récalcitrants »

15/09/2021 1
Démolition des constructions anarchiques : « au moins 100 mille d’amende pour les récalcitrants »
Jimmy Hatungimana : « Ceux qui s'insurgent contre ces mesures se verront infligés d'une amende de 100 mille BIF, plus les frais de démolition »

« Ceux qui s’insurgent contre ces mesures se verront infligés une amende de 100 mille et plus », a averti Jimmy Hatungimana, maire de la ville de Bujumbura. C’était lors d’une réunion organisée à l’intention des administrateurs, chefs de zones et quartiers ce 14 septembre 2021, pour étudier et trouver ensemble les solutions aux défis liés aux travaux de démolitions des constructions illégales.

A Mukaza, révèle l’administrateur communal, les travaux sont exécutés à 70%. A Muha ils sont à 85% et 90% à Ntahangwa, toujours selon les administrateurs respectifs de ces communes.

Pour le maire de la ville ceux qui traînent les pieds dans la libération des espaces publiques doivent détruire eux même leurs constructions. Sinon, poursuit Hatungimana, la mairie infligera des amendes emmènera des engins pour les démolitions. « Et la facture de la destruction sera payée par le fautif ».

Il a également demandé aux petits commerçants qui s’empressent à occuper les espaces libérés après les démolitions des constructions anarchiques de cesser ce comportement.

Selon lui, les constructions anarchiques sont détruites dans le seul objectif d’avoir une ville propre et sécurisée. « Ce n’est pas pour y faire d’autres activités », explique le maire. Il a fait savoir que des arbres seront plantés sur ces espaces dégagés afin d’avoir de l’air sain.

Jimmy Hatungimana n’a pas été tendre avec ceux qui font la sourde oreille. « Mêmes ceux qui sont en train de démolir au moment où je vous parle payeront des amendes ». Pour le maire, pas questions de délai de grâce, il faut parachever ces travaux qui durent 9 mois afin de s’atteler à d’autres travaux de développement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Bavugirije

    Monsieur le Maire de Bujumbura,

    Permettez-moi de vous faire une suggestion pour les arbres à planter dans les espaces libérés suite aux démoilitions anarchiques dans la ville de Bujumbura. Plantez-y des arbres fruitiers!!!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 396 users online