Vendredi 19 avril 2024

Économie

Burundi : Deux millions d’euros pour le développement de ressources en eau polyvalentes

31/03/2024 2
Burundi : Deux millions d’euros pour le développement de ressources en eau polyvalentes
Gitega, une des provinces bénéficiaires de cette subvention de la BAD

La Facilité africaine de l’eau (FAE) a approuvé, ce 26 mars, une subvention d’environ 2 millions d’euros au Burundi pour le projet « Développement des ressources en eau et du barrage polyvalent de Ruvyironza (PRODERER) ».

La Facilité africaine de l’eau est un fonds spécial créé en 2004, hébergé et géré par la Banque africaine de développement (BAD) à la demande du Conseil des ministres africains chargés de l’Eau (AMCOW).

D’après un communiqué de la Banque Africaine de développement (BAD), ce financement facilitera la mise en œuvre du projet PRODERER, qui améliorera la résilience socio-économique des populations des zones du projet en augmentant la sécurité hydrique, alimentaire et énergétique. « Les travaux comprennent plusieurs études de faisabilité pour des infrastructures hydrauliques, hydro-agricoles et hydroélectriques, notamment le barrage polyvalent essentiel de Ruvyironza, dans la province de Gitega », précise-t-il, notant que les résultats attendus sont entre autres une disponibilité accrue de l’eau pour la production hydroélectrique, l’irrigation et la consommation domestique, l’adaptation au changement climatique ainsi que la résilience grâce à des capacités améliorées de stockage de l’eau.

D’après Mtchera Chirwa, coordonnateur de la FAE, la préparation d’études de faisabilité bancables jettera les bases du développement d’infrastructures polyvalentes de stockage et d’approvisionnement en eau indispensables au Burundi. Ce qui contribuera, selon lui, à renforcer la sécurité de l’eau dans la région, à améliorer des moyens de subsistance, la situation sanitaire, etc.

22 Mégawatts en vue

« Les résultats attendus du développement des infrastructures impliquent la production de 22 Mégawatts d’hydroélectricité et la garantie de services d’eau et d’assainissement pour plus de 270 000 ménages ruraux dans les provinces les plus touchées par le manque d’approvisionnement en eau – Cankuzo, Gitega, Karuzi, Muyinga et Ruyigi », indique ledit communiqué.
Le projet établira également un périmètre irrigué s’étendant sur 14 674 hectares parallèlement aux efforts de restauration des bassins versants dégradés en amont, mentionne-t-il.

En outre, 417 mille personnes supplémentaires dans les zones urbaines de Gitega, Muyinga, Cankuzo et Karuzi bénéficieront notamment des investissements dans l’accessibilité à l’eau potable, la production et la distribution d’énergie.

Quinze agents des ministères concernés recevront une formation. « Au total, 681 546 personnes, dont 50 % de femmes, en bénéficieront. Le projet devrait générer 244 emplois pendant la phase de préparation et 5 000 à 7 200 emplois lors des investissements en aval », résume-t-il.

D’après le même communiqué, le ministère burundais de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Élevage mettra en œuvre le projet avec l’appui technique du Programme d’action subsidiaire des lacs équatoriaux du Nil (NELSAP) sur 24 mois, à partir de mars 2024.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. NGENDAKUMANA

    ici chez nous au Burundi on est dans une bonne voie de développement mais le problème c’est qu’on y mette pas du sérieux. nous avons bcp des Commune n’a pas eu aucune fois d’accès à cette eau potable même l’électricité môme KIREMBA ngozi et autres mais ifos tjrs des choix au lieu d’appliquer le projet dans tous les provinces

  2. @ Redaction. toutes ces realisations et l impact indu avec seuleument 2 millions d,euros???? Priere verifier les chiffres!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 3 227 users online