EN

Politique

Climat malsain au FNL de Jacques Bigirimana

24/10/2020 Fabrice Manirakiza Commentaires fermés sur Climat malsain au FNL de Jacques Bigirimana
Climat malsain au FNL de Jacques Bigirimana
Certains militants du parti FNL demandent à Jacques Bigirimana de convoquer un congrès extraordinaire

Une dizaine de représentants provinciaux du parti FNL viennent d’être exclus de cette formation politique. Et cela, après une lettre exposant leurs griefs contre le président du parti, Jacques Bigirimana.

Ils sont accusés de « trahison allant de l’utilisation abusive du cachet du parti FNL, de l’insubordination, de la calomnie et des insultes vis-à-vis des dirigeants à commencer par le président, par l’utilisation du faux et usage de faux, de la division des Banamarimwe (militants de ce parti, ndlr) et de l’incitation à la haine entre les militants à la base. »

Dans une lettre du 16 octobre 2020, envoyée au président du parti FNL, Jacques Bigirimana, ces représentants provinciaux ont demandé une convocation d’un congrès extraordinaire qui va mettre en place une nouvelle structure de leur parti FNL, « après avoir constaté plusieurs irrégularités politiques. » Ces représentants provinciaux trouvent qu’en date du 10 octobre 2020 en présence du comité exécutif, du bureau politique, des représentants provinciaux, Jacques Bigirimana a tenu un discours de démission indirecte et apolitique.

Selon eux, il a montré des signes de fatigue et d’incompétence. « Vous avez dit que le président principal du parti FNL est mort et que nous restions orphelins car il était le seul patron du Parti FNL est que pour le moment vous n’êtes pas capable de diriger, d’assurer les responsabilités politiques du parti FNL et de défendre les autres intérêts politiques du parti. » D’après ces représentants provinciaux, Jacques Bigirimana a ajouté que chacun pourrait prendre le chemin qu’il voudra. Il a également dit, d’après les signataires de la lettre, qu’il ne veut pas des dérangements téléphoniques venant des leaders du parti notamment les représentants provinciaux et communaux et que ceux derniers peuvent fermer toutes les permanences de leurs localités. « Vous avez dit que l’existence des permanences n’est plus nécessaire et que le parti FNL peut vivre sans membres actifs et qu’on reste uniquement sur le nom. »

Des menaces en l’encontre de ses militants ?

Selon les signataires de cette lettre, les intérêts politiques du parti restent gérés par Jacques Bigirimana. « Vous êtes le président en même temps secrétaire général, trésorier, porte – parole et charge de la Communication …, car toutes les décisions sont prises sans consultation du comité exécutif. »

Ces représentants provinciaux assurent que, lors des réunions, Jacques Bigirimana ne tolère pas d’échanges d’idées car il fait un exposé. Il affiche aussi du mépris à leur égard. « Vous leur dites que vous avez atteint un niveau de richesse qui ne chutera plus, comme quoi ces représentants du parti dans divers coins du pays ne valent rien devant vous. » Chaque fois qu’un leader du parti avance une idée contraire dans la réunion ou en dehors de la réunion, poursuivent-ils, vous l’intimidez farouchement en disant que vous allez lui casser la tête ou l’emprisonner soi-disant que vous êtes fort dans ce pays. « On se demande comment on peut coopérer avec un supérieur qui n’a ni considération ni soucis envers les leaders de notre parti. » Ils demandent aux forces de l’ordre de protéger les signataires de cette lettre et « les autres qui n’ont pas signé après les intimidations téléphoniques de Jacques Bigirimana. »

FNL

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Revivre l’« amitié entre les peuples »

La Rédaction Commentaires fermés sur Revivre l’« amitié entre les peuples »

En moins d’une année, trois étudiants burundais sont morts dans des circonstances non encore élucidées en Russie. Le décès des deux derniers, Jolivet Makoroka et Egide Nkengurutse, sera annoncé en moins d’un mois, soit le 25 octobre 2020 et le (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 264 users online